Suivre La Chronique

Rénovation énergétique des bâtiments en Wallonie

Sujets relatifs :

Rénovation énergétique des bâtiments en Wallonie

© MakeSense Stories

Christophe Lacroix, ministre du Budget et de l’Energie (depuis la démission de Paul Furlan il y a 4 mois), veut remettre à jour la «Stratégie wallonne de rénovation énergétique des bâtiments».

Cette stratégie fixe de nombreux objectifs, à court, moyen et long termes, pour l’ensemble du parc de bâtiments en Wallonie, qui s’alignent sur les trajectoires belges et européennes en matière d’efficacité énergétique, d’émissions de gaz à effets de serre ou encore de recours aux énergies renouvelables.

Plus précisément, ces objectifs sont:

  • pour le résidentiel: viser en priorité la rénovation profonde des bâtiments les moins performants, afin de tendre en 2050 vers le label Peb A;
  • pour le tertiaire: viser, à l’horizon 2050, un parc de bâtiments neutres en énergie pour le chauffage, l’eau chaude sanitaire, le refroidissement et l’éclairage.

Au-delà de ces objectifs normatifs, la stratégie wallonne se nourrit d’une volonté du Gouvernement wallon de répondre également aux enjeux liés à l’emploi, à la précarité énergétique, à la compétitivité des entreprises et à la protection de l’environnement.

1 ménage wallon sur 3 a des difficultés à honorer ses factures énergétiques

Sans surprise, les «passoires énergétiques» abritent généralement les ménages les pus précarisés.

Les différentes études font état d’un parc immobilier ancien, aux faibles performances énergétiques et se renouvelant beaucoup trop lentement: 75% des logements ont été construits avant 1985 et la performance moyenne des bâtiments correspond… au label F des certificats Peb. Des chiffres qui, outre qu’ils sont très loin de satisfaire aux objectifs énergétiques et environnementaux, amplifient la fracture sociale: facture énergétique insoutenable, logements inconfortables, voire insalubres, etc.

Selon le Baromètre de la Précarité énergétique, environ un ménage sur trois en Wallonie enregistre des dépenses énergétiques qui pèsent trop lourd dans son budget. Et plus de 3% des ménages wallons – soit plus de 45.000 ménages! – consomment en deçà de leurs besoins élémentaires par simple nécessité économique…

Mais Christophe Lacroix – qui préfère voir le verre à moitié plein plutôt que le contraire – voit dans ce triste bilan des raisons d’espérer, en soulignant notamment l’énorme potentiel d’amélioration.

Rénover de manière ciblée…

On dit souvent que l’énergie que l’on ne consomme pas est celle qui coûte le moins cher. Si la rénovation intelligente permet en effet de faire diminuer les dépenses en énergie, encore faut-il savoir comment et où investir. «C’est pourquoi il est primordial de se doter d’outils qui nous permettent d’être à même de déterminer les investissements les plus rentables. Dans cette optique, la Stratégie wallonne prévoit l’identification des approches rentables de rénovation adaptées au type de bâtiment et à la zone climatique. Elle propose également une estimation des économies d’énergie attendues et d’autres avantages possibles. Elle inclut aussi des mesures visant à stimuler les rénovations lourdes de bâtiments, par étapes», souligne Christophe Lacroix.

… tout en luttant contre le dumping social

De plus, dans la grande majorité des cas, la rénovation fait appel à de la main-d’œuvre locale. Dès lors, en stimulant les rénovations énergétiques, la stratégie initiée par la Wallonie se conjugue aux efforts du Gouvernement wallon pour lutter contre le dumping social et ainsi contribuer à la reprise de l’activité et à la création d’emplois dans le secteur de la construction – l’un des plus touchés par le phénomène du dumping social. «En outre, le renforcement des exigences relatives aux performances énergétiques est une opportunité pour les Pme wallonnes qui vont pouvoir développer des compétences pointues dans les techniques liées à l’enveloppe et aux systèmes du bâtiment.»

Nous vous recommandons

Le futur siège d’Eiffage Benelux sera à Auderghem

Le futur siège d’Eiffage Benelux sera à Auderghem

Nommé «The Source», le futur siège d’Eiffage Benelux et de ses deux filiales bruxelloises (Valens et Eiffage Development) gardera un ancrage bruxellois et se situera au numéro 66 de l’avenue Demey[…]

13/01/2022 | ConstructionEnvironnement
Manitou souhaite réduire ses émissions de CO2 de près de 50%

Manitou souhaite réduire ses émissions de CO2 de près de 50%

La Tour Multi, premier immeuble de bureaux neutre en carbone de Bruxelles

La Tour Multi, premier immeuble de bureaux neutre en carbone de Bruxelles

Jan De Nul va installer 41 éoliennes sur la côte est du Danemark

Jan De Nul va installer 41 éoliennes sur la côte est du Danemark

Plus d'articles