Suivre La Chronique

Le poêle à bois peut détériorer la qualité de l'air: actions possibles…

Sujets relatifs :

Le poêle à bois peut détériorer la qualité de l'air: actions possibles…

© guruXOX - stock.adobe.com

La fumée d'un poêle à bois se disperse mieux quand le conduit de fumée est bien conçu et que le débouché de ce conduit est bien positionné. Idéalement, ce débouché doit dépasser le faîte d'une toiture à versants d'un demi-mètre pour assurer un bon tirage, sans inconvénients pour le voisinage. Et s'il s'agit d'une toiture plate, le débouché doit dépasser de deux mètres le muret de bord de toiture ou «acrotère». Veillez aussi à utiliser du bois bien sec et à respecter le mode d'emploi du poêle.


«Cheminée» (© photo: V. Vicour)
En pratique, deux paramètres sont importants pour éviter que le poêle à bois ne refoule des polluants et odeurs de combustion vers l'intérieur: d'abord la qualité de la fumée et ensuite sa dispersion éloignée des fenêtres et ouvertures de ventilation. 
 
Le CSTC a réalisé une étude à ce sujet, en collaboration avec un autre institut de recherche (VITO), dont on peut toujours s'inspirer pour concevoir une nouvelle installation.

Qualité de la fumée

La puissance de sortie du poêle doit être adaptée aux besoins. La quantité de bois dans le foyer de combustion doit être adaptée. La combustion sera rendue optimale en réglant l'amenée d'air comburant (obturation partielle), mais cette obturation devra rester limitée pour éviter que de la qualité de la combustion n'en pâtisse, ce qui pourrait alors encrasser le poêle et aussi le conduit. Les poêles à granulés de bois offrent en tout cas une meilleure modulation de la puissance et produisent généralement une fumée de meilleure qualité.
 
A l'intérieur ou à l'extérieur du bâtiment, le conduit de fumée doit être isolé thermiquement et son diamètre doit être égal à celui de la sortie de fumée du poêle. Il doit être le plus vertical possible et de préférence sans coudes. Sa hauteur, mesurée entre le poêle et le débouché, sera comprise entre quatre et douze mètres, sauf si le poêle est équipé d'un ventilateur pour l'amenée d'air.
 
Pour obtenir une bonne combustion, il faut utiliser du bois sec. Les granulés qui répondent aux normes les plus strictes ont un taux d'humidité inférieur à 10 %. Les bûches doivent, quant à elles, sécher au moins deux ans sous abri pour atteindre le taux d'humidité recommandé de 15 %. De nombreux ménages se chauffent encore occasionnellement au bois. La fumée de sa combustion peut contenir des imbrûlés et, en cas de refoulement, dégager une odeur et irriter les yeux ou les voies respiratoires.
 

«Poêle à bois» (© photo: V. Vicour)
Le poêle à bois doit être performant, bien dimensionné, bien réglé et correctement utilisé. Il est également préférable qu'il soit étanche, c'est-à-dire qu'il prélève l'air comburant directement à l'extérieur. Sinon, le local doit être équipé d'une ouverture d'amenée d'air comburant permanente. Si le poêle n'est pas étanche, il faut éviter de faire fonctionner une hotte qui, en aspirant l'air vers elle, risquerait de provoquer un refoulement de la fumée.
 
Le conduit de fumée et l'appareil de combustion doivent être nettoyés régulièrement. Pour permettre cet entretien, il faut prévoir des ouvertures de nettoyage aux endroits stratégiques. 

Position du débouché


Le débouché doit idéalement dépasser le faîte d'au moins 50 cm (© illustration: CSTC).
Le débouché doit être assez haut pour générer un tirage suffisant dans le conduit de fumée, ce qui permet au poêle de bien fonctionner. La position haute du débouché assure aussi une dispersion rapide de la fumée dans l'atmosphère sans gêner le voisinage. Les normes en vigueur stipulent clairement ces deux aspects.
 
Dans la pratique, il faut aussi que le débouché soit suffisamment éloigné des ouvertures d'amenée d'air pour qu'aucune fumée ne puisse y pénétrer. Par exemple, le débouché ne peut être installé en façade. Le conduit de fumée peut traverser horizontalement une façade, mais il doit ensuite être prolongé verticalement jusqu'au-dessus de la toiture, avec un débouché qui dépasse le faîte d'au moins 50 cm et soit au moins deux mètres au-dessus de l'acrotère d'une toiture plate.
 
Dans le cas d'une toiture plate, les deux mètres de dépassement du conduit peuvent cependant être réduits si le risque lié à la recirculation de la fumée à l'intérieur des bâtiments est faible (par exemple, lorsqu'il n'y a pas d'ouvertures d'amenée d'air). Si un bâtiment voisin est dans le passage de la fumée, le débouché doit idéalement dominer le point le plus haut de ce bâtiment. Et si aucun bâtiment voisin ne fait obstacle, il doit idéalement être situé plus haut que les ouvertures d'amenée d'air dans un rayon d'environ dix mètres.
 

Références:

Compilation libre de l'article «Réduire l'impact des poêles à bois sur la qualité de l'air dans les bâtiments» publié sur le site du CSTC (Les Dossiers du CSTC - 2021/6.8) et consultable via ce lien. Seul ce texte original - rédigé par X. Kuborn, chef de projet senior au laboratoire «Chauffage et ventilation» du CSTC et P. Van den Bossche, chef de projet principal à la division «Installations intelligentes et solutions durables» - peut être cité en référence.
 

 

Victor Vicour

Nous vous recommandons

Importance de la qualité de l'air intérieur, y compris dans les logements existants

Importance de la qualité de l'air intérieur, y compris dans les logements existants

La qualité de l'air intérieur est un sujet complexe qui ne se limite pas aux problèmes d'humidité et aux locaux de service d'une habitation. Dans les logements existants, on sous-estime encore souvent les[…]

27/09/2022 |
Nouvel outil de calcul pour la charge thermique, les radiateurs et le chauffage par le sol

Nouvel outil de calcul pour la charge thermique, les radiateurs et le chauffage par le sol

Chauffage par le sol… même à travers un sol en bois!

Chauffage par le sol… même à travers un sol en bois!

Comment empêcher ou retarder l'inondation d'un bâtiment?

Comment empêcher ou retarder l'inondation d'un bâtiment?

Plus d'articles