Suivre La Chronique

Remeha livre les premières chaudières à hydrogène dans un projet d’habitat résidentiel

Sujets relatifs :

, ,
Remeha livre les premières chaudières à hydrogène dans un projet d’habitat résidentiel

Ce complexe d’appartements à Rozenburg (Rotterdam) a été équipé de chaudières à hydrogène. Or, contrairement à ce qui se passe avec le gaz naturel, la combustion d’hydrogène n’émet pas de CO2. (© Remeha)

Remeha, fabricant de systèmes de chauffage central destiné aux bâtiments résidentiels et utilitaires, est le premier producteur à avoir installé avec succès une chaudière à hydrogène dans un projet de construction résidentielle à Rozenburg, l’un des districts urbains de Rotterdam.

Voici déjà plus d’un an que Remeha teste, dans son propre environnement R&D, l’utilisation de ce combustible dans des chaudières. Un premier projet-pilote à grande échelle est actuellement en cours aux Pays-Bas où est basé le siège central de Remeha. Un complexe d’appartements situé dans le district urbain de Rozenburg (Rotterdam) a été équipé de chaudières à hydrogène en collaboration avec le gestionnaire de réseau Stedin, la ville de Rotterdam et l’organisme de logements sociaux, Ressort Wonen. Contrairement à ce qui se passe avec le gaz naturel, la combustion d’hydrogène n’émet pas de CO2. Jamais jusqu’ici des maisons n’avaient été chauffées à l’aide de chaudières à haut rendement fonctionnant à l’hydrogène. «Cette chaudière est en mesure de chauffer une habitation, sans les frais supplémentaires d’isolation (ou de rénovation importante) qui sont, par exemple, nécessaires avec une pompe à chaleur. Ce projet est la preuve qu’il est possible de chauffer une maison au gaz, de manière efficace, économique et en même temps écologique» a déclaré Christophe Leroy, directeur général de Remeha Belgium.

La combustion d’hydrogène n’émet pas de CO2

L’hydrogène est l’élément le plus abondant dans notre univers. Pas moins de 75% de la masse d’atomes est composée de cet élément chimique. L’hydrogène n’existe toutefois pas sous forme isolée sur terre, il se combine en effet à d’autres molécules, en particulier l’oxygène. Il existe plusieurs manières de produire de l’hydrogène. En Europe, la méthode la plus utilisée est l’électrolyse. L’échange d’électricité se fait par le biais de l’eau, celle-ci se décomposant à nouveau en molécules d’hydrogène et d’oxygène. Et lorsque l’on brûle de l’hydrogène avec de l’oxygène, le déchet résiduel est… de l’eau. Aucune émission de CO2 ne se produisant, cette méthode constitue une excellente solution en vue des objectifs climatiques fixés à l’horizon 2050. Et si l’électricité dont on a besoin pour le processus d’électrolyse est d’origine durable (énergie solaire ou éolienne), on obtient une solution 100% durable.
L’hydrogène présente en outre le grand avantage de pouvoir être aisément transporté et stocké. Le réseau de distribution de gaz existant peut d’ailleurs être utilisé à cet effet, moyennant quelques adaptations. Les recherches effectuées par Kiwa, prestataire néerlandais de services techniques de tests, de surveillance et de certification (que l’on pourrait comparer à l’opérateur allemand TÜV) en attestent.

Une chaudière à hydrogène peut chauffer des habitations existantes, sans les frais supplémentaires d’isolation ou de rénovation nécessaires pour l’installation d’une pompe à chaleur. (© Remeha)

Un peu de prospective

Aux yeux de Christophe Leroy, l’hydrogène n’est que l’une des réponses possibles. «Nous avons aujourd’hui besoin de toutes les options pour atteindre les objectifs climatiques. Les pompes à chaleur opèrent parfaitement dans de nouvelles constructions bien isolées, mais elles sont moins efficaces dans des habitations existantes. Dans ce cas, une chaudière à hydrogène, éventuellement couplée à une pompe à chaleur hybride, peut être la solution idéale. D’autant que ces chaudières présentent les mêmes dimensions et types de connexion que les chaudières au gaz existantes et fonctionnent parfaitement à haute température.»
De plus en plus de voix s’élèvent en faveur d’un abandon progressif de combustibles fossiles tels que le mazout et le gaz naturel, certains plaident même pour leur bannissement intégral. «Mais en recourant à l’hydrogène, il devient possible de rendre le gaz durable de la même manière que les panneaux photovoltaïques et l’énergie éolienne le font pour l’électricité. A l’avenir, l’hydrogène peut devenir, aux côtés du gaz vert, du tout-électrique et des réseaux de chaleur, une alternative pour un chauffage résidentiel durable» conclut Christophe Leroy.

Nous vous recommandons

Sweco planche sur la mobilité en Flandre

Sweco planche sur la mobilité en Flandre

A la demande du Département flamand Mobilité et Transports publics, le consortium composé de Sweco, The New Drive et Goudappel Coffeng va élaborer la zone de transport d’Anvers, mais également les plans[…]

20/09/2019 | FlandreMobilité
111 ans pour Mewa

Entreprise

111 ans pour Mewa

Des lavettes industrielles réutilisables pour usines et ateliers

Des lavettes industrielles réutilisables pour usines et ateliers

Bostik Premium Aware: une gamme complète de colles et mastics sans solvants

Bostik Premium Aware: une gamme complète de colles et mastics sans solvants

Plus d'articles