Suivre La Chronique

Le recyclage du verre de bâtiment à la recherche de l'équilibre économique

Sujets relatifs :

,
Le recyclage du verre de bâtiment à la recherche de l'équilibre économique

null

Si le recyclage du verre de bâtiment présente des avantages indéniables pour l'environnement, il se heurte au faible coût de sa mise en décharge. D'où l'importance d'acquérir plus d'expérience dans ce domaine à la lumière d'expérimentations locales. Telles sont les conclusions du 17e congrès des transformateurs de verre organisé par la Fédération de l'Industrie du Verre (Fiv) sur le site de l'ascenseur à bateaux de Strépy-Thieu.

Deux orateurs ont abordé le thème de l'économie circulaire. David Paté, président de Hainaut Plast Industry, a commenté le recyclage des films Pvb. Bertrand Cazes, secrétaire général de Glass for Europe, l'organisation commerciale des producteurs européens de verre pour les secteurs du bâtiment, de l'automobile et du transport, s'est quant à lui demandé quelle gestion s'imposait pour le verre de bâtiment en fin de vie. Il s'est appuyé pour ce faire sur une étude économique réalisée par Deloitte sur le recyclage du verre de bâtiment en Europe. Cette étude évalue la situation actuelle dans 6 pays (France, Italie, Royaume-Uni, Danemark, Pologne et Pays-Bas) et l'extrapole à d'autres.

Le poids total des déchets de verre de bâtiment dans l'UE28 s'élève à 1.540.704 tonnes par an, dont 83% issus des travaux de rénovation et 17% des travaux de démolition. En Belgique, ces mêmes déchets représentent 59.815 tonnes, dont 55.047 tonnes pour la rénovation et 4.769 tonnes pour la démolition. Autres chiffres belges, 8% proviennent des chantiers de démolition et 61% du secteur résidentiel, indique Bertrand Cazes.

Trois options

Trois options de fin de vie ont été étudiées: le recyclage en circuit fermé dans l'industrie du verre plat, le recyclage dans tous les secteurs du verre et la récupération conjointe avec d'autres matériaux de construction. Dans les deux premières options, 260 kg CO2 eq/t sont sauvés (gains nets en CO2 après déduction des frais de transport et de traitement); dans la troisième option, 4 kg CO2 eq/t sont évacués et récupérés avec d'autres déchets de construction et de démolition pour le remplissage ou la mise en décharge.

Autres atouts pour l'environnement: 925.000 tonnes de déchets et 1,23 million de tonnes de matières premières primaires, y compris 873.000 tonnes de sable, sont évitées chaque année. Les avantages sont toujours plus importants pour les rénovations légères de bâtiments que pour les démolitions (pureté du verre récupéré), légèrement plus importants pour le secteur résidentiel (moins de diversité et de complexité des produits récupérés) et de plus en plus importants pour la deuxième option (recyclage pour tous les secteurs du verre et pas seulement le verre plat; impact de la distance de transport sur les avantages environnementaux), souligne le secrétaire général de Glass for Europe.

?La mise en décharge et la récupération restent trop bon marché pour rendre le recyclage compétitif.?

Et ce dernier d'ajouter que la mise en décharge et la récupération restent trop bon marché pour rendre le recyclage compétitif, et que les frais de démolition font nettement plus gonfler les frais de recyclage qu?en cas de rénovation. Les frais sont en revanche réduits au minimum en cas de remplacement et de rénovation résidentiels.

Un autre enseignement est que les analyses et solutions ne peuvent être que locales, la réalité pouvant fortement diverger d'une région à l'autre en termes d'approvisionnement en bâtiments, de sources de débris, d'acteurs économiques prêts à nettoyer et réutiliser ces débris, de besoins en matière de transports, de frais liés à ces derniers, etc. Le transport de débris coûte cher à l'environnement, attention donc aux longues distances.

En conclusion, il apparaît que le recyclage du verre de bâtiment en Europe offre de réels avantages pour l'environnement, mais n?a pas encore atteint l'équilibre économique. «Les différentes sources de débris, les différents acteurs économiques locaux et les distances de transport rendent impossible toute solution unique. La mise en décharge reste peu coûteuse, ce qui représente un important défi économique. Nous devons poursuivre les recherches et nous appuyer sur les expérimentations locales pour engranger de l'expérience», a conclu M. Cazes.

Le congrès s'est clôturé par la remise du Student?s Glass Award. Le premier prix de cette 17e édition a été décerné ex aequo à Simon Seynaeve et Elise Willems. Il se compose d'un chèque de 500 euros, d'un trophée en verre conçu par Benoît Regniers, formateur au centre de compétences pour l'industrie verrière Cefoverre, et de deux licences pour l'application Vitralys, l'outil de calcul sectoriel belge de référence des épaisseurs de vitrage conformément à la nouvelle norme NBN 523-002-2:2016 Vitrerie - Partie 2: Calcul des épaisseurs de verre.

Simon Seynaeve, jeune ingénieur industriel en Construction fraîchement diplômé de la Faculté des sciences de l'ingénieur industriel à l'Université de Hasselt et de la Kul, a été primé pour son travail de fin d'études «Design of primary laminated glass elements». Le jury a apprécié la cohérence entre les calculs de stabilité et les dernières évolutions dans le domaine des applications structurelles du verre. L'évaluation a également tenu compte de sa connaissance théorique, de ses projets et de ses références normatives actuelles.

Elise Willems, jeune architecte récemment diplômée de la Faculté d'Architecture «Luca School of Arts» de la Kul, a été récompensée pour son travail de fin d'études «De wereld onder één dak» («Le monde sous un seul toit»). Le jury a particulièrement apprécié l'intégration d'une architecture originale, à la fois légère et élégante, en plein cœur d'une ville. Le grand espace couvert qu?elle a imaginé s'articule de façon ludique: une école, un marché et des logements avec terrasse, des jardins, des plaines de jeux, des cafés et des restaurants sous un grand châssis laissant entrer la lumière. Dans son projet, Elise Willems a mis l'accent sur la durabilité et l'utilisation de la lumière naturelle, du verre et du bois.

Nous vous recommandons

Une nouvelle solution pour les façades vitrées

Une nouvelle solution pour les façades vitrées

Ineos Styrolution vient de présenter son nouveau grade renforcé de fibres de verre ASA UV UV Luran S 778T G2 pour les façades vitrées. Ineos Styrolution, acteur mondial dans le domaine des styréniques, a[…]

8e filiale pour CPE

8e filiale pour CPE

Nouvelle tuile tempête chez Wienerberger

Nouvelle tuile tempête chez Wienerberger

Etex s’allège en Grande-Bretagne

Etex s’allège en Grande-Bretagne

Plus d'articles