Suivre La Chronique

Plus de 15.000 emplois attendus dans le secteur de l'éolien offshore belge

Plus de 15.000 emplois attendus dans le secteur de l'éolien offshore belge

En quelques années, le secteur belge de l’éolien offshore s’est considérablement développé jusqu’à devenir un des secteurs industriels les plus importants du pays. A terme, il pourrait fournir de 15.000 à 16.000 emplois. C’est ce qui ressort d’une étude commanditée par la Belgian Offshore Platform.

 

La construction du nouveau parc éolien Rentel vient de commencer au large de la côte belge. Il comptera 42 éoliennes qui seront les plus grandes turbines installées jusqu’à présent en mer du Nord belge, lesquelles fourniront de l’électricité verte à environ 300.000 ménages.

Le développement des parcs éoliens en mer du Nord se poursuit ainsi à un rythme soutenu. Avec ses 712 MW actuellement installés, l’éolien offshore belge se place en 6e position mondiale, voire en 4e position si on considère la capacité installée par habitant. Du coup, les entreprises belges actives dans l’offshore développent désormais une expertise et une réputation internationales.

Des avantages trop peu connus

Avec la réalisation de 5 parcs éoliens supplémentaires - Norther, Seastar, Mermaid, Northwester 2 et Rentel - la puissance totale installée des éoliennes en mer du Nord sera portée à plus de 2.200 MW, ce qui couvrira environ 10% des besoins totaux en électricité du pays, soit près de 50% des besoins en électricité des ménages belges.

Si le développement de l’éolien offshore est indispensable pour atteindre les objectifs belges en termes de réduction des émissions de gaz à effet de serre et d’énergie renouvelable à l’horizon 2020, il a également un impact positif sur la balance commerciale et les finances publiques. Malheureusement, les avantages socio-économiques de l’éolien offshore manquent cruellement de visibilité et de nombreuses idées reçues circulent sur les coûts afférents à la création des parcs.

C’est pourquoi, la Belgian Offshore Platform (Bop) a confié au bureau de consultance indépendant Climact une étude portant sur l’impact macro-économique du déploiement de l’éolien offshore sur l’économie belge, aujourd’hui mais aussi dans un avenir proche (à l’horizon 2030).

Eolien offshore: un impact socio-économique énorme

Selon cette étude, le développement de l’éolien offshore en Belgique et dans le reste du monde pourrait fournir de 15.000 à 16.000 emplois permanents à l’économie belge (R&D, construction des fondations et des plates-formes marines de transformation, installation des éoliennes, maintenance,…).

Une projection réaliste, sachant que la construction d’un projet éolien offshore de taille moyenne (environ 300 MW) crée, pendant la phase de développement et de construction, quelque 1.400 emplois directs et un nombre équivalent d’emplois indirects. Par ailleurs, la phase d’exploitation crée en moyenne 100 nouveaux emplois par parc éolien. Quelque 5.000 emplois ont ainsi été créés lors de la construction des 3 premiers parcs éoliens offshore.

Une expertise reconnue internationalement

Dans le sillage de ces premiers projets, on a également vu naître un groupe très prometteur et innovant d’entreprises d’installation et de maintenance qui créent aussi énormément de valeur ajoutée et d’emplois. La connaissance et l’expertise ainsi engrangées de même que les solutions innovantes mises au point sont exportables, comme quelques entreprises belges en font dès à présent la preuve.

L'analyse macro-économique indique un impact potentiel sur la valeur ajoutée de près de 13 milliards d’euros sur la période 2010-2030, soit environ 1 milliard d’euros par an. Et à ceux qui stigmatisent les subventions dont bénéficie l’éolien, l’étude montre que les coûts liés aux subventions sont compensés par de nouveaux impôts sur les bénéfices et par des dépenses de sécurité sociale plus faibles en raison de la création d'emplois. Pour les parcs déjà opérationnels et ceux en développement, la valeur actuelle nette sur les finances publiques est ainsi d’environ 1 milliard d’euros pour la période 2010-2020.

Diminution des prix de l’électricité et des émissions de CO2

Autre observation: plus il y aura d’énergie provenant de l’éolien offshore dans le mix énergétique, plus le prix de marché de l’électricité sera bas.

Les technologies de production d’électricité à faibles coûts marginaux, comme l'éolien, ont en effet tendance à faire baisser le prix du marché de l'électricité. Cet effet (appelé «merit order effect») s'applique à la totalité de l'électricité achetée sur le marché. La réduction des prix de l’électricité suite à l’introduction d’éolien offshore dans le mix énergétique a été évaluée entre 3 et 23 euros/MWh pour la Belgique.

Même impact positif en ce qui concerne les émissions de gaz à effet de serre. La production d’électricité provenant des 4 GW installés en mer du Nord à l’horizon 2030 devrait permettre d’économiser environ 6 millions de tonnes de CO2 par an, ce qui représente 5% des émissions de la Belgique en 2015.

Sécurité d’approvisionnement et risque de black-out

Dans l’intérêt de l’économie belge, il est crucial que la capacité de production du pays soit développée afin de garantir la sécurité d’approvisionnement. Ceci permettrait d’initier une politique stable en matière de prix (moindre dépendance des importations) et un climat d’investissement serein pour les entreprises belges.

Enfin, les arrêts prolongés de plusieurs des réacteurs nucléaires à Thiange et Doel posent question. D’autant que les importations d’électricité en provenance des Pays-Bas et de France (elle-même confrontée à la vétusté de certaines de ses centrales) atteignent leurs limites, de sorte que l’approvisionnement risque de devenir trop juste, surtout en hiver.

Dans la perspective du démantèlement des centrales nucléaires en Belgique (à partir de 2025), le défi qui consiste à éviter un black-out deviendra plus important encore. Le Bureau fédéral du Plan a ainsi calculé qu’une panne de courant nationale d’une heure survenant un jour ouvrable provoquerait un préjudice économique total de quelque 120 millions d’euros…

 

Nous vous recommandons

Elia va développer une interconnexion hybride entre la Belgique et le Danemark

Elia va développer une interconnexion hybride entre la Belgique et le Danemark

Elia et Energinet, le gestionnaire de réseau danois, vont poursuivre leur collaboration et vise à réaliser ce qui pourrait être une première mondiale. En effet, il s’agirait de la première liaison[…]

25/11/2021 | Danemark
ImmoPass lance un outil de contrôle de la performance énergétique du bâtiment

ImmoPass lance un outil de contrôle de la performance énergétique du bâtiment

DEME avance à vitesse grand V sur l’installation du parc éolien offshore de Saint-Nazaire

DEME avance à vitesse grand V sur l’installation du parc éolien offshore de Saint-Nazaire

COP26: Elia signe un accord avec le groupe britannique Octopus Energy Group

COP26: Elia signe un accord avec le groupe britannique Octopus Energy Group

Plus d'articles