Suivre La Chronique

Les Belges de plus en plus sensibles à la rénovation énergétique

Sujets relatifs :

,
Les Belges de plus en plus sensibles à la rénovation énergétique

© Olivier Le Moal

Une enquête pour le compte d’ING révèle que le coût élevé de l'énergie inquiète de nombreux ménages et les incite à améliorer l'efficacité énergétique de leur habitation. Ainsi, 14% des Belges interrogés prévoient d'acheter des appareils à faible consommation d'énergie au cours de l'année à venir et un propriétaire sur dix envisage d’améliorer l’isolation de sa maison.

Menée par le bureau d’étude IPSOS auprès d’un échantillon représentatif de 1004 Belges, cette enquête révèle également qu’une chaudière plus économique (9%), une pompe à chaleur (6%) et de nouveaux systèmes numériques pour optimiser la consommation intéressent de nombreux Belges. La volonté d'investir chez les personnes de moins de 35 ans est plus de deux fois plus élevée que celle des plus de 55 ans, et ce pour toutes les mesures d'économie d'énergie citées. En outre, nombre de ces nouvelles technologies sont déjà utilisées par les plus jeunes. Par exemple, les moins de 35 ans (16%) possèdent plus souvent une pompe à chaleur que les plus de 55 ans (5%).

Les ménages à faibles revenus sont pénalisés sur le plan énergétique

Toutefois tout le monde n’est pas logé à la même enseigne quand il s’agit d’économie d’énergie. Il existe un lien étroit entre le revenu des ménages et l'efficacité énergétique du logement. Parmi les personnes interrogées dont le revenu net de leur ménage est inférieur à 3 000 euros, 38% vivent dans un logement à faible efficacité énergétique, contre "seulement" 26 % des personnes interrogées ayant un revenu plus élevé. L’intention d’améliorer l’efficacité énergétique d’un bien est également plus faible chez les personnes aux revenus modestes. En effet, ce type d’investissement représente une part importante du budget et les ménages ne disposent pas de marge suffisante pour cela. Les personnes aux plus faibles revenus risquent donc de devenir plus vulnérables à la hausse des prix de l'énergie. Leurs logements sont généralement énergivores, par conséquent l’impact des prix de l'énergie pèse encore plus sur leur budget.
 
«Notre enquête pointe un réel déséquilibre entre propriétaires et locataires en matière de performance énergétique des logements. Par exemple, quatre propriétaires sur cinq (80%) sont équipés de double vitrage, alors qu’à peine un peu plus de la moitié (55%) des locataires le sont (Fig. 6). Nous observons un schéma similaire pour d'autres investissements dans les économies d'énergie. 26% des propriétaires disposent de panneaux solaires, contre 5% pour les locataires. Les biens en location sont donc à la traîne en termes d'efficacité énergétique. Et ce n’est pas prêt de changer car, assez logiquement, peu de locataires envisagent de réaliser une installation sur le bien d'autrui, étant donné que la valeur ajoutée de ce type d’investissement au bien profite principalement au propriétaire» déclare Wouter Thierie, économiste chez ING Belgique.
 

Nous vous recommandons

Deux immeubles de bureaux anversois rachetés par La Française Real Estate Managers

Deux immeubles de bureaux anversois rachetés par La Française Real Estate Managers

La Française Real Estate Managers (REM), agissant pour le compte d'un fonds collectif en immobilier, a acquis auprès de CORES Development 100 % des actions de Rocaille NV, société détenant deux immeubles de[…]

18/11/2022 | Non-résidentiel
Un ancien hôtel bruxellois bientôt reconverti en un complexe résidentiel

Un ancien hôtel bruxellois bientôt reconverti en un complexe résidentiel

Caractères, nouveau projet résidentiel de 120 logements de haut standing à Luxembourg

Caractères, nouveau projet résidentiel de 120 logements de haut standing à Luxembourg

Le redéveloppement de deux anciens immeubles de la Commission Européenne approuvé

Le redéveloppement de deux anciens immeubles de la Commission Européenne approuvé

Plus d'articles