Suivre La Chronique

Les départs supérieurs de 7% aux entrées dans la construction sur les cinq dernières années

Sujets relatifs :

Les départs supérieurs de 7% aux entrées dans la construction sur les cinq dernières années

Selon une analyse d’Embuild basée sur les chiffres de Constructiv, les départs de travailleurs ont été sensiblement plus élevés que les entrées dans la construction. Entre le premier trimestre 2018 et le deuxième trimestre 2022, 205.920 personnes ont rejoint le secteur de la construction, tandis que 220.228 l’ont quitté. À la fin du deuxième trimestre de 2022, 16.200 postes à pourvoir dans le secteur. «Tant que les départs seront supérieurs aux entrées, ce chiffre continuera à augmenter », s'inquiète Niko Demeester, CEO d'Embuild. «Ainsi, nous menons une vaste campagne d'image à long terme au niveau du secteur, et nous recrutons désormais massivement des personnes sans expérience que nous formons nous-mêmes sur les chantiers. En revanche, nous attendons une politique plus stricte en matière de marché du travail.»

Les chiffres de Constructiv, l’organisation de services de la construction dans laquelle siègent à la fois les syndicats et les employeurs, montrent que les départs de travailleurs entre le premier trimestre 2018 et le deuxième trimestre de cette année ont été nettement supérieures aux entrées. 
 
Raison pour laquelle le secteur s’est fixé des objectifs ambitieux: d'ici à 2030, il souhaite réduire les départs de 20% et augmenter les entrées de 20%. A la fin du deuxième trimestre 2022, la construction avait 16.200 postes à pourvoir en Belgique.
 
Niko Demeester, CEO d'Embuild : «Cependant, vous ne pouvez pas accuser notre secteur de sombrer dans le fatalisme. Les employeurs et les syndicats élaborent ensemble des solutions et ont donné le coup d'envoi, au printemps, d'une ambitieuse campagne d'image qui se poursuivra jusqu'en 2030, avec le slogan « Nous construisons demain ». L’objectif principal de cette campagne est de changer l’image du secteur de la construction, qui est devenu un secteur technique, plus sûr et plus propre. Néanmoins, le grand public ne le sait pas encore.»
 
Selon la fédération de la construction, les politiques doivent accorder plus d'attention à l'activation des chercheurs d'emploi et des inactifs sur le marché de l'emploi. C'est déjà le cas dans une certaine mesure, mais cela pourrait être encore mieux, selon Embuild. Pour la fédération sectorielle, il est inacceptable qu'énormément de secteurs, dont la construction, doivent faire face à une pénurie de personnel, alors que la Belgique dispose d'un réservoir de talents disponibles à peine exploité. L'activation, la formation et le redéveloppement doivent être placés au centre de la politique d'emploi. 
 

Nous vous recommandons

Les jeunes du secondaire ne sont pas attirés par la construction

Les jeunes du secondaire ne sont pas attirés par la construction

Le nombre d’élèves qui suivent un enseignement lié à la construction à temps plein dans les deuxième et troisième degrés du secondaire a diminué de 12% entre l'année[…]

14/10/2022 |
Une PME de la construction sur cinq compte faire appel au chômage temporaire

Une PME de la construction sur cinq compte faire appel au chômage temporaire

La construction est de moins en moins attrayante pour les étudiants

La construction est de moins en moins attrayante pour les étudiants

L'enseignement supérieur de la construction est en déclin

L'enseignement supérieur de la construction est en déclin

Plus d'articles