Suivre La Chronique

Liberté, inégalité, pauvreté

Sujets relatifs :

Les ministres européens des Finances se sont réunis les 11 et 12 'septembre derniers à Luxembourg dans le cadre de réunions informelles comme il s'en tient souvent afin de débattre d'initiatives relatives à un sujet particulier ou intéressant une formation du Conseil. Bref, un petit raout qui ne mange pas de pain (mais plus vraisemblablement des petits fours) et qui permet aux éminences d'oublier les petits tracas quotidiens tels que la crise grecque, l'effondrement de la Bourse chinoise, le chômage des jeunes, les mesures d'austérité qui leur valent de ne pas être très appréciés de leurs administrés, etc.

Comme si cela ne suffisait pas à leur empoisonner la vie, ne voilà-t-il pas qu'Oxfam a profité de l'occasion pour rappeler à ces ministres en villégiature qu'il est plus que temps «que l'Europe ré-endosse son rôle de leader mondial en promouvant un programme progressiste qui s'adresse à tous, et pas seulement à une élite puissante et fortunée.»

La raison d'une apostrophe aussi malvenue entre la poire et le fromage' Le fait que, selon le dernier rapport de l'organisation internationale de développement, près d'un quart de l'Europe est au bord de la pauvreté, soit 123 millions de personnes dans l'incapacité de faire face à un éventuel coup dur financier. Et on parle bien de l'Europe, à savoir une des régions les plus riches du monde, si bien qu'on ne saurait évoquer un manque de moyens financiers. La raison est donc ailleurs. Dans une redistribution fondamentalement inégalitaire des richesses, par exemple. Ce n'est pas Podemos ni Syriza et encore moins moi-même qui l'affirmons mais' le Crédit Suisse. Ainsi, pour cet organisme peu réputé pour ses prises de position révolutionnaires «le pour cent des Européens les plus riches (pays hors UE compris) détiennent près d'un tiers des richesses du continent, alors que les 40% inférieurs de la population se partagent moins de 1% des richesses nettes totales de l'Europe.» Autrement dit, en Europe, les 7 millions de personnes les plus riches détiennent le même niveau de richesses que les 662 millions de personnes les plus pauvres.

Résultat: entre 2009 et 2013, le nombre d'Européens ne pouvant plus payer leurs factures de chauffage ou faire face à des dépenses imprévues est passé de 7,5 millions à 50 millions!

Et au rayon des inégalités, la Belgique n'a de leçon à donner à personne: un Belge sur cinq est exposé au risque de pauvreté et d'exclusion sociale et plus de 15% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. A Bruxelles, 40% des jeunes de 15 à 24 ans vivent en dessous de ce même seuil, un chiffre «particulièrement alarmant» selon Oxfam.

Encore un petit four'

Adie Frydman

Nous vous recommandons

Le secteur des matériaux de construction en manque de concurrence

Le secteur des matériaux de construction en manque de concurrence

L’Observatoire des prix vient de publier un vaste état des lieux de la concurrence sur les différents marchés des biens et services en Belgique afin de déterminer quels sont ceux qui présentent un risque[…]

21/04/2019 | Prix
L’industrie du bois et de l’ameublement se porte bien

L’industrie du bois et de l’ameublement se porte bien

La production dans le secteur de la construction inchangée dans l'UE28 entre décembre 2018 et janvier 2019

La production dans le secteur de la construction inchangée dans l'UE28 entre décembre 2018 et janvier 2019

Comment se porte le secteur de la rénovation?

Comment se porte le secteur de la rénovation?

Plus d'articles