Suivre La Chronique

Mise à grand gabarit des écluses d’Ampsin-Neuville

Sujets relatifs :

, ,
Mise à grand gabarit des écluses d’Ampsin-Neuville

Le site d’Ampsin-Neuville. (© Sofico)

Feu vert officiel pour la mise à grand gabarit du site éclusier d’Ampsin-Neuville. Mise en service dès 2023, cette nouvelle écluse effacera le dernier goulet d’étranglement sur la Meuse, entre Namur et Liège. De ce fait, la voie navigable la plus fréquentée de Wallonie deviendra intégralement accessible à la navigation à grand gabarit.

Situé sur la Meuse, sur les communes de Huy et d’Amay, le site éclusier d’Ampsin-Neuville est le dernier goulet d’étranglement présent sur la voie navigable reliant Namur aux ports maritimes d’Anvers et du nord de l’Europe. Actuellement équipé d’une écluse de gabarit moyen (136 x 16 m) et d’une écluse de petit gabarit (55 x 7,5 m), toutes deux mises en service en 1958, Ampsin-Neuville est, selon les statistiques relevées par le Spw, le 3e site éclusier de Wallonie en termes de fréquentation et de tonnes de marchandises transportées. En 2017, près de 9,3 millions de tonnes de marchandises y ont transité, soit l’équivalent de 465.000 camions.

Les deux écluses d’Ampsin-Neuville présentent toutefois des dimensions inférieures à celles des sites amont et aval. Elles seront dès lors remplacées par deux nouvelles écluses «grand gabarit» pour réduire les temps d’attente des bateliers et permettre le passage de bateaux de plus grande taille.

Ce chantier d’envergure, entamé cet été, est financé par la Sofico pour un montant de plus de 126 millions d’euros Htva. Pilotés sur le plan technique par le Spw, les travaux se dérouleront en deux phases de façon à garantir le passage des bateaux. La première phase portera sur le remplacement de l’écluse de 55 x 7,5 m par une écluse de 225 x 12,5 m. Cette première phase devrait se terminer en 2021.

Au cours de la seconde phase, l’écluse de 136 x 16 m sera remplacée par une écluse de 225 x 25 m. Si la longueur de la nouvelle écluse sera similaire à celle de sa voisine (225 m), sa largeur y sera supérieure avec 25 m. Sa mise en service est programmée pour le courant de 2023. Il restera alors quelques travaux de parachèvement électromécaniques à réaliser au début de l’année 2024.

Ce chantier est hautement stratégique pour la Wallonie qui est un acteur majeur de la navigation fluviale au niveau européen en étant concernée par 3 corridors européens: le corridor mer du Nord-Méditerranée, le corridor Rhin-Alpes et le corridor mer du Nord-Baltique. Mais l’enjeu est également environnemental. En effet, en 2017, 42 millions de tonnes de marchandises ont été transportées par bateau en Wallonie, soit le meilleur résultat de ces 6 dernières années. L’investissement wallon de 500 millions d’euros entre 2014 et 2019 témoigne de la volonté de promouvoir la voie d’eau comme alternative à la route pour le transport de marchandises, note le ministre Di Antonio.

Outre le remplacement des deux écluses, le site bénéficiera aussi d’un nouveau poste de commande et de nouveaux bâtiments techniques pour les équipements électromécaniques. La galerie du barrage sera également réaménagée.

Rive gauche

La rive gauche fera également l’objet d’un aménagement paysager afin de lui conférer un caractère plus naturel. C’est ainsi qu’on construira une passe à poissons d’environ 700 m. Cette véritable rivière artificielle intégrera une zone de frai pour la reproduction des poissons ainsi qu’une berge destinée à la nidification des hirondelles des rivages.

Les infrastructures de mobilité locale seront, elles aussi, améliorées puisque la passerelle qui relie les communes d’Amay et de Huy sera remplacée et allongée. Munie de rampes d’accès en lien avec les pistes cyclables existantes, elle permettra aux usagers en mode doux de franchir la route nationale en toute sécurité. Enfin, l’opportunité a également été saisie pour sécuriser davantage la N90 située en rive droite avec notamment une modification du tracé. Le chantier a débuté le 20 août dernier.

Nous vous recommandons

Peri se renforce dans l’impression 3D

Peri se renforce dans l’impression 3D

Le constructeur allemand de coffrages et échafaudages Peri est entré au capital de la société danoise Cobod International, spécialisée dans l’impression 3D du béton et basée à[…]

21/11/2018 | ConstructionImpression 3D
Le Parlement européen financera la rénovation de la maison du peintre Antoine Wiertz

Le Parlement européen financera la rénovation de la maison du peintre Antoine Wiertz

Athènes, capitale européenne de l'innovation 2018

Athènes, capitale européenne de l'innovation 2018

4,2 trillions de dollars de projets de construction en cours dans le monde

4,2 trillions de dollars de projets de construction en cours dans le monde

Plus d'articles