Suivre La Chronique

Nouveau système de surveillance pour les véhicules autonomes expérimentaux

Sujets relatifs :

Nouveau système de surveillance pour les véhicules autonomes expérimentaux

Le 4 septembre 2018, une navette autonome a circulé sur la voie publique avec des passagers pour la première fois en Belgique. La voie est ouverte à d’autres expérimentations.

Le 4 septembre 2018, la Belgique a vécu une grande première: une navette autonome interagissant avec les autres usagers a circulé sur la voie publique avec des passagers (Lire La Chronique n°37, page 29). Il ne s’agissait que d’une navette touristique balladant ses passagers dans le domaine de Han-sur-Lesse, mais c’est la première étape avant de voir des véhicules autonomes expérimentaux s’insérer dans le trafic.

Quid alors de la sécurité, sachant que, en mars 2018, un véhicule autonome d'Uber a été impliqué dans un accident qui a coûté la vie à une piétonne aux Etats-Unis?

Seeing Machines Limited, une multinationale australienne qui conçoit des systèmes de surveillance d'opérateur par IA (intelligence artificielle) pour améliorer la sécurité des transports, vient ainsi de lancer un nouveau système de surveillance des conducteurs pour les véhicules autonomes et semi-autonomes expérimentaux en réponse à une demande née du déploiement croissant de ces véhicules.

Seeing Machines a signé un accord avec un client et mène des discussions avancées avec un certain nombre de sociétés à la pointe du développement de véhicules autonomes.

Le Guardian BdMS doit s'assurer que le conducteur de secours d'un véhicule autonome est prêt à en prendre le contrôle dès que nécessaire. (© Seeing Machines)

Un maître-mot: prudence

Un nombre sans cesse croissant d'entreprises technologiques, de constructeurs automobiles et d'exploitants de parcs de véhicules développent actuellement des véhicules autonomes et semi-autonomes. Les tests de véhicules automatiques sur route ouverte sont cruciaux pour l'efficacité de la recherche et du développement, mais ils présentent également des risques évidents pour le grand public. Dans la plupart des cas, on fait appel à des conducteurs de secours – humains – durant la phase de test pour garantir une utilisation sûre du véhicule à tout moment.

En 2017, le Comité américain de sécurité des transports (US National Transportation Safety Board) a recommandé d'équiper les véhicules autonomes et semi-autonomes de systèmes de surveillance du conducteur lors des tests afin d'améliorer la sécurité et de réduire les accidents dus à la fatigue, à la baisse de l'attention ou à la distraction du conducteur de secours.

Un assistant de l’assistant

Le système de surveillance du conducteur de secours développé par Seeing Machines, le Guardian Backup-driver Monitoring System, est conçu pour s'assurer que le conducteur de secours d'un véhicule expérimental auto-conduit reste alerte, conscient et prêt à prendre le contrôle du véhicule dès que nécessaire.

Concrètement, la fonction première du Guardian BdMS avec caméra est de suivre le visage et les yeux du conducteur de secours durant le test sur route du véhicule autonome et de rapporter les informations relatives à l'état du conducteur (comme son attention sur route ou hors route).

«La conduite automatisée simplifiera la conduite, la rendra plus confortable, et, en fin de compte, plus sûre. Mais le chemin pour y arriver sera progressif, complexe et potentiellement dangereux. A ce stade, il est nécessaire que les véhicules automatisés fonctionnent de manière sûre et fiable dans des conditions réelles», souligne Nick DiFiore, vice-président et directeur général des activités automobiles chez Seeing Machines.

Nous vous recommandons

660.000 points de mesure d'électricité intelligents

660.000 points de mesure d'électricité intelligents

Landis+Gyr, un des leaders mondiaux de la gestion de l'énergie, a lancé une solution complète pour exploiter l'ensemble des 660.000 points de mesure d'électricité intelligents de Caruna Oy, le plus[…]

24/09/2018 |
La CCW et le CSTC proposent une infrastructure expérimentale pour la Construction 4.0

La CCW et le CSTC proposent une infrastructure expérimentale pour la Construction 4.0

L’école numérique de digital Wallonia est dans les starting blocks

L’école numérique de digital Wallonia est dans les starting blocks

Smappee s’allie à Nest

Smappee s’allie à Nest

Plus d'articles