Suivre La Chronique

Plan Lumière 4.0 pour les routes wallonnes

Plan Lumière 4.0 pour les routes wallonnes

L’éclairage des autoroutes et des nationales en Wallonie sera entièrement remplacé par des leds dont l’intensité pourra être pilotée à distance en fonction de divers critères.

Depuis 3 ans, l’éclairage du réseau routier wallon - qui compte plus de 63.000 supports et près de 73.000 luminaires sur quelque 2.300 km - fait l’objet d’une réflexion approfondie menée par la Sofico, le ministre Prévot et le Spw ainsi que par un consortium d’étude (Stibbe-Hexxa-Egis-Pwc) choisi au terme d’une sélection européenne.

Economies d’énergie et sécurité routière

Cette réflexion a abouti à trois scénarios qui ont tous été étudiés pour atteindre des objectifs d’utilisation des nouvelles technologies, de respect de l’environnement, d’économie d’énergie et de sécurité routière, en maintenant au minimum l’éclairage des zones à risques, comme les rings, échangeurs, entrées et sorties d’autoroutes, carrefours et zones en agglomération.

Le scénario retenu porte sur le maintien de l’éclairage aux endroits déjà équipés (autoroutes, rings, échangeurs, entrées et sorties, nationales) étant donné:

• le faible impact qu’entraînerait la suppression de l’éclairage en berme centrale - qui ne représente pas plus de 15% du patrimoine - et le coût significatif de son démantèlement;

• les effets équivalents d’économie d’énergie qui peuvent être obtenus grâce à l’utilisation de leds et de la modulation de l’intensité de l’éclairage associés;

• les surcoûts de l’adaptation du marquage et du balisage sur les secteurs qui deviendraient non éclairés;

• la volonté de préserver un éclairage optimal et sécurisant sur le réseau wallon.

Tout est désormais possible

Des luminaires leds remplaceront donc l’éclairage au sodium. Ils sont environ 30% moins énergivores et ont une durée de vie largement supérieure. Ils offrent également un meilleur rendu des couleurs et un éclairage moins diffus, ce qui améliorera la visibilité et la sécurité des usagers. L’intensité de l’éclairage sera modulable suivant le trafic, l’heure, les conditions météorologiques, la présence de chantier, etc..

De plus, des possibilités technologiques novatrices pourront être proposées par les soumissionnaires, comme par exemple, un «faisceau» de lumière qui suivrait le trajet d’un véhicule, un passage «surlumineux» dès l’arrivée d’un piéton,…


Un marché d’environ 30 millions d’euros par an

Un appel à candidatures sera lancé par la Sofico au cours du 2e semestre 2017, via une procédure négociée avec publicité européenne, pour conclure un contrat de type Dbfmo (Design, Build, Finance, Maintain et Operate).

L’objectif est de pouvoir attribuer ce marché, estimé à environ 30 millions d’euros par an, pour débuter les travaux courant 2018. La durée du contrat sera de 20 ans, avec obligation du maintien des performances durant toute sa durée.

 

 

Nous vous recommandons

L’école d’Administration publique proposera l’e-learning dès septembre 2018

L’école d’Administration publique proposera l’e-learning dès septembre 2018

Sur proposition de la ministre de la Fonction publique, Alda Greoli, le Gouvernement wallon met en place des modules de formation en e-learning. N’ayant pas pour vocation de remplacer les formations en présentiel, l’e-learning[…]

Soutien aux écoles qui économisent l'énergie

Soutien aux écoles qui économisent l'énergie

Les communes rurales peuvent aussi être «smart & sustainable»

Les communes rurales peuvent aussi être «smart & sustainable»

La Ville de Bruxelles et le Patrimoine Mondial de l’Unesco

La Ville de Bruxelles et le Patrimoine Mondial de l’Unesco

Plus d'articles