Suivre La Chronique

Recyclage des plastiques: la construction en première ligne

Sujets relatifs :

Recyclage des plastiques: la construction en première ligne

Compte tenu des restrictions d’importation chinoises il devient impératif de créer en Belgique un marché d’écoulement pour nos produits recyclés.

Le marché belge offre encore de nombreuses opportunités de mise en oeuvre des matières plastiques recyclées. C’est ce qui ressort d’une étude réalisée par l’Ovam (la Société publique des Déchets de la Région flamande) pour qui il s’agit essentiellement d’une question de volonté.

L’étude de l’Ovam dresse l’inventaire des produits et groupes de produits qui sont d’ores et déjà commercialisés à base de matières plastiques recyclées, ainsi que des produits et groupes de produits qui offrent un potentiel pour la mise en œuvre de matières plastiques recyclées.

Le but que poursuit l’Ovam en entreprenant cette étude consiste à fournir, d’une part, des informations en vue d’une politique d’achat plus durable des pouvoirs publics et à offrir, d’autre part, une indication du marché d’écoulement belge potentiel pour les produits recyclés, par type de polymères et par domaine d’application. «Ce rapport pourra également servir de fil conducteur pour la concertation que mène notre fédération sur un taux de TVA réduit pour les produits présentant un Recycled Content», indique-t-on à l’Ovam. «Le scénario idéal serait en effet que nos transformateurs belges de matières plastiques optent davantage pour des produits recyclés pour les applications offrant encore un potentiel évident et que ce choix puisse alors être soutenu par un abaissement de la TVA.»

Les matériaux recyclés à base de PVC sont largement mis en œuvre dans le secteur des châssis, mais ces applications pourraient sans aucun doute être élargies à d’autres applications, comme par exemple les tuyaux d’évacuation. (© Châssis PVC Gealan)

Il ressort de l’étude que les acteurs du secteur de la construction sont les interlocuteurs les plus faciles à atteindre dans le cadre d’une politique flamande et belge visant à accroître la mise en œuvre des matières plastiques recyclées. Ceci est dû au fait que le secteur de la construction est le principal consommateur de matières plastiques (20%), mais aussi parce que la part des matières plastiques belges est la plus importante dans ce segment (40%). Pour les emballages, par exemple, cette part se limite à seulement 16%, tandis que la part des matières plastiques belges est négligeable dans d’autres catégories, telles que l’automobile ou les appareillages électriques et électroniques. L’impact des pouvoirs publics par le biais des marchés publics est en outre le plus élevé pour le segment de la construction (30%).

Quels matériaux recyclés pour quels usages?

L’étude se penche également sur les groupes de produits offrant un potentiel de mise en œuvre de matières recyclées et qui sont effectivement achetés par les pouvoirs publics.

• Les matières plastiques recyclées à base de LDPE, LLDPE et HDPE offrent ainsi encore de nombreuses possibilités pour des applications constructives et agricoles, ainsi que pour des emballages souples et durs.

• Les matériaux PP recyclés trouveront sans nul doute des opportunités de mise en œuvre dans l’industrie automobile, où l’usage de matières plastiques «noires» est fréquent.

• Les matériaux recyclés à base de PVC, quant à eux, sont déjà largement mis en œuvre dans le secteur des châssis et des profilés, mais ces applications pourraient sans aucun doute être élargies à d’autres applications constructives, comme par exemple les tuyaux d’évacuation. La normalisation constitue cependant une pierre d’achoppement. En effet, la mise en œuvre des matières plastiques recyclées est entravée par les normes EN appliquées dans le cadre du label Benor. L’étude formule ici un certain nombre de recommandations visant à supprimer cet obstacle, comme la spécification fonctionnelle sur base d’exigences de performances en lieu et place d’une normalisation sur base des matériaux utilisés. Les pouvoirs publics devraient aussi imposer pour ces produits un Recycled Content, qui pourrait alors être déterminé par un organisme indépendant.

• Les matériaux PS recyclés pourraient faire l’objet d’une mise en œuvre accrue dans les boîtiers des appareillages électriques alors qu’ils sont principalement importés aujourd’hui. Dans ce cadre, il convient cependant de noter qu’on enregistre un léger recul de l’usage du PS et que la présence de retardateurs de flammes peut constituer un obstacle pour le recyclage.

• Enfin, le PET est un matériau très demandé, qui est de nos jours principalement exporté à l’étranger; il n’en subsiste que de faibles quantités pour une remise en œuvre en Belgique.

Un marché plein d’opportunités pour les entreprises de recyclage et les transformateurs

«Lorsque nous observons les opportunités en fonction des domaines d’application, nous constatons que la Belgique ne compte que peu de fournisseurs pour : l’isolation acoustique (PET), les supports pour marquages routiers (PVC) et les parois d’insonorisation (PVC & PP) offrant un contenu recyclé», observe l’Ovam.

Compte tenu des restrictions d’importation chinoises et donc de la nécessité de créer dans notre propre pays un marché d’écoulement pour nos produits recyclés, l’étude de l’Ovam tombe à un moment stratégique. «La bonne nouvelle est l’existence largement suffisante d’opportunités sur le marché belge pour nos entreprises de recyclage et les transformateurs de matières plastiques. Nous espérons que cette situation créera un stimulant supplémentaire en faveur d’une collaboration plus intense entre les entreprises belges et d’une mise en œuvre accrue des matériaux recyclés.» Dans l’intervalle, la fédération continue de plaider pour une intervention des pouvoirs publics sous la forme d’un contenu recyclé imposé pour un certain nombre de produits, d’un abaissement de la TVA pour les produits à base de matériaux recyclés et d’une priorité accordée aux produits à base de matières premières recyclées dans le cadre des marchés publics.

L’intégralité de l’étude de l’Ovam peut être demandée auprès de la fédération.

Nous vous recommandons

Terrains synthétiques: la Wallonie établit un nouveau cadre normatif

Terrains synthétiques: la Wallonie établit un nouveau cadre normatif

Valérie De Bue, ministre wallonne des Infrastructures sportives s’est penchée sur la question des terrains synthétiques. A sa demande, le cadre normatif a été réactualisé et un guide de[…]

07/11/2018 | RecyclageSécurité
Eurovia réalise une route 100% recyclée

Eurovia réalise une route 100% recyclée

Le recyclage du polystyrène pour développer l’économie circulaire

Le recyclage du polystyrène pour développer l’économie circulaire

La Wallonie réglemente la gestion et la traçabilité des terres

La Wallonie réglemente la gestion et la traçabilité des terres

Plus d'articles