Suivre La Chronique

Piscines: une application qui s’occupe de tout sauf de nager

Sujets relatifs :

,
Piscines: une application qui s’occupe de tout sauf de nager

30% des nouvelles piscines sont délaissées par leurs propriétaires qui n’arrivent plus à maintenir une eau de qualité. L’app’ développée par Iopool peut désormais s’occuper de tout à leur place.

Gérer la qualité de l’eau de sa piscine depuis son smartphone, c’est possible. Iopool, une jeune société liégeoise, a développé une solution technologique de contrôle, de remédiation et de livraison des produits d’entretien.

Entre les Belges et leur piscine, c’est devenu une vraie histoire d’amour. Depuis 2013, c’est 2.000 piscines qui fleurissent chaque année un peu partout, dans les jardins des particuliers, dans les hôtels et dans les spas. Cette année, on devrait atteindre le nombre record de près de 3.000 nouvelles piscines, en raison des étés caniculaires à répétition, de la démocratisation du prix, mais aussi parce que la piscine est devenue un véritable art de vivre.

Un bémol toutefois: la moitié des piscines installées sont entretenues uniquement par leur propriétaire, une gestion qui, dans la plupart des cas, s’avère particulièrement fastidieuse. Conséquence? 30% de ces piscines sont délaissées par leurs propriétaires qui n’arrivent plus à maintenir une eau claire et saine.

C’est ainsi que deux ingénieurs liégeois, Nicolas Dembour et Romain Trigaux, ont lancé leur petite entreprise, Iopool, après avoir développé une solution  qui permet à tout un chacun de gérer soi-même et de manière efficace la qualité de l’eau de piscine.

Une  app’ qui s’occupe de tout

Cette application mobile analyse la qualité de l’eau, interprète les résultats, s’occupe de la livraison des produits d’entretien à domicile, indique au propriétaire quel produit ajouter, en quelle quantité, comment faire en sorte qu’il soit efficace, etc. L’application est connectée à une sonde, baptisée EcO, de la taille d’un thermomètre qui transmet, toutes les quinze minutes, les principaux paramètres de l’eau à l’application. Celle-ci, sur la base d’un outil intégré de gestion des stocks et d’un moteur de recommandations configuré avec l’aide du centre de recherche et d’expertise pour l’eau (Cebedeau, un département de Ulg), détermine quand un produit doit être ajouté et quelle est la procédure à suivre. L’application va même jusqu’à prévoir les éventuelles ruptures de stock. 

Un service complet et relativement démocratique: l’abonnement annuel, qui comprend la sonde, l’application et la livraison des produits, revient à 499 euros, soit à peu près l’équivalent de ce que les clients déboursent annuellement pour acheter leurs produits d’entretien.
 

Nous vous recommandons

Le secteur de la construction belge ne bénéficiera pas du plan d’investissement européen

Le secteur de la construction belge ne bénéficiera pas du plan d’investissement européen

La Confédération Construction déplore l’absence d’un gouvernement fédéral de plein exercice, qui pourrait directement porter préjudice au secteur car rien n'a encore été[…]

18/09/2020 | Socio-EconomieEurope
Bouwkroniek et La Chronique se mettent sur leur 31 pour les Belgian Construction Awards!

Evénement

Bouwkroniek et La Chronique se mettent sur leur 31 pour les Belgian Construction Awards!

Un nouveau viaduc remplace le pont Morandi de Gênes: histoire d’un chantier exemplaire

Un nouveau viaduc remplace le pont Morandi de Gênes: histoire d’un chantier exemplaire

Une joint-venture menée par Besix remporte le contrat pour la prochaine phase du plus long pont du monde en bois

Une joint-venture menée par Besix remporte le contrat pour la prochaine phase du plus long pont du monde en bois

Plus d'articles