Suivre La Chronique

Le verre: une histoire belge perpétuée par AGC Glass Europe

Le verre: une histoire belge perpétuée par AGC Glass Europe

Fin septembre 2014, AGC Glass Europe a inauguré son nouveau siège social à Louvain-la-Neuve, l'AGC Glass Building, un bâtiment presque zéro énergie et tout de verre vêtu.

AGC Glass Europe produit et transforme du verre plat pour la construction, l'automobile, les applications solaires et certaines industries spécialisées (transports, électroménager, applications high-tech, etc.). Il est la branche européenne du groupe japonais Asahi Glass Company, premier producteur mondial de verre plat.

AGC Glass Europe (ex-Glaverbel) est l'héritier de la grande tradition verrière belge. Au XIXe siècle, la Belgique est le plus important exportateur de verre à vitres du monde et un des principaux producteurs de glace polie. La tradition se perpétue lors du siècle suivant. Le mouvement va s'accélérer dans la seconde moitié du XXe siècle sous l'effet du développement rapide de la mécanisation. Un mouvement de concentration s'opère alors en Belgique, ce qui aboutit, en 1961, à la fusion des deux plus importants producteurs de verre plat: Glaver et Univerbel dont l'association va donner naissance à Glaverbel.

En 1965, Glaverbel implante le premier float (terme qui désigne à la fois le verre plat et son procédé de fabrication) sur le continent européen, à Moustier, en province du Hainaut. En 1972, le groupe français BSN prend le contrôle de Glaverbel et l'intègre dans sa branche de verre plat. Moins de dix ans plus tard, BSN se sépare de sa branche de verre plat et Glaverbel est racheté par le groupe japonais Asahi Glass Company (AGC). Bénéficiant d'une forte autonomie de gestion, Glaverbel se développe en Europe occidentale par investissements, partenariats et acquisitions de sociétés. L'entrée en Bourse de Bruxelles en 1987 lui donne les moyens de s'engager dans une stratégie de croissance ambitieuse. Avec, au programme, l'élargissement géographique de sa base industrielle et des investissements dans les produits à haut contenu technologique. En 2002, AGC acquiert l'intégralité du groupe Glaverbel qui, en 2007, prend le nom d'AGC Flat Glass Europe, puis d'AGC Glass Europe en 2010.

Le groupe emploie quelque 50.000 personnes dans une trentaine de pays (dont 13.000 collaborateurs chez AGC Glass Europe) et réalise un chiffre d'affaires annuel d'environ 11 milliards d'euros.

Des innovations qui repoussent toujours plus loin les limites du possible

La qualité et la diversité des vitrages disponibles sur le marché permettent d'envisager aujourd'hui des vitrages «à la carte», capables de contrôler les diverses sources d'énergie. Sans oublier la sécurité des biens et des personnes, le confort, la santé, l'esthétique, etc. Vitrage chauffant, vitres phoniques, vitrages autonettoyants, verre antibactérien, verre électroluminescent,' AGC Glass Europe propose d'innombrables solutions pour la construction.

'La diversité des vitrages disponibles sur le marché permet d'envisager aujourd'hui des vitrages «à la carte», capables de contrôler les diverses sources d'énergie. Sans oublier la sécurité, le confort, la santé, l'esthétique, etc.'

Le travail des chercheurs du groupe permet d'élargir sans cesse le champ des fonctions du verre en lui conférant des propriétés révolutionnaires. Tel l'AntiBacterial Glass, premier verre antibactérien au monde qui tue 99,9% des bactéries à son contact: très intéressant pour les lieux où l'hygiène est un facteur critique comme les hôpitaux. Ils travaillent aussi à diminuer l'empreinte écologique du groupe en améliorant l'efficacité énergétique de ses fours. Signalons à cet égard qu'AGC Glass Europe a été le premier verrier à obtenir la certification «Cradle to Cradle» en 2011. Et 50% du budget R&D est consacré aux produits, solutions et processus de fabrication durables.

