Suivre La Chronique

Les certificats de bois durable, pas toujours efficaces

Sujets relatifs :

, ,
Les certificats de bois durable, pas toujours efficaces

Sur l'ensemble du bois acheté en Europe, un quart peut être lié à des achats publics.

Selon les calculs du bio-ingénieur Jan Brusselaers du Département d'Economie agricole de l'Université de Gand, les certificats garantissant une production de bois durable fonctionnent tellement mal dans certaines régions qu'ils constituent un frein à cette production.

Les labels comme le Fsc ou le Pefc veillent à l'échelle mondiale à ce que le bois commercialisé provienne de forêts gérées durablement. L'objectif est de freiner l'exploitation illégale des forêts et de réduire les risques de changement climatique liés à la déforestation. Or, ces efforts produiraient l'effet inverse, selon l’étude de Jan Brusselaers.

 

Un coût élevé

«Une grande partie de la production mondiale de bois a lieu en Afrique et en Amérique latine. Les frais à débourser en vue d'obtenir un certificat sont élevés pour les exploitants de forêts locaux. Les contrôleurs doivent notamment vérifier si tous les critères de qualité du label sont respectés et ce sont les exploitants forestiers qui doivent les payer pour ce travail. Les exploitants de forêts africains et latino-américains doivent dès lors investir beaucoup pour obtenir ce certificat.

 

Glissement

Face à ces frais, le commerce se déplace vers des régions qui n'imposent pas ces exigences de qualité, comme certains pays asiatiques ou africains. «C'est un des exemples regrettables de ces initiatives de durabilité qui partent d'une bonne intention, mais ne tiennent pas assez compte de l'effet à long terme», poursuit Brusselaers.

 

Achats publics

Heureusement, il existe des solutions, comme le bois commercialisé par le biais d'achats publics. «Sur l'ensemble du bois acheté en Europe, un quart peut être lié à des achats publics. Ainsi, nous pouvons bel et bien faire la différence. Si l'achat de bois Fsc ou Pefc devait obligatoirement passer par des achats publics, l'Europe pourrait déjà être à l'origine d'une grande partie de la production durable de bois», précise encore M. Brusselaers.

Nous vous recommandons

Crise des matériaux: les entreprises de construction contraintes à demander une avance

Crise des matériaux: les entreprises de construction contraintes à demander une avance

La Confédération Construction affirme que 54% des entrepreneurs et des installateurs demandent une avance sur paiement, contre 42% il y a un an. Si les entreprises de construction sont plus nombreuses à demander une avance,[…]

29/06/2022 | Socio-Economie
Moins de contacts et de contrats, le nouveau quotidien des entreprises de construction

Moins de contacts et de contrats, le nouveau quotidien des entreprises de construction

Les entreprises de construction prises à la gorge par la hausse des prix des matériaux

Les entreprises de construction prises à la gorge par la hausse des prix des matériaux

Crise des matériaux: force majeure et baisse des prix de l’énergie, la construction monte au créneau

Crise des matériaux: force majeure et baisse des prix de l’énergie, la construction monte au créneau

Plus d'articles