Suivre La Chronique

Les pompes à chaleur sont prêtes à investir l’énorme marché de la rénovation

Sujets relatifs :

,
Les pompes à chaleur sont prêtes à investir l’énorme marché de la rénovation

Les ventes de pompes à chaleur augmentent chaque année dans l’Union européenne. Et ce n’est qu’un début. Le marché de la rénovation représente un potentiel énorme. (© Mitsubishi Electric)

La filière européenne des pompes à chaleur (PAC) pour les usages de chauffage et de refroidissement s’appuie depuis plusieurs années sur des marchés solides. Selon EurObserv’ER, l’observatoire européen sur les énergies renouvelables, plus de 3,5 millions de systèmes ont été vendus dans l’Union européenne durant l’année 2017, soit 4,4% de plus qu’en 2016.

En prenant en compte toutes les technologies de pompes à chaleur (géothermiques, aérothermiques, hydrothermiques) présentes sur le marché du chauffage et du refroidissement, quels que soient la puissance des systèmes (de deux à plusieurs dizaines de kilowatts) et l’usage principal qui en est fait, les ventes de PAC dans l’Union européenne ont augmenté de 4,4%, en 2017 avec plus de 3,5 millions de systèmes vendus. Sur ce total, environ un tiers (1,1 million) des PAC sont destinées à couvrir prioritairement des besoins de chauffage. Les deux tiers restants sont davantage représentatifs des besoins de refroidissement dans les pays à climat chaud (Italie, Espagne, Portugal, sud de la France notamment). Cette ambivalence des usages soulève d’ailleurs des problèmes de comparaisons statistiques entre les différents marchés de l’Union européenne, d’autant plus que les PAC air-air réversibles sont utilisées en mode chauffage dans les pays scandinaves.

Les pompes à chaleur air-air toutes voiles dehors

Les PAC aérothermiques de type air-air réversibles représentent toujours l’essentiel des ventes sur le marché européen avec 3,1 millions de systèmes vendus en 2017, soit environ 3,3% de plus qu’en 2016. Une analyse plus détaillée par pays montre que cette dynamique est beaucoup plus importante sur la plupart des principaux marchés de la pompe à chaleur (+8,9% en France, 15,4% en Espagne, +12,1% au Portugal, +52,1% en Belgique, +65,9% au Danemark, etc.).
L’augmentation des besoins de confort d’été est actuellement le principal moteur du marché de la PAC air-air réversible en France, en Espagne et au Portugal. Si les besoins de refroidissement sont en augmentation, le marché de la PAC air-air destinée au chauffage se porte toutefois également très bien.

Sur les 3,5 millions de PAC vendues en Europe l’année dernière, les 2/3 sont destinés au refroidissement des habitations.
(© Daikin)

Le marché des PAC aérothermiques sur vecteur eau répond spécifiquement aux besoins de chauffage. Les ventes sont en constante augmentation depuis 2013. Elles ont encore augmenté de 18,3% en 2017, après avoir déjà augmenté de 13% en 2016. La plupart des marchés européens affichent des taux de croissance à deux chiffres, que ce soit en France (+10%, 81.700 unités), en Allemagne (+18,8%, 57.638) ou au Royaume-Uni (+17,9%, 18.935), avec une forte accélération au Danemark (+61,9%, 6.125 unités vendues en 2017) et aux Pays-Bas (+77,6 %, 19.858).

Quant au marché des PAC géothermiques (qui incluent dans l’étude d’EurobservER les PAC hydrothermiques), il est resté stable en 2017 (-0,6 %). La tendance de ce marché n’est cependant pas homogène au niveau des pays européens. Il retrouve des couleurs au Royaume-Uni, en Belgique, et aux Pays-Bas, se stabilise en France, en Autriche et en Suède, mais tend à se contracter en Finlande et au Danemark, pays où historiquement, la PAC géothermique est bien pourtant implantée.

Un parc européen de 34 millions de PAC en 2017

Selon EurObserv’ER, le parc cumulé des PAC installées dans les pays de l’Union européenne serait de l’ordre de 34,4 millions de pièces (32,9 millions de PAC aérothermiques et 1,5 million de PAC géothermiques). Ce chiffre n’est pas représentatif des seuls usages liés au chauffage, mais des usages de refroidissement et de chauffage. Selon l’EHPA (European Heat Pump Association), le parc des PAC dévolues au chauffage était de l’ordre de 10,6 millions en Europe.

L’énorme potentiel du marché de la rénovation

Traditionnellement, la pénétration du marché de la construction par les PAC est plus importante que pour la rénovation. Rien de plus normal, les maisons neuves sont mieux isolées, ce qui permet aux PAC de répondre plus facilement aux besoins de chauffage de ces bâtiments. Ainsi, à en croire l’EHPA, le taux de pénétration des PAC dans les habitations individuelles neuves est de 96%, 91% et 87% en Norvège, en Suède et en Finlande. Dans d’autres pays tels que la France ou l’Autriche, ce taux est plus proche de 35%, ce qui en fait des marchés importants.

Cependant, c’est le marché de la rénovation qui attise l’intérêt des professionnels du secteur et qui semble le plus intéressant sur le long terme. En effet, celui-ci représente 80% des bâtiments résidentiels, et les défis technologiques auparavant posés aux PAC sont désormais en grande partie levés. Celles-ci peuvent désormais fournir une température de plus de 65°C, c’est-à-dire qu’elles peuvent répondre aux besoins énergétiques plus importants de logements qui existent depuis plusieurs années. Elles deviennent ainsi des concurrentes sérieuses pour les solutions traditionnelles que sont le gaz, le fioul ou même la biomasse.

Le potentiel de croissance est important. Par ailleurs, les bâtiments en rénovation étant plus énergivores, les PAC installées sont plus puissantes que celles installées dans le neuf. Cela se traduit par un chiffre d’affaires plus important pour une intervention en rénovation comparée à une intervention dans le neuf. Enfin, les solutions techniques existent pour coupler une PAC avec une chaudière traditionnelle, ce qui permet d’installer des pompes à chaleur dans des logements anciens qui demandent davantage de puissance que les bâtiments neufs.

De bon augure pour le secteur.
 

Nous vous recommandons

Le Domaine royal de Laeken bientôt chauffé aux déchets

Le Domaine royal de Laeken bientôt chauffé aux déchets

La Régie des Bâtiments souhaite bénéficier de la chaleur résiduelle de l’incinérateur de Neder-over-Heembeek afin de chauffer les bâtiments du Domaine royal de Laeken. L'objectif est[…]

16/08/2019 | EnergiePatrimoine
Vega: le premier immeuble commercial Bim certifié Breeam au Luxembourg

Vega: le premier immeuble commercial Bim certifié Breeam au Luxembourg

Tournai va s’éclairer aux leds

Tournai va s’éclairer aux leds

Le Palais royal de Bruxelles va réduire son empreinte énergétique

Le Palais royal de Bruxelles va réduire son empreinte énergétique

Plus d'articles