Suivre La Chronique

Liaison Guillemins-Boverie

Liaison Guillemins-Boverie

null

Malgré un incident imprévu survenu lors de son montage, la nouvelle passerelle enjambant la Meuse et assurant la liaison entre les Guillemins et le parc de la Boverie à Liège devrait bien être accessible en février prochain. La pose de l'ouvrage haubané a en effet été retardée par la rupture d'un câble. Une seconde grue est venue en renfort et le bureau Greisch, qui a conçu la passerelle, s'est voulu rassurant. Elle a été commandée par le Spw et réalisée par les Ateliers Poncin à Ocquier. Accessible aux piétons, aux Pmr et aux cyclistes, cet ouvrage d'art a une longueur de 294 m, une largeur de 6 m et est soutenue par un hauban en aplat métallique de 23 m de haut. Quelque 80 ouvriers ont participé à sa construction (20.000 heures de travail) qui représente un investissement de quelque 8 millions d'euros, dont 3,7 millions pour la structure métallique. Ce projet est subsidié à 40% par les fonds structurels européens. Pas moins de 900 tonnes d'acier spécial ont été nécessaires.

Dans une première phase, les Ateliers Poncin ont fabriqué une centaine d'éléments qui ont ensuite été acheminés sur l'île Monsin, en aval de Liège. Ils y ont été assemblés en 5 éléments, le plus long atteignant 110 m et 430 tonnes, et transférés par voie fluviale à hauteur du Parc de la Boverie et du quai de Rome. Après le relèvement de ces éléments et du hauban aux deux extrémités de la rive au moyen de trois digues flottantes, il s'agissait de relier les deux tronçons au-dessus de la Meuse à l'aide de pièces spéciales constituant le joint de dilatation de l'ouvrage.

Suivront ensuite la protection des pièces métalliques contre la corrosion, la réalisation du plancher en bois, le placement des garde-corps et de l'éclairage et, enfin, l'aménagement les abords.

Cette passerelle, une des plus importantes de Belgique, se distingue par son caractère épuré, esthétique et discret dans le paysage et constituera, sans nul doute, une référence pour les Ateliers Poncin et le Bureau d'études Greisch.

Nous vous recommandons

Les menuisiers bûchent mais manquent de main-d’œuvre

Les menuisiers bûchent mais manquent de main-d’œuvre

Deux menuiseries sur cinq cherchent de la main-d’œuvre qui reste quasiment introuvable. C’est ce qui ressort de l’étude sectorielle de la Bouwunie Schrijnwerkers & Interieurbouwers (l’union[…]

20/11/2018 |
Cannelée ondule chez Meljac

Cannelée ondule chez Meljac

Le Parlement européen financera la rénovation de la maison du peintre Antoine Wiertz

Le Parlement européen financera la rénovation de la maison du peintre Antoine Wiertz

Lutia: éclairage de secours robuste

Lutia: éclairage de secours robuste