Suivre La Chronique

Les certificats verts font leur mue

Sujets relatifs :

Les certificats verts font leur mue

Le plan Solwatt de soutien à la filière photovoltaïque a certainement été profitable aux installateurs, aux investisseurs et à l’environnement… mais beaucoup moins aux finances de la Wallonie qui a décidé d’arrêter les frais.

La déclaration de politique régionale, en Wallonie, prévoit une révision du mécanisme de soutien à la production d’électricité verte avec pour triple objectif l’optimalisation de la production, la maîtrise des coûts sociétaux et environnementaux et la restauration de la confiance des investisseurs.

Parallèlement, le Gouvernement wallon s’engageait à étudier et à résoudre rapidement le conflit entourant la réduction du facteur k concernant les installations Solwatt et à trouver une solution pérenne à la dette des certificats verts (CV).

Pour rappel, le déséquilibre constant entre l’offre et la demande a faussé le marché et a créé ce que l’on a communément appelé la «bulle des certificats verts». Selon les chiffres de la CWaPE, sur la période 2003-2017, toutes filières confondues, près de 58.643.000 CV ont été octroyés et seuls 35.480.000 CV ont été valorisés sur les marchés. Les millions d’autres CV ont dû être achetés par Elia au prix minimum garanti de 65 euros htva. Une situation littéralement intenable. D’autant que les coûts de ces mécanismes ont, eux aussi, explosés: ils sont ainsi passés de 59 millions en 2003 à 550 millions en 2017, ce qui représente plus de 4,3 milliards cumulés!

Après les fleurs, les épines. Suite à la suppression – jugée illégale – du mécanisme des CV, des citoyens ont porté plainte contre la Région. On dénombre à ce jour, 11.000 recours au civil contre la Wallonie!

Des solutions structurelles et durables

En octobre 2017, le Gouvernement a donc mis en place une Task-Force avec pour mission d’établir des pistes de solutions structurelles et durables quant aux surplus des CV sur le marché. Le Gouvernement, qui a pris acte de ce rapport en mai 2018, a ensuite sollicité l’avis de la CWaPE sur les conclusions de celui-ci, avis qui a été rendu début juillet 2018. Il a également été demandé au ministre de l’Energie, Jean-Luc Crucke, de proposer diverses pistes de solution de financement pour, enfin, trouver une solution équilibrée à cette problématique.

En accord avec les objectifs fixés dans la DPR, le ministre de l’Energie a proposé une approche globale et des solutions à long terme pour l’avenir des CV, le facteur k Solwatt, la fixation des quotas au-delà de 2024 et le financement de la dette CV.

La suite de l’article est à lire dans La Chronique.

Ministre wallon de l’Energie, Jean-Luc Crucke a été mandaté par le Gouvernement pour proposer des solutions en vue de régler les différents litiges. Il aura fort à faire pour conserver le sourire… (© Jean-Luc Crucke)

 

Nous vous recommandons

Une stratégie de recyclage qui a permis d’économiser 12.800 tonnes de CO2

Une stratégie de recyclage qui a permis d’économiser 12.800 tonnes de CO2

«Recyclage» et «économie circulaire» sont des concepts industriels désormais bien ancrés dans la stratégie des entreprises. Certaines ont toutefois pris le train avec un peu d’avance et[…]

16/11/2018 | Matériaux
Les villes et le réchauffement climatique: prévenir plutôt que guérir

Les villes et le réchauffement climatique: prévenir plutôt que guérir

Un revêtement ultrasilencieux à l’essai à Gand

Un revêtement ultrasilencieux à l’essai à Gand

Sumy ou naissance de l’éco-logistique

Sumy ou naissance de l’éco-logistique

Plus d'articles