Suivre La Chronique

NIT 278 Installations de chauffage à eau chaude: recommandations pour prévenir les dépôts et la corrosion

Sujets relatifs :

NIT 278 Installations de chauffage à eau chaude: recommandations pour prévenir les dépôts et la corrosion

© Palatinus Zsolt

Comment prévenir les dépôts et la corrosion dans les installations de chauffage? La nouvelle Note d'Information Technique (NIT 278) donne ses conseils quant à la conception, la mise en œuvre, l'utilisation et la gestion des systèmes de chauffage en circuit fermé. Comme la corrosion et les dépôts dans les installations équipées de générateurs de chaleur peuvent provoquer l'arrêt de l'ensemble du système de chauffage, le CSTC (www.cstc.be) a élaboré de nouvelles recommandations en vue de garantir le fonctionnement et la durée de vie des systèmes de chauffage central à eau chaude dans les bâtiments. 

 
Le CSTC diffuse les connaissances dans ce domaine en publiant la NIT 278 qui reprend, sur 52 pages largement illustrées, les principales recommandations pour les installations de chauffage à eau chaude. Elle a été préparée par le groupe de travail «Corrosion», créé au sein du Comité technique «Chauffage et climatisation», avec la collaboration d'experts du monde du chauffage qui ont épaulé les ingénieurs du CSTC dans ce travail.  
 
Les générateurs de chaleur sont devenus plus efficaces et souvent plus compacts. Mais la corrosion et les dépôts peuvent aussi les dégrader prématurément. Les dépôts, tels que tartre et boue, dans le système réduisent le transfert de chaleur: les gaz brûlés sont alors moins bien refroidis par l'eau, ce qui entraîne une perte de rendement et peut même engendrer une surchauffe locale avec rupture de la paroi de l'échangeur. Quant à la corrosion des parties métalliques, elle détériore la paroi du générateur et peut aller jusqu'à la perforer. Elle génère aussi de la boue. 
 
Dans les systèmes plus anciens, cette formation de dépôts et de corrosion occasionnait des perturbations moins importantes, qui n'allaient pas toujours jusqu'à une mise hors service immédiate du système, alors que c'est souvent le cas avec des installations équipées de générateurs plus récents.  

Quels dépôts… et dans quelle eau? 

La NIT 278 identifie d'abord les principales causes connues: la corrosion des parties métalliques qui peut provoquer des dépôts… et des fuites. La formation de tartre et de biofilms sont deux autres sources de dépôts possibles, également mis en cause par le CSTC.  
 
Le chapitre suivant détaille les exigences relatives à la qualité de l'eau qui sert de fluide caloporteur dans les installations de chauffage à eau fermées. L'eau de remplissage et l'eau d'appoint doivent répondre à certaines caractéristiques. La NIT du CSTC distingue aussi les installations selon qu'elles sont avec ou sans additifs chimiques. 

Conception et mise en œuvre de l'installation 

Après quelques recommandations générales, la NIT 278 passe en revue les divers matériaux de l'installation, tels que tuyaux et accessoires, robinets, corps de chauffe, générateurs, … Les vases d'expansion, à pression variable ou constante, font aussi l'objet de recommandations, de même que le compteur d'eau, le séparateur de particules, les robinets de vidange ou de rinçage, le séparateur d'air et les purgeurs. La Note aborde aussi la vitesse de circulation, la présence de divers matériaux, les possibilités de scinder l'installation, le monitoring de la corrosion et l'essai d'étanchéité. 
 

Ce coupon-témoin en acier, fixé par son ouverture centrale dans l'installation, témoigne de la corrosion qui y règne (© Resus). 

Recommandations d'usage et pour traiter l'eau 

La mise en service (ou hors service) et l'utilisation sont passées en revue, tout comme la gestion et le contrôle de l'installation et les traitements de l'eau parfois nécessaires pour éviter les problèmes: filtration, prévention de la formation de tartre par adoucissement, déminéralisation, osmose inverse ou traitements chimiques divers pour corriger le pH ou prévenir la corrosion. Les produits antigel et agents dispersants sont aussi étudiés. 

Parfois aussi, il faut remplacer… 

Lors du remplacement d'un générateur de chaleur dans une installation existante, il y a certaines précautions à respecter en fonction de l'état présumé de l'installation. Le repérage de fuites, le contrôle du vase d'expansion, du corps de pompe des circulateurs et de la qualité de l'eau sont des pré-requis. Il faut aussi voir les résultats du monitoring de la corrosion. Le document comprend, par ailleurs, quatre annexes reprenant des détails techniques supplémentaires relatifs à divers sujets. 
 

Référence: 

Cet article a été rédigé sur base de la Note d'Information Technique 278 «Installations de chauffage à eau chaude : recommandations pour la prévention des dépôts et de la corrosion», publiée sur le site du CSTC et téléchargeable par les membres ou moyennant abonnement souscrit aux publications du CSTC via ce lien. Seul ce texte original peut être cité en référence. 
 
 
Victor Vicour 
 

Nous vous recommandons

Le CSTC lance l'outil de calcul «Cpro 3.0»: plus de possibilités encore…

Le CSTC lance l'outil de calcul «Cpro 3.0»: plus de possibilités encore…

En version 2.0, l'outil de calcul Cpro du Centre Scientifique et Technique de la Construction (CSTC) avait déjà fait la conquête de maintes PME de la construction, qui l'ont utilisé depuis quatre ans sur plus[…]

14/09/2021 | Logiciel
Nouvelle NIT 277 sur la pose de revêtements de sol résineux

Nouvelle NIT 277 sur la pose de revêtements de sol résineux

Révision des normes pour la performance des protections solaires

Révision des normes pour la performance des protections solaires

Spécification simplifiée pour le béton

Spécification simplifiée pour le béton

Plus d'articles