Suivre La Chronique

Nouvelles aides à l'emploi à Bruxelles: des points positifs et un gros souci...

Nouvelles aides à l'emploi à Bruxelles: des points positifs et un gros souci...

«Jobs, jobs, jobs», martèle notre Premier Ministre comme un mantra. Mais pour y parvenir, chaque Région mitonne sa recette dans son coin.

Depuis le 1er octobre, le nouveau système des aides à l'embauche est entré en vigueur pour les entreprises bruxelloises. Une réforme qui, selon l'Union des Classes moyennes (Ucm), amène son lot de points positifs, ce qui ne dispensera pas l’Ucm de se montrer attentive à l'impact de cette réforme sur les Pme et, en particulier, à l'effet de la suppression de l'aide Activa pour les contrats de moins de six mois et ceux de moins d'un mi-temps.

La 6e réforme de l'Etat a notamment transféré aux Régions les aides à l'embauche pour les groupes cibles (jeunes, demandeurs d'emploi, travailleurs âgés). Ces aides sont très importantes, voire parfois déterminantes, pour les indépendants et petites entreprises qui prennent la décision courageuse d'embaucher.

Après la Flandre et la Wallonie, c’est au tour de la Région bruxelloise de mettre en place son propre dispositif. Celui-ci est donc entré en vigueur le 1er octobre 2017, au terme d'une concertation approfondie avec les syndicats et les représentants des employeurs.

Que peut-on en retenir? Tout d’abord, que les aides Activa seront désormais étendues à l'embauche de nouveaux publics, notamment ceux qui terminent un stage ou une formation en alternance. Les entreprises qui accueillent un apprenant en alternance seront également valorisées et soutenues financièrement.

Des restrictions contre-productives?

Si l'Ucm se réjouit de cette mesure, elle demande toutefois au Gouvernement bruxellois de veiller à l'accessibilité des aides pour toutes les Pme, notamment via une gestion administrative efficace du système par le service régional de l'emploi, Actiris. «L'évaluation et le suivi des impacts de ces nouvelles mesures régionales devront se faire sans tabous. Il faudra en particulier mesurer l'effet de la limitation d'Activa, qui favorise l'embauche des chômeurs de longue durée. La Flandre, proche du plein emploi, a remplacé l'aide temporaire par une simple prime. La Wallonie a revu les publics cibles et les montants. Bruxelles fait de même, mais veut interdire tout subside aux embauches qui ne se font pas pour au moins six mois et à mi-temps», déplore l’Ucm pour laquelle cette restriction serait une erreur. «De nombreux effets indésirables sont sans doute à prévoir. Pour un renfort saisonnier sur chantier, en magasin ou en salle par exemple, une entreprise bruxelloise aurait tout intérêt à engager un demandeur d'emploi wallon, coûtant chaque mois jusqu'à 500 euros de moins que son homologue bruxellois... Les indépendants et starters en quête de flexibilité pourraient eux aussi recruter en dehors des dix-neuf communes.»

Bref, la restriction induite dans la nouvelle mouture du plan Activa risque de nuire aux demandeurs d'emploi de la Région, alors que l’objectif vise précisément à encourager les embauches locales.

 

Marchés publics
Tous les marchés

Nous vous recommandons

Cofinimmo acquiert un nouveau centre de consultations médicales aux Pays-Bas

Cofinimmo acquiert un nouveau centre de consultations médicales aux Pays-Bas

Cofinimmo a acquis, par le biais d’une filiale, le futur centre de consultations médicales de Bergeijk, situé à environ 20 km d’Eindhoven. L’immeuble acquis pour un montant de plus de 5 millions[…]

20/09/2019 | ImmoSocio-Economie
DJI et Delair accélèrent la transformation digitale des entreprises

DJI et Delair accélèrent la transformation digitale des entreprises

8e filiale pour CPE

8e filiale pour CPE

Un projet alternatif pour réinventer le boulevard de Waterloo et l’avenue de la Toison d’Or

Un projet alternatif pour réinventer le boulevard de Waterloo et l’avenue de la Toison d’Or

Plus d'articles