Suivre La Chronique

Nouveau collecteur d'eaux usées au parc Crealys

Nouveau collecteur d'eaux usées au parc Crealys

Le nouveau collecteur d’eaux usées est opérationnel depuis juillet 2018 au parc scientifique Crealis. (© BEP)

Afin d’améliorer la collecte et le traitement des eaux usées et d’optimiser le fonctionnement de la station d’épuration, le BEP (Bureau économique de la Province de Namur) avec le soutien de l’Inasep (Intercommunale Namuroise de Services Publics) a entamé, en août 2017, les travaux relatifs à la création d’un nouveau réseau d’égouttage séparatif au sein du parc Crealys.

Le nouveau collecteur d’eaux usées est opérationnel depuis juillet 2018. Les eaux usées sont désormais acheminées de façon plus concentrée à la station d’épuration des Isnes. Par ailleurs, les débordements en cas de forte pluie pourront à présent être évités.

Ce projet d’envergure était indispensable. En effet, jusque maintenant, Crealys disposait principalement d’un réseau d’égouttage unitaire. Or, certaines entreprises installées dans le parc, comme l’entreprise GSK, qui met au point de nouveaux vaccins, se voyaient contraintes par le réseau d’égouttage précédent. Les travaux ont également été l’occasion de connecter deux antennes du réseau séparatif mises en œuvre dans les dernières phases d’équipement du parc.

Les travaux d’amélioration du réseau d’égouttage prennent d’ores et déjà en considération l’extension future du parc Crealys. En effet, figurant dans le programme prioritaire du Gouvernement wallon, le projet d’extension est prévu sur 55 hectares de part et d’autre du parc existant..

Chantier exemplaire

Particularité du chantier: les prescriptions prévues par le cahier spécial des charges visant la mise en œuvre d’une «charte» pour limiter l’impact environnemental des travaux.

Cette charte définit:

·      le niveau de sécurité physique et sanitaire optimal pour l’ensemble des intervenants sur le chantier et les usagers du site;

·      les moyens pour limiter les nuisances causées à l’environnement et aux riverains du chantier;

·      les moyens pour limiter les perturbations sur les activités dans le cadre de chantiers en site occupé;

·      les moyens pour limiter les problèmes de circulation et de stationnement;

·      les moyens pour limiter les pollutions des sols et des eaux et l’émission de poussières sur le chantier;

·      les moyens pour limiter la quantité de déchets de chantier mis en décharge, optimiser leur élimination et leur valorisation particulièrement lors d’opérations de curage.

Un suivi continu des impacts du chantier a été effectué avec le responsable environnement de l’entreprise Colas, entreprise en charge des travaux.

Le bilan de cette expérience est positif. Ce chantier a permis au BEP de préciser les attentes et besoins de chacune des parties, afin de mettre en place toutes les solutions techniques qui réduisent les nuisances, notamment environnementales, engendrées par de tels travaux. Une expérience qui sera désormais menée dans le cadre d’autres chantiers dans les parcs d’activité économique, et ce, en application de la norme ISO 14001 étendue depuis juillet 2018 à l’ensemble des activités de conception et de gestion des parcs d’activité du BEP. 

 

Nous vous recommandons

Monaco gagne 6 ha sur la mer

Monaco gagne 6 ha sur la mer

Monaco: petit Etat, grands travaux. Le projet d’extension en mer de la Principauté de Monaco ne manque pas d’ambition. L’infrastructure maritime de ce vaste chantier a été confiée à Bouygues[…]

Musée Wellington: Waterloo, morne plaine… mais plus pour longtemps

Musée Wellington: Waterloo, morne plaine… mais plus pour longtemps

La Porte de Ninove s’enrichit de 23.000 m2 d’espaces verts

La Porte de Ninove s’enrichit de 23.000 m2 d’espaces verts

Où passera le métro nord de Bruxelles ?

Où passera le métro nord de Bruxelles ?

Plus d'articles