Suivre La Chronique

Le marché des kots étudiants gagne en maturité

Le marché des kots étudiants gagne en maturité

Jones Lang Lasalle (Jll) s’est penché sur le marché des kots étudiants en Europe. Un segment en plein essor dans le sillage d’une demande croissante et d’un intérêt manifeste des investisseurs pour ce type de bien. Six pays s’annoncent les plus prometteurs dans ce domaine en Europe: la France, l’Allemagne, l’Irlande, l’Italie, le Pays-Bas et l’Espagne.

Le rapport de Jll identifie une série de tendances. La première indique que les opérateurs de private equity et autres fonds nationaux et internationaux cherchent à diversifier leur portefeuille et se tournent donc vers les kots étudiants. Selon Jll, de 4 à 5 milliards d’euros de capitaux seraient actuellement disponibles pour de tels investissements en Europe. Parallèlement, l’explosion des programmes d’enseignement en anglais dans les principaux pays européens non anglophones dope également ce marché. De moins de 500 cours de ce type il y a 10 ans, on est passé à 6.000 aujourd’hui. Les universités européennes s’emploient en effet à gagner des parts d’un marché «estudiantin» international dominé jusqu’ici par les établissements anglo-saxons.

Plus d’exigences

Autre constat, la hausse de la population estudiantine va de pair avec celle des exigences qualitatives en matière d’hébergement. Le nombre d’étudiants internationaux devrait atteindre les 7 millions en 2020, contre 4,1 millions en 2014. Pour rester compétitives, les universités européennes devront donc offrir des kots modernes et adaptés aux besoins des étudiants.

En outre, le stock de logements étudiants est apparenté au marché résidentiel dans bon de marchés clés européens. Dès lors, ils présentent un haut potentiel, mais peu de risques pour les investisseurs.

Mosaïque

Enfin, le marché européen des kots étudiants est une véritable mosaïque. La tendance générale est à la hausse, mais chaque marché affiche sa propre maturité et évolue à sa propre vitesse, multipliant du même coup les options pour les investisseurs. En Irlande, en Espagne et en Allemagne par exemple, la pénurie de kots est le principal moteur de ce marché. En France ou aux  Pays-Bas, c’est la demande des étudiants. Sans surprise, le marché britannique est le plus mature en Europe et les kots y sont considérés comme une catégorie de biens à part entière.

La pénurie se résorbe

En Belgique, le marché des kots a amorcé un virage il y a 5 ans et se professionnalise avec des acteurs spécialisés comme Xior et Quares Student Fund. Des compagnies d’assurance et sociétés immobilières manifestent également de l’intérêt et ont réalisé quelques transactions. Ici aussi, c’est la demande des étudiants qui pousse le marché car l’offre des universités est insuffisante. Quoi qu’il en soit, la pénurie structurelle de kots étudiants se résorbe progressivement en Belgique grâce à la construction de nouveaux projets dans les principales villes du pays, ce qui aboutira à un marché plus équilibré à moyen terme, selon Pierre-Paul Verelst, Head of BeLux Research chez Jll.

Toutes ces évolutions ont un côté positif: il deviendra plus difficile de faire passer un cagibi pour Versailles, les propriétaires indélicats devant s’aligner sur le marché. En revanche, il ne faudrait pas que les prix s’envolent dans un segment qui n’est déjà pas aujourd’hui à la portée de toutes les bourses parentales.

Nous vous recommandons

«Les métiers nécessitant l’intervention de l’homme ne disparaîtront pas»

Interview

«Les métiers nécessitant l’intervention de l’homme ne disparaîtront pas»

C'est au tour d'Olivier Goldberg de se livrer aux questions de notre rubrique "Parole de CEO". Il nous parle de l'omniprésence de la technologie, de l'importance des métiers nécessitant[…]

Nouvelle acquisition d’Alides en Pologne

Nouvelle acquisition d’Alides en Pologne

Les permis de bâtir en novembre 2020 en hausse

Les permis de bâtir en novembre 2020 en hausse

«La blockchain pourrait créer un véritable marché secondaire digital pour les investisseurs immobiliers »

Interview

«La blockchain pourrait créer un véritable marché secondaire digital pour les investisseurs immobiliers »

Plus d'articles