Suivre La Chronique

Louise 228 ou vivre «smart» en ville

Louise 228 ou vivre «smart» en ville

La reconversion d’anciens immeubles de bureaux devenus obsolètes en logements durables et «smart» se multiplie à Bruxelles. Le Louise 228 dans l’avenue du même nom en est un exemple récent.

Ce projet initié par Everland, un promoteur spécialisé dans ce type de reconversions et dans les établissements hôteliers, donnera lieu à 16 appartements privatifs haut de gamme au cœur de l’avenue Louise qui semble renouer quelque peu avec son faste d’antan. Pour mémoire, son tracé remonte aux années 1840 et visait à relier le centre ville au bois de la Cambre par une voie rectiligne et monumentale, baptisée du nom de la fille aînée du roi Léopold II, arborée de marronniers et jalonnée de demeures prestigieuses. Parmi elles, les Hôtels Solvay, Max Hallet, Aubecq, tous signés Horta, rappellent ce passé prestigieux. C’est précisément à côté de l’Hôtel Solvay que se trouve l’immeuble Louise 228 acquis et redéveloppé par Everland avec Phicap en tant qu’assistant au maître d’ouvrage.

 

Trois phases

Le projet comptera 3 phases pour un développement total de 4.300 m2 au prix moyen de 4.680 euros/m2. La première (2.600 m2) portera sur la rénovation/reconversion lourde de l’ancien bâtiment de bureaux de 8 étages (+ 1, le dernier étant un duplex) donnant sur l’avenue. Il comprendra 16 logements, allant du studio à l’appartement 3 chambres, un espace commercial de 300 m2 au rez-de-chaussée et un parking en intérieur d’îlot. La livraison est prévue pour l’automne 2019.

La deuxième phase, Lens 31, concerne la construction d’un immeuble neuf de plus de 900 m2 et proposant 9 studios à l’arrière de la parcelle traversante donnant sur la rue Lens. Elle est en cours d’adjudication.

La troisième enfin, Lens 29, pour laquelle la demande de permis est en cours, concerne la rénovation d’un petit immeuble, également côté rue Lens, en 8 logements. Il s’agit ici de rénover un bâtiment à conserver car mitoyen aux écuries de l’Hôtel Solvay. Le permis prévoit une rehausse sur la structure existante tout en maintenant le caractère de l’immeuble d’époque.

L’ensemble du projet a été élaboré par le bureau d’architectes A2RC. La partie design intérieur a, elle, été confiée aux bureaux d’architectes d’intérieur We are Studio Uma et We are Out of Office. Les travaux seront réalisés par l’entreprise Sotrelco de La Louvière.

Plaisirs urbains

Depuis la commercialisation des appartements fin mars, 7 sur les 16 proposés à ce jour ont déjà été vendus, dont le duplex-penthouse. Les acheteurs se répartissent plus ou moins équitablement entre futurs occupants et investisseurs. Michael Goldberg, managing director de Phicap, attribue ce succès à la localisation du Louise 228, à ses services «smart building», à ses finitions haut de gamme et à sa taille réduite. Il est vrai que le projet répond à plusieurs demandes et tendances actuelles: retour en ville, accès aisé aux moyens de transport et autres commodités, intérêt croissant des personnes nanties pour les appartements luxueux plutôt que pour des villas ou autres propriétés (voir La Chronique n°24 en page 20), avantages de la ville et, dans ce cas, un ensemble de taille limitée, ce qui devrait éviter les sempiternels conflits clochemerlesques qui animent certaines copropriétés.

Smart

La digitalisation étant désormais bien ancrée dans la construction, les promoteurs doivent suivre le mouvement. Everland et Phicap ont donc prévu une série de services dits «smart», certains en standard, d’autres en option.

On peut citer des smartbox ou boîtes aux lettres intelligentes pour l’envoi ou la réception de colis par exemple; une conciergerie virtuelle offrant divers services (location d’un vélo ou d’une voiture, carwash, commande de repas, de courses,…) via smartphone ou écran tactile dans le hall; contrôle d’accès avec badge personnalisé et ouverture/fermeture à distance des portes via smartphone; goulottes encastrées dans les murs pour un éventuel système de sonorisation; thermostat intelligent et gérable à distance pour la température dans les appartements; borne de recharge sur l’emplacement de parking pour les véhicules électriques (option);…

Pour Avi Barmoshe, chief development officer chez Everland, ce projet propose une alternative intéressante aux personnes qui veulent vivre en ville sans sacrifier leur confort et en bénéficiant d’une qualité de vie indéniable. Les contraintes liées à la géométrie de l’immeuble datant du début des années 70 ont finalement généré un projet en phase avec les attentes du marché résidentiel et des citadins, conclut Michael Goldberg.

  • Maître d’ouvrage: Everland/Keren Properties
  • Assistant au maître d’ouvrage: Phicap
  • Architecte: A2RC
  • Entrepreneur: Sotrelco
  • Architecte d’intérieur: Anouk Van Oordt (We are Studio Uma)
  • Ingénieur stabilité: Fraiture Promo Consult
  • Techniques spéciales: Tec-Spé
  • Acoustique: ATS
  • Coordinateur sécurité-santé: Codives
  • Conseiller PEB: Enesta

Nous vous recommandons

Louvain intensifie la lutte contre les bâtiments inoccupés

Louvain intensifie la lutte contre les bâtiments inoccupés

La ville de Louvain prend de nouvelles mesures contre l’inoccupation de ses immeubles. Les années précédentes, elle avait déjà prélevé une taxe sur les logements et chambres[…]

17/07/2019 | Secteur immobilier
Realty lance le premier Immo Invest Days à Knokke-Heist

Evénement

Realty lance le premier Immo Invest Days à Knokke-Heist

Matexi: réhabilitation du site de la brasserie de Diekirch et autres aventures luxembourgeoises

Matexi: réhabilitation du site de la brasserie de Diekirch et autres aventures luxembourgeoises

Cofinimmo ajoute 15 maisons de soins à son portefeuille belge

Cofinimmo ajoute 15 maisons de soins à son portefeuille belge

Plus d'articles