Suivre La Chronique

Les acquéreurs d’un logement en Wallonie en ont deux fois plus pour leur argent

Sujets relatifs :

, ,
Les acquéreurs d’un logement en Wallonie en ont deux fois plus pour leur argent

© Century21

Century 21 Benelux, un des principaux acteurs sur le marché immobilier résidentiel belge, a analysé le marché immobilier dans les dix plus grandes villes de notre pays. Il en ressort que la différence en termes d’acquisition immobilière en Flandre, en Wallonie ou à Bruxelles est plus marquée que jamais, tant au niveau de la superficie du terrain que de la surface habitable.

La Belgique continue à accumuler les records immobiliers. Par rapport à l’année dernière, le nombre de transactions a augmenté de 1% au cours des neuf premiers mois. Le prix moyen d’une habitation a également augmenté par rapport à l’année dernière. Selon les chiffres officiels, le prix moyen d’un logement en Belgique est aujourd’hui de 243.344 euros.

Century 21 Benelux a donc analysé ce qu’il était possible d’acheter dans les dix plus grandes villes belges pour un montant moyen compris entre 230.000 et 250.000 euros.

S’il apparaît tout d’abord que la différence de qualité entre des biens de même catégorie de prix situés en Flandre et en Wallonie n’est pas très grande, en revanche, la différence en termes de superficie est énorme. Quant au marché immobilier bruxellois, il est très spécifique et reste toujours aussi compétitif par rapport aux autres capitales européennes.
 

Bruxelles: la fracture nord/sud

«A Bruxelles, il est possible d’acheter une grande maison unifamiliale avec trois chambres pour 240.000 euros… mais la plupart du temps, l’habitation doit être entièrement rénovée», explique Isabelle Vermeir, Ceo de Century 21 Benelux. En clair: l’investissement sera bien plus important.

Pour ce même montant, on peut trouver à Bruxelles un appartement d’assez bonne qualité de quelque 100 m², mais tout dépendra du quartier dans lequel le bien est situé. Et ça, c’est spécifique au marché immobilier bruxellois. Ainsi, pour un même montant, on en aura un peu plus pour son argent à Anderlecht, commune «populaire» du nord-ouest de la capitale, qu’à Uccle, au sud de Bruxelles, où les prix sont historiquement élevés.

Flandre: pour 20 briques t’as plus rien

A Malines, Anvers et Gand, pour 240.000 euros on peut acheter une maison semi-mitoyenne ou mitoyenne, avec deux à trois chambres. Mais la différence par rapport à Bruxelles, où la densité de population est plus grande, réside dans la superficie totale du terrain, plus importante, elle aussi. La superficie habitable varie souvent de 100 à 130 m², il est également possible d’emménager directement dans la maison, même si celle-ci devra quand même être rénovée à moyen terme», précise Isabelle Vermeir. 

Le Brabant flamand, et plus précisément Louvain et ses environs, pâtissent sans doute de leur proximité avec Bruxelles et le Brabant wallon car pour ce même montant de 240.000 euros, on pourra tout juste prétendre à une petite maison susceptible d’accueillir un jeune ménage. Pas le grand luxe en matière de superficie et pour faire bonne mesure, le confort est loin d’être optimal. La plupart du temps, ce genre de bien immobilier requiert des travaux de rénovation. Ce n’est pas anormal pour le centre de Louvain vu que les prix de l’immobilier au centre-ville figurent parmi les plus élevés de Flandre.

Par contre, dans les petits coins de Flandre, pour ce montant, on a droit à nettement plus dense comme surface. Dans le Westhoek par exemple, il est possible de trouver une maison rénovée pour un prix moyen de 243.000 euros, avec souvent trois, voire quatre chambres. Et la superficie du terrain dépassera souvent les cinq ares.

Wallonie: logements moins chers et plus grands, avec garage en prime

Mais c’est en Wallonie qu’on en obtiendra le plus pour son investissement, tant en ce qui concerne la surface habitable du logement que la taille du terrain.

«Dans la région de Liège, on peut trouver des maisons bien équipées pour un prix oscillant de 235.000 à 245.000 euros. Les maisons de cette catégorie de prix disposent le plus souvent d’un grand jardin et comptent au moins trois chambres. La superficie moyenne des logements est toujours un peu plus élevée qu’en Flandre, à raison de 125 à 160 m² de superficie habitable», ajoute Isabelle Vermeir.

A Mons, dans le Hainaut, la différence par rapport à la Flandre est encore plus flagrante: là, pour 239.000 euros, il est envisageable d’acquérir une villa sur un terrain de 23 ares, parfois même avec deux garages!

Namur est également une destination immobilière qui vaut la peine d’être visitée. Dans ce qui est pourtant la «capitale» de la Wallonie, on peut trouver une habitation de 140 à 170 m2 pour un débours compris entre 230.000 et 250.000 euros. La superficie totale de ce type d’habitation atteint vite les neuf ares, voire plus.

Et à Charleroi, pour un prix similaire, acquérir une maison d’une superficie habitable supérieure à 200 m², avec cinq chambres, sur un terrain d’au moins 11 ares et avec deux garages, est loin de relever de l’utopie.

Nous vous recommandons

Baromètre immobilier: le marché toujours sous l’effet du coronavirus

Baromètre immobilier: le marché toujours sous l’effet du coronavirus

La Fédération du Notariat (Fednot) indique que le crise du coronavirus continue d’avoir un impact important sur le marché immobilier. Les prix continuent d’augmenter et l’activité immobilière[…]

02/04/2021 | RésidentielFednot
Eiffage redonne vie à l’immeuble The First

Eiffage redonne vie à l’immeuble The First

«Les métiers nécessitant l’intervention de l’homme ne disparaîtront pas»

Interview

«Les métiers nécessitant l’intervention de l’homme ne disparaîtront pas»

Nouvelle acquisition d’Alides en Pologne

Nouvelle acquisition d’Alides en Pologne

Plus d'articles