Suivre La Chronique

Maastricht candidate pour un gigantesque labo souter-rain

Sujets relatifs :

,
Maastricht candidate pour un gigantesque labo souter-rain

Un consortium réunissant universités et instituts de recherche belges, alle-mands et néerlandais envisage de construire l’Einstein Telescope, un obser-vatoire d’ondes gravitationnelles à Maastricht. Un autre candidat à ce projet privilégierait la Sardaigne. La décision du lieu d’implantation ne devrait de toute façon pas tomber avant 2021. Enfouis jusqu’à 200 à 300 m sous terre, ces équipements formeront un triangle de 10 km de côté. Deux faisceaux laser s’y réfléchiront en un perpétuel mouvement d’aller-retour. Selon plusieurs sources, l’Einstein Telescope nécessitera un investissement de 1,3 milliard d’euros, dont environ 30% de cette somme consacrée aux équipements et 70% à la construction proprement dite.

Des ondes à la loupe

L’Einstein Telescope devrait permettre aux scientifiques de surveiller les ondes gravitationnelles et ces observations devraient également profiter à l’industrie. Au début du XXe siècle, Alfred Einstein avait prédit, selon sa théorie de la relativité, l’existence d’ondes de gravitation, c.-à-d. des oscillations de la courbure de l’espace-temps. Ces ondes gravitationnelles ont été observées pour la première fois en 2015, ce qui valut aux trois scientifiques concernés de décrocher deux ans plus tard le prix Nobel de physique. Depuis lors, les ondes gravitationnelles font l’objet de toutes les attentions. Elles ont même donné naissance à un nouveau domaine de recherche scientifique: l’astronomie gravitationnelle.
 
«Nous utilisons des télescopes pour mesurer ces ondes gravitationnelles. Si les télescopes destinés à observer les étoiles sont installés dans des zones aussi reculées que possible, il n’en va pas de même pour ceux conçus pour étudier les ondes gravitationnelles. Dans ce dernier cas, nous avons besoin d’infrastructures spécifiques équipées de lasers de pointe, ainsi que de tunnels souterrains pouvant être réalisés dans des régions densément peuplées. Ces infrastructures souterraines sont importantes pour la réduction des vibrations d’origine naturelle ou résultant de l’activité humaine», explique Nick van Remortel, professeur de physique à l’Université d’Anvers. Côté belge, plusieurs universités participent à ce consortium. 
Si la palme revient au consortium belgo-allemand-néerlandais, la construc-tion des kilomètres de tunnels pourrait commencer en 2025. «Bien entendu, nous serions ravis de pouvoir réaliser l’Einstein Telescope, véritable vitrine de la nouvelle génération d’infrastructures de recherche à grande échelle», indique van Remortel. «Mais le télescope n’est pas tout. Dans le cadre de notre candidature, les partenaires voudraient déjà construire l’ETpathfinder, un centre de recherche hypermoderne à Maastricht. Il aurait pour vocation de devenir un centre international de recherche spécialisé en astronomie gravitationnelle, techniques de mesure de haute précision, isolation sismique, logiciels de mesure et de réglage, techniques cryogéniques et optique (quantique).» 
 
Plus d’infos sur https://www.einsteintelescope.nl.
 
 

Nous vous recommandons

Le port de Zeebrugge va accueillir le plus grand parc éolien terrestre de Flandre

Le port de Zeebrugge va accueillir le plus grand parc éolien terrestre de Flandre

ICO, Le port de Zeebruges et Engie s’engagent dans un partenariat afin d’installer 11 éoliennes dans le port de Zeebrugge. Elles alimenteront en électricité verte le plus grand parc de recharge pour[…]

10/12/2019 | EnvironnementEngie
Transition numérique en demi-teinte dans la construction

Transition numérique en demi-teinte dans la construction

Appel à auteurs de projets: une nouvelle jeunesse pour des bâtiments vétustes à Jette

Appel à auteurs de projets: une nouvelle jeunesse pour des bâtiments vétustes à Jette

Appel à auteurs de projets: Max sur Senne

Appel à auteurs de projets: Max sur Senne

Plus d'articles