Suivre La Chronique

Interview

«La blockchain pourrait créer un véritable marché secondaire digital pour les investisseurs immobiliers »

Sujets relatifs :

, ,
«La blockchain pourrait créer un véritable marché secondaire digital pour les investisseurs immobiliers »

Pierre-Yves Pirlot, CEO d'Ecco Nova.

© Ecco Nova

Cette semaine, Pierre-Yves Pirlot (CEO d'Ecco Nova) nous parle notamment de la blockchain, de la forte pression exercée sur les métiers de la construction ou encore des opportunités florissantes pour son entreprise en 2020.

1.    Intelligence artificielle, réalité virtuelle, énergie, drones, impression 3D, ... De quelle nouvelle technologie pensez-vous faire le plus usage dans votre entreprise dans les années à venir ? 

Ecco Nova est une plateforme agréée de crowdlending dédiée à la transition écologique. Nous sommes donc un outil de financement participatif entièrement digitale. Les projets que nous finançons ont toujours été focalisé sur la durabilité. Nous sommes donc attentifs aux évolutions technologiques liées à l’efficacité énergétique et à la production d’énergie verte, a fortiori dans le secteur de la promotion immobilière, que nous finançons sur notre plateforme. 
 
Notre rôle d’intermédiaire, entre les investisseurs et les porteurs de projets, nous a naturellement amené à nous intéresser à la technologie «blockchain» qui pourrait être un outil approprié pour créer demain un véritable marché secondaire moderne et digital pour nos investisseurs.
 
Enfin, l’intelligence artificielle pourrait nous aider dans les analyses des projets et le ciblage de nos prospects. Cependant, nous ne voyons pas encore clairement comment l’employer dans nos procédures.

2.    Vers quel métier du bâtiment les jeunes doivent-ils aujourd’hui orienter leurs études pour s'assurer une carrière intéressante et bien rémunérée dans le secteur de la construction : le coffrage, la menuiserie, la plomberie... ou plutôt la planification ?  

Nous observons plusieurs tendances liées au resserrement de l’accès au crédit et au durcissement des normes environnementales. 
 
La construction et les terrains coûtent de plus en plus cher. L’accès à la propriété est donc plus complexe. A l’avenir, on peut entrevoir que les professionnels de la construction travailleront avec un nombre d’acteurs réduit : notamment des promoteurs immobiliers qui auront réussi à traverser la crise et qui disposent d’une solide base financière. 
 
Par conséquent, il résultera de ce effet de concentration des donneurs d’ordre une plus forte pression sur les métiers de la construction. Ceux-ci, déjà challengés sur leurs marges, devront redoubler d’effort pour rester pertinents.
 
En outre, le renforcement des normes environnementales va nécessiter d'être toujours à la pointe dans le domaine des techniques spéciales et des méthodes de construction.
 
Compétitivité, innovation, excellence techniques, il y a de nombreux défis pour les jeunes qui disposeront d’une vision d’ensemble et d’une capacité d’adaptation.

3.    La crise du coronavirus vous a-t-elle appris quelque chose que vous ignoriez sur votre entreprise ?

Notre activité étant entièrement digitale, nous n’avons pas eu d’impacts important sur notre day-to-day. C’est plutôt l’impact que le COVID a eu sur nos clients qu'il est intéressant d’analyser.
 
Ainsi, la crise du COVID a eu un effet plutôt positif sur notre activité commerciale. Pour le comprendre, il faut comprendre comment a évolué le marché du crédit, en particulier dans le secteur immobilier durant la crise.
 
En effet, si les taux d’intérêt n’ont jamais été aussi bas, les conditions d’accès au financement bancaire, en particulier les efforts propres demandés par les banques, se sont considérablement resserrées ! La solution est notamment le financement en mezzanine, que nous proposons sur Ecco Nova. Ce mode de financement remplace et complète une partie des fonds propres.
 
Nous sommes donc une alternative très intéressante pour les promoteurs immobiliers qui y voient une manière de diversifier leurs sources de financements
 
L’an dernier, nous avons été même plus loin en créant Ecco Nova Finance. Cet outil de financement nous permet de rassembler les créanciers au sein de compartiment distinct. Ce faisant, c’est in fine Ecco Nova Finance qui prête les fonds au porteur de projet. Nous pouvons alors associer des suretés aux prêts (hypothèque, cautionnement, nantissement …) pour nos investisseurs via le véhicule de financement.
 
