Suivre La Chronique

Marché immobilier à la hausse toute!

Sujets relatifs :

Marché immobilier à la hausse toute!

Si en 2018 le nombre de transactions immobilières a progressé en moyenne de 1,6%, c’est en Wallonie que cette croissance a été la plus spectaculaire: +5,5%.

En 2018, le prix moyen d'une maison en Belgique a augmenté de +4,7%, pour atteindre un montant de 251.584 euros. Compte tenu de l’inflation, il s’agit de la première réelle augmentation des prix en cinq ans. A noter que le marché immobilier reste toujours principalement porté par les jeunes. C’est ce qui ressort clairement du baromètre des notaires 2018.

Toutes les régions ont vu le prix des maisons s’envoler:

  • en région de Bruxelles-Capitale, l’augmentation constatée est d'un peu plus de +5% et le prix moyen dépasse pour la première fois 450.000 euros;
  • en Flandre, le prix moyen est de 277.304 euros (+3,8% par rapport à 2017);
  • en Wallonie, le prix moyen s’élève à 189.257 euros, soit près de 90.000 euros de moins qu’en Flandre, ce qui ne constitue pas moins une hausse de +3,7% par rapport à 2017.


«La demande reste élevée dans toutes les régions. Essentiellement les jeunes de moins de 35 ans saisissent l'occasion d'acheter une maison et de contracter un prêt immobilier avec un taux d’intérêt attractif», résume Renaud Grégoire, porte-parole de Notaire.be.

Les prix poursuivent leur progression

Le prix varie considérablement d'une province à l'autre. Le prix le plus bas (153.890 euros) a été relevé dans le Hainaut, alors que, sans surprise, le plus élevé s’affiche à 452.721 euros en région bruxelloise (+5,3%).

En Wallonie, l’augmentation des prix a été constatée dans toutes les provinces à l’exception de la province du Luxembourg (statu quo par rapport à 2017). La province du Hainaut se caractérise par l’augmentation la plus importante, soit +6,2% (prix de 153.890 euros) et le Brabant wallon affiche l’augmentation la plus faible, soit +2,5%, mais les prix les plus élevés de Wallonie (323.304 euros).
Les prix ont également augmenté à Namur (+2,9% à 192.783 euros) et à Liège (+4% à 181.852 euros).

Nombre de transactions record en Wallonie

Pour toute l’année 2018 le nombre de transactions immobilières a progressé de 1,6%, une croissance essentiellement due au marché immobilier wallon: +5,5%. A l’inverse, Bruxelles a connu une activité en baisse (-2,4%) et en Flandre, le volume est resté identique à celui enregistré en 2017, soit +0,1%.

«Au dernier trimestre 2018, nous avons constaté un nombre record de transactions en Wallonie», confirme Renaud Grégoire. Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette augmentation: le début d’année avait été plus mesuré dans l’activité immobilière et il y a un effet de rattrapage; par ailleurs, les incertitudes liées aux marchés financiers expliquent aussi ce mouvement; enfin les taux d’intérêt qui restent très faibles participent également à cette activité immobilière soutenue.

Appartements: le neuf a la cote

En 2018, le prix d'un appartement culminait à 220.095 euros, soit une augmentation de 1,8% par rapport à 2017. Mais si l'on tient compte de l'inflation, cela signifie une diminution de prix.
En Wallonie, le prix moyen d’un appartement a augmenté de 0,5% pour atteindre 174.410 euros, à Bruxelles de +2,4% (240.250 euros) et en Flandre de +1,6% (224.331 euros).

Evidemment, l'évolution des prix varie fortement d'une province à l'autre. A Liège, le prix moyen d'un appartement a augmenté de +4,9% (167.140 euros). C’était également le cas dans le Hainaut (+2,8% à 138.143 euros). Par contre, à Namur, le prix est resté quasi inchangé tandis qu’au Brabant Wallon, on note une diminution de 2% et au Luxembourg de 5,7%.

Par rapport à 2014, les prix des appartements ont ainsi augmenté de +10,1%. Résultat: l'acquéreur paye désormais 20.000 euros de plus qu'en 2014! Toutefois, si on tient compte de l'inflation (+7% au cours des cinq dernières années), la valeur réelle des appartements n’a augmenté «que» de 3% au cours des cinq dernières années.

«Sur ce segment, on observe que les acheteurs restent davantage intéressés par des appartements neufs et négocient d’arrache-pied le prix demandé pour les appartements existants, en regard des coûts de rénovation et des charges liés», explique Renaud Grégoire.

Les jeunes boostent le marché immobilier

Pour la première fois, la Fédération du notariat a analysé l'âge du vendeur et de l'acheteur. «Nous constatons qu’environ 45% des acheteurs sont des jeunes de moins de 35 ans. Les quinquagénaires et plus, ne représentent même pas 25% de tous les acquisitions. On peut donc dire que ce sont toujours les jeunes qui tirent le marché immobilier, alors que les acheteurs plus âgés le soutiennent plutôt», conclut Renaud Grégoire.

Inversement, plus de 40% des vendeurs ont plus de 60 ans. Un quart des vendeurs ont entre 35 et 50 ans. Un autre quart entre 50 et 60 ans.
 

Nous vous recommandons

Le renouveau de Val de Thines

Le renouveau de Val de Thines

Cette ancienne friche industrielle des papeteries Arjo Wiggins à Nivelles, à l’abandon depuis 15 ans, va subir une transformation en profondeur. Lors de la réunion publique d’information, le promoteur Thines Real[…]

Paradis Express, un écoquartier signé Matexi et Befimmo

Paradis Express, un écoquartier signé Matexi et Befimmo

Keys Asset Management rachète l’immeuble «166 Louise»

Keys Asset Management rachète l’immeuble «166 Louise»

 Permis de bâtir: des résultats mitigés

Permis de bâtir: des résultats mitigés

Plus d'articles