Suivre La Chronique

Les Européens à Bruxelles

Sujets relatifs :

, ,
Les Européens à Bruxelles

Exterior view of the European Parliament in Strasbourg

© © European Union 2013 - EP Louise WEISS building: © Architecture Studio

Bruxelles accueille une importante population européenne, notamment du fait de la présence des institutions de l’UE sur son territoire et de la libre circulation au sein de cette dernière. En 2018, les ressortissants de l’UE (hors Belges) représentaient ainsi 275.000 personnes en Région de Bruxelles-Capitale, c’est-à-dire 23% des 1,2 million d’habitants qui y sont officiellement domiciliés.

Un tel effectif a des répercussions sensibles sur les structures démographiques et géographiques bruxelloises. Pourtant, force est de constater que cette population étrangère a été assez peu étudiée. C’est pour répondre à ce manque que Charlotte Casier, géographe à l’Université libre de Bruxelles, a examiné les données portant sur les ressortissants de l’UE résidant en Région bruxelloise, qu’elle analyse dans le cadre du numéro 138 de Brussels Studies.

Croissance démographique

Elle fait plusieurs constats. Tout d’abord, elle note une contribution majeure de ces populations européennes à la croissance de la population bruxelloise. Ainsi, de 2000 à 2018, la population de la Région croit de 960.000 à 1.200.000 habitants. Et ce sont les migrations internationales qui, depuis les années 2000, déterminent, pour une part importante, l’intensité de cette croissance démographique. On constate toutefois depuis 2016 une certaine stabilisation du nombre de ressortissants européens à Bruxelles.

Construction en tête

Leur pyramide des âges présente par ailleurs une structure caractéristique des populations de jeunes adultes, influençant celle de l’ensemble de la Région: les Européens entre 25 et 54 ans sont surreprésentés. Ainsi, les Bruxellois issus des nouveaux Etats membres sont globalement jeunes et majoritairement des femmes. Cette féminisation est contrebalancée par l’augmentation marquée de la proportion d’hommes parmi les Polonais, les Bulgares et surtout les Roumains. Les ressortissants de ces nationalités s’insèrent majoritairement via deux secteurs: le nettoyage pour les femmes et la construction pour les hommes.

Du Polonais au Roumain

Si, au début des années 1990, ce sont majoritairement les hommes polonais qui viennent pour travailler dans la construction, souvent de manière irrégulière, ils ont ensuite été remplacés en partie par des Roumains. De plus, la proportion élevée de jeunes hommes au sein de cette dernière nationalité est probablement liée à une forte spécialisation dans le bâtiment: en 2009, l’Unizo (Unie van Zelfstandige Ondernemers) déclarait d’ailleurs que 60% des Roumains présents à Bruxelles travaillaient dans le secteur de la construction.

Nous vous recommandons

Walterre suit les terres à la trace

Walterre suit les terres à la trace

L’arrêté du gouvernement wallon du 5 juillet 2018 relatif à la gestion et à la traçabilité des terres entrera officiellement en application le 1er novembre 2019. Sa gestion sera assurée par[…]

01/10/2019 | EnvironnementJuridique
Marchés publics, Pme et pouvoirs adjudicateurs: de la friture sur la ligne

Marchés publics, Pme et pouvoirs adjudicateurs: de la friture sur la ligne

Emprunts hypothécaires : le CERS réclame de la prudence aux banques belges

Emprunts hypothécaires : le CERS réclame de la prudence aux banques belges

Nouvelles règles nécessaires pour le marché du travail

Nouvelles règles nécessaires pour le marché du travail

Plus d'articles