Suivre La Chronique

Le petit village de Heer-sur-Meuse bientôt transformé en «Smart City»

Le petit village de Heer-sur-Meuse bientôt transformé en «Smart City»

C’est un projet smart et durable, pensé et porté par les habitants et financé par la Banque européenne d'investissement (Bei) et Belfius.

Transformer un carrefour dangereux en une place conviviale, agrémentée de plantations et dotée d’un éclairage économique et durable et de mobilier urbain: le petit village de Heer-sur-Meuse, à deux pas de la frontière franco-belge, s’embellit. Ce projet pensé et porté par les habitants dans le cadre du Plan communal de développement rural (Pcdr) et pour lequel la commune d’Hastière peut compter sur un financement grâce au programme Smart Cities & Sustainable Development géré par Belfius ainsi que sur des fonds de la Banque européenne d'investissement (Bei).

«Smart countryside»

La commune entend démontrer que la dynamique «Smart Cities» n’est pas réservée aux seules métropoles et que les petites communes rurales peuvent elles aussi s’inscrire dans cette démarche. Pensé et conçu par les habitants eux-mêmes dans le cadre du Pcdr, le réaménagement du centre du village de Heer-sur-Meuse est le deuxième projet d’Hastière à bénéficier du programme de financement avantageux Smart Cities & Sustainable Development mis en place par Belfius et la Bei.

Mutation urbaine

Le projet consiste, entre autres, à déplacer l’axe de la voirie principale d’un carrefour réputé dangereux au centre du village. Il comprend le rétrécissement de la rue Prince Albert afin de réduire la vitesse des véhicules et vise à réaménager le carrefour actuel en une véritable place communale, intégrant les différentes voiries et bordée de trottoirs, de plantations et d’emplacements de stationnement, notamment pour les Pmr. Le projet prévoit l’utilisation de matériaux différenciés pour la mise en évidence des diverses zones, de même que l’installation de mobilier urbain, ainsi que d’un système d’éclairage performant et économique. Les poteaux électriques seront supprimés et le câblage enfoui dans le sol. Le réseau d’eau sera également rénové et modifié en fonction de la nouvelle configuration des lieux. Les travaux débuteront au printemps 2017. Ils dureront 180 jours ouvrables pour se terminer début 2018.

Un financement avantageux

Après analyse approfondie du dossier, les experts de la Bei et de Belfius ont estimé que ce projet témoignait d’une approche stratégique, innovante et durable, et qu'il pouvait dès lors bénéficier d’un financement à des conditions avantageuses dans le cadre de leur programme conjoint Smart Cities et Sustainable Development pour «les villes intelligentes et durables». 

En deux ans et demi, pas moins de 62 projets «Smart», pour un montant total d’environ 400 millions d’euros, ont déjà pu être financés via ce programme, parmi lesquels notamment l’aménagement de la Croisette à Dinant, la rénovation de l'Office de tourisme d'Hastière ou encore le nouvel Hôtel de Ville de Gembloux. Ces 62 projets, déjà sortis de terre ou en cours de réalisation, concernent plus de 1.400.000 habitants.

400 millions d’euros supplémentaires

Belfius et la Bei ont en outre annoncé leur intention de débloquer, ensemble, 400 millions d’euros supplémentaires pour financer davantage de projets intelligents et durables portés par les pouvoirs locaux et les intercommunales, mais également par les organisations non commerciales dans le secteur social (enseignement et soins). Le périmètre de ce tout nouveau programme, intitulé Smart Cities, Climate Action & Circular Economy, est ainsi élargi au secteur social. Il couvre désormais non seulement les performances énergétiques, la mobilité et le développement urbain, mais également les projets dans les domaines de l’eau (réseau de distribution, égouts, drainage, épuration), des déchets (collecte sélective, tri, traitement biologique et traitement des boues, production d’énergie) et de l’e-Government (notamment Open Data).

Nous vous recommandons

L’école d’Administration publique proposera l’e-learning dès septembre 2018

L’école d’Administration publique proposera l’e-learning dès septembre 2018

Sur proposition de la ministre de la Fonction publique, Alda Greoli, le Gouvernement wallon met en place des modules de formation en e-learning. N’ayant pas pour vocation de remplacer les formations en présentiel, l’e-learning[…]

Soutien aux écoles qui économisent l'énergie

Soutien aux écoles qui économisent l'énergie

Les communes rurales peuvent aussi être «smart & sustainable»

Les communes rurales peuvent aussi être «smart & sustainable»

La Ville de Bruxelles et le Patrimoine Mondial de l’Unesco

La Ville de Bruxelles et le Patrimoine Mondial de l’Unesco

Plus d'articles