Suivre La Chronique

Interview

«Nous construisons pour offrir des réponses aux besoins sociétaux»

Sujets relatifs :

,
«Nous construisons pour offrir des réponses aux besoins sociétaux»

© B2Ai

Pieterjan Vermoortel, CEO de B2Ai, nous parle de l'importance du modèle BIM, des difficultés d'investir sans aucune garantie de succès ou encore de la flexibilité dont le secteur doit désormais faire preuve. 

1. Intelligence artificielle, réalité virtuelle, énergie de l'hydrogène, drones, big data, impressions 3D, etc. Quelle nouvelle technologie influencera selon vous le plus votre entreprise dans les années à venir ?  

Pour les architectes, le Building Information Model (BIM) représente une évolution technologique importante. Le BIM crée un jumeau virtuel du bâtiment : il s'agit d'une représentation visuelle de toutes les informations de construction et géométriques nécessaires. Par la même occasion, cette technologie nous permet de suivre l’ensemble du processus et de tout partager avec les parties concernées. Le BIM est donc un modèle de données d'une construction virtuelle en 3D. Appliqué efficacement dès le départ, il nous permet de gagner du temps, de réduire la marge d'erreur et de diminuer les coûts liés aux défaillances sur chantier. Enfin, l'utilisateur profite aussi d'une gestion plus efficace et moins coûteuse de la maintenance. Idéalement, tout le monde utilise le même logiciel BIM, nous partageons les modèles numériques sans le moindre problème et toutes les parties peuvent communiquer ouvertement. L'évaluation et l’évolution du projet gagnent ainsi très largement en efficacité. 

2. Vers quel métier du bâtiment les jeunes doivent-ils aujourd’hui orienter leurs études pour s'assurer une carrière intéressante et bien rémunérée dans le secteur de la construction : le coffrage, la menuiserie, la plomberie... ou plutôt la planification ?  

Lors du choix d’une filière d'études, il est toujours important de tenir compte de sa passion. En tant qu'étudiant de première année, il est inutile de trop réfléchir à un travail spécifique. Fiez-vous simplement à votre intuition et dès que vous vous lancerez vraiment, le reste suivra tout naturellement. Aujourd’hui, il va de soi que notre secteur recherche principalement des architectes, des ingénieurs et des spécialistes du BIM. Ingénieur civil-architecte : voilà une discipline qui couvre tout à mon avis. Elle attache autant d’importance au raisonnement technique qu’à l’approche créative. Elle vous apprend en outre à réfléchir aux questions sociales telles que la durabilité.

3. Qu'est-ce que la crise du coronavirus vous a appris sur votre entreprise (que vous ne saviez pas déjà) ? 

Je remarque avant tout la flexibilité de nos collaborateurs. Ils ont dû s’adapter rapidement au télétravail, alors que c’est loin d’être évident dans notre métier. Nous travaillons en équipes multidisciplinaires : de nombreux architectes et ingénieurs collaborent donc sur le même projet. Nous opérons en outre dans un secteur créatif. Normalement, les idées se développent grâce à des contacts informels au bureau ou lors de séances intensives de brainstorming. L'année dernière, nous avons dû créer ce dynamisme et cette spontanéité d'une manière différente.
 
Même si le télétravail a encore de beaux jours devant lui, il ne remplacera jamais totalement le travail au bureau. Lorsque cette crise sera terminée, les bureaux deviendront donc des lieux de rencontre où se réunir et échanger des idées. L'année écoulée nous a appris que les collaborateurs ont besoin de contact social et du lien physique avec l'entreprise, mais que le 'travail de concentration' pur peut parfaitement être exécuté à domicile.

4. Quelle est selon vous la plus grande menace pour votre entreprise/secteur (la concurrence étrangère, la pénurie de personnel qualifié, les coûts salariaux, etc.) ? 

De très nombreuses réglementations ont vu le jour ces dernières années : pour utiliser un terme propre à la construction, le « lest » est de plus en plus lourd pour les entreprises de construction et les entrepreneurs. Nous pensons ici aux critères PEB, à la coordination de la sécurité, aux innombrables règlements et législations, à la législation environnementale, au VIPA... De plus, ces règlements ne concordent absolument pas.
 
Nous sommes en outre de plus en plus souvent confrontés à des appels d'offres du type DBFM. Si vous voulez concourir pour un projet aujourd'hui, vous devez par exemple lancer des discussions approfondies avec les entrepreneurs, être capable de proposer un plan détaillé et donc investir sans aucune garantie de succès. Généralement, nous entamons d’abord un dialogue avec le client : cette approche garantit toujours les plus beaux projets, car c’est une histoire que vous écrivez ensemble dès le départ. Notre vision demeure donc plus que jamais : You challenge, We rethink, Together we create.
 
En tant que Belges, rien ne nous empêche finalement d’être un peu plus chauvins. Nous disposons d'une énorme expertise et la réputation de l'architecture belge n’est plus à faire à l'étranger. Il est temps d'abandonner notre attitude frileuse et d'être fiers de ce que nous pouvons apporter aux projets de construction (inter)nationaux en tant qu'architectes belges et secteur de la construction.

5. Les bâtiments sont-ils encore construits pour un usage durable ou auront-ils bientôt une date d'expiration ? 

Nous construisons systématiquement dans l'idée que nos projets doivent servir à plusieurs générations. Ici aussi, la flexibilité est un aspect essentiel. Nous ne construisons pas sur la base de tendances, mais avant tout pour offrir des réponses aux besoins sociétaux, tels que la durabilité. Nous constatons par exemple que la construction modulaire gagne en importance, tant pour les immeubles de bureaux que pour les constructions résidentielles. Un projet que nous développons pour l'INAMI à Bruxelles illustre très bien cette évolution. Le bâtiment est dépouillé ici jusqu'à sa structure de base. Nous réaménagerons ensuite l'immeuble de bureaux, mais en accordant désormais plus d'attention à la durabilité et à la facilitation des contacts sociaux. À mes yeux, ce projet représente l'immeuble de bureaux du futur.
 

Nous vous recommandons

«La numérisation est indispensable pour accélérer les processus dans le secteur de l'immobilier»

Interview

«La numérisation est indispensable pour accélérer les processus dans le secteur de l'immobilier»

La Chronique donne la parole à un(e) CEO ou dirigeant(e) actif/ve dans le secteur belge de la construction au sens large. Cette semaine, c’est au tour de Cedric Vanhenxcthoven, CEO de Heylen Vastgoed, de répondre à nos[…]

24/03/2022 |
«Si la législation avance plus vite que le secteur, nous nous ferons écraser par nos concurrents étrangers»

Interview

«Si la législation avance plus vite que le secteur, nous nous ferons écraser par nos concurrents étrangers»

«C’est la motivation dans les choix professionnels qui déterminera la réussite»

Interview

«C’est la motivation dans les choix professionnels qui déterminera la réussite»

«Rendre notre offre pérenne et circulaire est une exigence absolue»

Interview

«Rendre notre offre pérenne et circulaire est une exigence absolue»

Plus d'articles