Ainsi, nous avons pu remplacer complètement la banque pour deux projets « HORIZON SAIVE », un éco-quartier développé par le groupe Horizon et pour le projet LES TERRASSES DE JEAN-HUBERT CAVENS » un projet de démolition-reconstruction localisé à Malmedy réalisé par CYPRESS GROUP. Pour ces deux projets, nous avons prêté plus de 4 millions d’euros. 
 
Cette formule rencontre un vif succès auprès des promoteurs car elle maximise l’effet levier et parce que nous offrons un véritable accompagnement, pas à pas, dans la construction du montage financier en partenariat avec le client. En outre, notre gestion des remboursements est simple et automatisée. Enfin, en cette époque ou les internautes sont saturés de messages publicitaires, utiliser un canal innovant comme le financement participatif est un bon moyen pour faire connaitre le projet et favoriser les préventes des projets immobiliers.
 
Ainsi, d’autres projets similaires sont en préparation pour 2021 !

4.    Quelle est selon vous la plus grande menace pour votre entreprise / secteur (concurrence internationale, manque de personnel qualifié, coûts salariaux, etc.) ? Et pour quelle raison ?

En Belgique, il existe une petite dizaine de plateformes de crowdlending. Nous nous distinguons de celles-ci car notre focus est essentiellement tourné vers la transition écologique et la promotion immobilière à haute qualité énergétique. De plus, nous nous efforçons, lorsque c’est pertinent, de viser les investisseurs proches du projet. Ce sont les employés d’une usine qui investit dans une toiture photovoltaïque comme chez Volvo à Gent ou les riverains d’un projet éolien ou éolien immobilier afin de faciliter l’acceptation du projet. 
 
Le succès est clairement au rendez-vous. En 2020, Ecco Nova a mobilisé près de 9 millions d’euros d’épargne dans 14 projets durables et rentables auprès de 3.000 investisseurs ce qui porte à plus de 22 millions d’euros le montant total investi par les citoyens sur la plateforme de prêt participatif localisée à Liège.
 
2020 est également une année record pour les montants remboursés aux investisseurs avec plus d’un million d’euros d’intérêt et de capital qui ont été remboursés.
 
L'année 2021 s’annonce positive, plusieurs campagnes sont en préparation, notamment aux Pays-Bas où Ecco Nova dispose d’un agrément de l’autorité des marchés financiers néerlandaise depuis 2019. Sans oublier la mise à jour des modalités du prêt coup de pouce qui permettra aux PME wallonnes, y compris dans la promotion immobilière, d’emprunter auprès des citoyens à un taux d'intérêt de maximum 1,75%. 
 
Ainsi donc, il existe plus d’opportunités que de menaces. Cependant, nous restons attentifs à plusieurs défis qui se dressent devant nous. En particulier lié à l’arrivée de nouveaux acteurs sur le marché encouragé par la future licence européenne de crowdfunding qui pourrait modifier fortement la dynamique du marché. 
 
De plus, le «deal flow» reste un défi de tous les jours : il nous faut toujours convaincre nos prospects de la pertinence de ce mode de financement innovant. C’est important non seulement pour être rentable mais aussi pour autofinancer les idées nouvelles à tester sur ce marché !
 
Évidemment, nous sommes également sensibles à l’évolution des taux pratiqués par le marché et plus particulièrement par les quotités prêtées par les banques pour le financement de projet.

5.    Les bâtiments sont-ils encore construits pour un usage durable ou auront-ils bientôt une date d'expiration ?

Non, nous ne pensons pas que les constructions ont aujourd’hui plus qu’avant une date d’expiration. Les projets que nous finançons dans l’immobilier, comme par exemple le projet de HOUSING BY NATURE, nous laissent penser que le but n’est pas de construire pour des durées déterminées, au contraire. Ces projets visent le long terme avec une qualité énergétique élevée et un effort important sur la durabilité des matériaux employés.
 

Nous vous recommandons

«Construire de manière traditionnelle, c’est construire pour plusieurs générations»

Interview

«Construire de manière traditionnelle, c’est construire pour plusieurs générations»

Chaque semaine, La Chronique donne la parole à un(e) CEO ou dirigeant(e) actif/ve dans le secteur belge de la construction au sens large. Cette semaine, c’est au tour d'Anthony Blavier, de la société Maisons[…]

23/07/2021 |
«L’électrification du parc de machines est une évolution logique»

Interview

«L’électrification du parc de machines est une évolution logique»

«Le secteur de la construction a gagné en flexibilité l’année dernière»

Interview

«Le secteur de la construction a gagné en flexibilité l’année dernière»

«Le plus grand défi est d'allier esthétique, qualité des matériaux et accessibilité»

Interview

«Le plus grand défi est d'allier esthétique, qualité des matériaux et accessibilité»

Plus d'articles