Suivre La Chronique

Dossier

Le secteur du recyclage face à la crise des matières premières

Sujets relatifs :

,
Le secteur du recyclage face à la crise des matières premières

La Chine casse les prix de l?acier à l?exportation pour écouler ses excédents. D?où la chute des cours mondiaux dont l?une des victimes collatérales est le secteur du recyclage

Mi-février 2016, les salariés de la sidérurgie et de la métallurgie descendaient dans les rues de Bruxelles pour manifester leurs inquiétudes face à la concurrence déloyale de la Chine. Les recycleurs ne sont pas en reste.

La recrudescence des importations chinoises de produits en acier bon marché liées aux surcapacités chinoises affaiblit depuis plusieurs mois l'industrie européenne du recyclage: «Au moment où l'Union européenne pousse les Etats et le marché à basculer d'une économie linéaire à une économie circulaire, de nombreuses entreprises du recyclage de l'acier sont contraintes à ralentir temporairement leurs activités ou à disparaître, alors que les niveaux de prix pratiqués par la Chine menacent la viabilité économique du recyclage», déplore ainsi Emmanuel Katrakis, secrétaire général d'Euric (la confédération des industries européennes du recyclage). Pour la confédération, «attribuer un statut d'économie de marché à la Chine alors que ce pays n?est pas une économie basée sur un marché» pourrait tout à la fois embarrasser l'UE dans son désir de remédier efficacement à l'arrivée sur le marché de produits subventionnés; entraîner de lourdes pertes en termes d'emplois et d'investissements;  et, in fine, empêcher la transition vers une économie circulaire si les prix rendent le recyclage non rentable en raison de conditions de marché biaisées.

Aujourd'hui, la Chine produit la moitié de la production mondiale d'acier, soit 800 millions de tonnes, selon une étude publiée le 20 septembre par l'agence Standard & Poor’s. C’est deux fois plus qu?en 2005. Compte tenu du niveau de production et de la demande, la surcapacité mondiale du secteur, essentiellement en Chine, serait cette année entre 300 à 400 millions de tonnes cette année, soit 1,5 à 2 fois la production européenne!

Alors que son économie ralentit, la Chine casse les prix de l'acier à l'exportation pour écouler ses excédents. D'où la chute des cours mondiaux.

Une crise des matières premières qui n?épargne personne

Mais il n?y a pas que l'acier chinois pour plomber le moral du secteur. A cela, il faut ajouter l'effondrement des cours d'autres matières premières qui entraînent des perturbations sur le marché du recyclage. Et pour cause: les prix de nombreuses matières fossiles sont désormais tombés en dessous de ceux de leurs équivalents issus du recyclage?

Les recycleurs français, sous la coupole de Federec (Fédération des entreprises du recyclage), n?ont d'ailleurs pas manqué de dénoncer à plusieurs reprises une situation de dumping et de concurrence déloyale menée par les compagnies minières et pétrolières. Alors qu?elles extraient des matières fossiles à des coûts hautement compétitifs, les recycleurs font face quant à eux à des coûts de production fixes. Leurs marges se contractent aussitôt que l'industrie minière et pétrolière nivelle par le bas les prix des matières premières vierges.

Ainsi, dès juin 2015, la filière des ferrailles, pourtant l'une des plus lucratives, a subi de graves pertes de marges brutes. Le fer avait perdu 55% de sa valeur en août 2015.

Suite à cette spectaculaire chute de cours, le recycleur belge Galloo, pourtant l'une des entreprises les plus importantes dans le domaine du recyclage des métaux ferreux et non-ferreux en Europe Occidentale avec ses succursales en Flandres, en Wallonie et dans le Nord de la France, a négocié avec Derichebourg (Leader européen et 5e acteur mondial dans le domaine de la collecte et du recyclage) pour lui céder six chantiers de collecte et de préparation de déchets métalliques en Île-de-France et en Eure-et-Loire.

Dans le sillage de cette décision de réduire la voilure sur les marchés plus classiques et concurrentiels, Galloo pourrait se recentrer sur des marchés de niche, tel le recyclage des plastiques. Sa filiale Galloo Plastics réalisait déjà 75 % du chiffre d'affaires du groupe à l'export en 2013.

Si la crise des matières premières larvée en Chine, la crise de la collecte et la complexification des gisements laissent la porte ouverte à un regain de terrain possible à l'économie linéaire, cela peut aussi pousser les entreprises du recyclage à se réinventer. D'autant que l'innovation est la clé de voûte de l'économie circulaire et la seule démarche envisageable pour permettre aux recycleurs de traverser la tempête actuelle sans trop de dommages. Les entreprises du secteur ont désormais pris conscience de l'importance d'investir dans la R&D pour lever certains verrous technologiques.

Nous vous recommandons

Vers une réduction de l’impact environnemental du béton

Vers une réduction de l’impact environnemental du béton

Le béton étant l’un des matériaux les plus utilisés en construction, son impact environnemental joue un rôle essentiel. Optimiser le pourcentage d’armatures ou, entres autres, utiliser des ciments et[…]

Première pierre pour le nouveau centre de tri pour les PMC élargis à Ghlin

Première pierre pour le nouveau centre de tri pour les PMC élargis à Ghlin

Jan De Nul Group présente son aspirateur à petites particules de plastiques

Jan De Nul Group présente son aspirateur à petites particules de plastiques

MariMatic remporte la mise à Amsterdam avec son système de collecte automatique des déchets

MariMatic remporte la mise à Amsterdam avec son système de collecte automatique des déchets

Plus d'articles