Economies d'énergie oblige, c'est dans le domaine de l'isolation thermique que la technologie du verre a progressé à pas de géant. Normal: le verre, en tant que tel, est un très bon conducteur de chaleur et donc, un très mauvais isolant.

AGC Glass Europe a donc phosphoré sur le sujet et il en est sorti le Thermobel 0.8, le double vitrage qui, selon les dires de ses concepteurs, offre la meilleure isolation thermique du marché.

Lancé en 2011, ce double vitrage combine en effet les performances d'isolation d'un triple vitrage de base, en l'occurrence une valeur Ug de 0.8, aux avantages d'installation d'un double vitrage. Il résulte d'une composition inédite de couches appliquées sur le verre, conjuguée avec l'injection d'un gaz dans le double vitrage. En outre, il est 1,5 à 2 fois plus léger qu'un triple vitrage et peut se prévaloir d'une transmission lumineuse élevée (TL = 64) et d'un facteur solaire performant (FS = 43), ce qui en fait un vitrage idéal pour les applications résidentielles.

Contrôle solaire

Mais le confort thermique ne se limite pas à l'isolation. On a beau vivre dans un pays où la pluviosité est abondante, les récentes canicules ont posé avec encore plus d'acuité la nécessité de filtrer le rayonnement solaire afin que nos intérieurs ne se transforment pas en serres. Surtout que, pour des raisons qui relèvent autant de considérations esthétiques que du confort thermique et de l'efficience énergétique, les nouvelles constructions sont ponctuées de nombreuses et vastes ouvertures vitrées. Revers de la médaille: en période d'ensoleillement, la quantité d'énergie solaire transmise au travers des vitrages peut entraîner, par effet de serre, des surchauffes importantes. D'où le recours de plus en plus fréquent aux vitrages à contrôle solaire. Idéalement, le facteur solaire doit être élevé en hiver pour que le bâtiment puisse bénéficier des apports solaires et bas en été pour éviter les surchauffes.

Pour remédier à ce problème, le fabricant a conçu le Stopray Ultravision 50, un vitrage qui, avec une transmission lumineuse de 49% et un facteur solaire de 23%, exerce une action réfléchissante optimale sur les rayons invisibles (UV et infrarouges) du soleil, tout en laissant pénétrer à l'intérieur un maximum de rayons visibles (la lumière). D'apparence neutre, il est en outre doté d'un pouvoir d'isolation thermique renforcé, avec une valeur Ug de 1,0.

Autre innovation: le verre électrolumi­nescent Glassiled qui a reçu la médaille d'or des «Trophées du design» lors de sa présentation au salon Batimat en 2007. Ce verre est composé de Leds intercalées entre deux feuilles de verre feuilleté et ses applications sont multiples, tant en extérieur (façades, atriums, vérandas,') qu'en décoration intérieure (mobilier, cloisons, étagères,') et permettent aux designers et architectes de créer des pièces uniques sans faire aucun compromis sur les qualités du verre en matière d'isolation, de transparence, de confort et de sécurité.

Si les souffleurs de verre d'antan ont disparu, la tradition verrière belge, quant à elle, a encore de beaux jours devant elle.

Adie Frydman

Nous vous recommandons

Les menuisiers bûchent mais manquent de main-d’œuvre

Les menuisiers bûchent mais manquent de main-d’œuvre

Deux menuiseries sur cinq cherchent de la main-d’œuvre qui reste quasiment introuvable. C’est ce qui ressort de l’étude sectorielle de la Bouwunie Schrijnwerkers & Interieurbouwers (l’union[…]

20/11/2018 |
Cannelée ondule chez Meljac

Cannelée ondule chez Meljac

Le Parlement européen financera la rénovation de la maison du peintre Antoine Wiertz

Le Parlement européen financera la rénovation de la maison du peintre Antoine Wiertz

Lutia: éclairage de secours robuste

Lutia: éclairage de secours robuste