Suivre La Chronique

Les charges administratives, cauchemar des starters

Les charges administratives, cauchemar des starters

Près d’un indépendant débutant sur deux se montre surpris par l’impact des charges administratives sur ses activités.

Les starters sous-estiment l’impact de l’administration sur leurs activités. C’est un des enseignements qu’on peut retirer du premier indicateur «Starters» de la caisse d’assurances sociales Acerta.

Ainsi, chez 45,2% des starters, l’administration figure dans le top 5 de «leur plus grande surprise» (ce qui est en soi surprenant…) et 29,8% de ces mêmes starters placent également cet aspect dans le top 5 des «défis pour l’avenir». Une des raisons en est que seulement 57,6% des starters estiment avoir été suffisamment préparés au lancement de leur activité. Une information qui n’étonne pas Els Schellens, directrice Operations Starters & Indépendants chez Acerta: «Il ne faut pas sous-estimer la charge administrative pour un indépendant. Or ceux-ci mésestiment trop souvent cet aspect en lançant leur entreprise.»

A cet égard, une bonne préparation, c’est déjà la moitié du travail accompli. Il apparaît toutefois que pour 1 starter sur 5, l’accompagnement demeure le plus grand obstacle et 21,4% d’entre eux ont été confrontés à des problèmes en la matière. «Tout comme bâtir une clientèle demande du temps, trouver les bons acteurs pour le développement des affaires en prend également. Par ailleurs, on s’aperçoit qu’il manque souvent un bon réseau aux starters.»

Starters cherchent comptable

Deuxième gros soucis pour les indépendants qui se lancent: trouver un comptable. Ça peut sembler étonnant mais l’enquête d’Acerta indique que 13,1% de starters ont manifestement rencontré des problèmes en la matière. «C’est un constat auquel nous ne nous attendions pas», reconnaît Els Schellens. «Le comptable est traditionnellement le conseiller de l’entrepreneur indépendant tant sur le plan fiscal qu’en matière de droit des sociétés et ceci, non seulement lors du lancement de l’activité, mais aussi au cours de son évolution. Et pourtant, à peine 76,8% ont recours aux services d’un comptable! Néanmoins, les personnes qui prennent un comptable sont mieux armées: 23,3% des starters sans comptable sont insatisfaits, contre seulement 13,9 % pour ceux qui en ont un.»

En dépit de ces difficultés, il apparaît toutefois que 83,9% des starters sondés sont satisfaits d’avoir opté pour une carrière d’indépendant. Mieux encore: 70% indiquent qu’ils franchiraient à nouveau le pas s’ils étaient armés des informations qu’ils ont aujourd’h

Nous vous recommandons

Les «petits travaux» complémentaires, une nouvelle concurrence déloyale

Les «petits travaux» complémentaires, une nouvelle concurrence déloyale

Depuis le 15 juillet 2018, les travailleurs occupés à au moins 4/5e, les pensionnés et les indépendants peuvent gagner jusqu'à 500 euros complémentaires par mois sans devoir payer d'impôts[…]

Un entrepreneuriat innovant…

Un entrepreneuriat innovant…

Les finances communales en Province du Luxembourg

Les finances communales en Province du Luxembourg

Les futurs propriétaires bruxellois favorisés

Les futurs propriétaires bruxellois favorisés

Plus d'articles