Suivre La Chronique

Rénovation exemplaire d’une chaufferie au mazout de grande puissance dans une école

Sujets relatifs :

,
Rénovation exemplaire d’une chaufferie au mazout de grande puissance dans une école

L’école de Berlaymont s’étend sur 10.000 m², accueille 2.000 élèves et enseignants et sert 1.500 repas par jour. Dès lors, quand 2 de ses 3 chaudières tombent en panne… (© Informazout)

© Simon Schmitt - wwww.globalview.be

Suite à la panne de deux de ses trois chaudières, le Centre scolaire de Berlaymont à Waterloo a été contraint de rénover son installation de chauffage et de production d’eau chaude sanitaire en urgence. Une opération complexe au vu de la taille de l’établissement (environ 10.000 m²) qui accueille environ 2.000 élèves et enseignants chaque jour.

Les établissements scolaires sont traditionnellement de grands consommateurs d’énergie. Pour réduire leur facture énergétique, les responsables de l’école de Waterloo ont lancé un vaste programme d’optimisation énergétique, il y a une dizaine d’années. «Nous consommions alors 300.000 litres de mazout par an», rappelle Baudouin Malache, responsable du service technique de l’école. «Entre-temps, les toitures et façades de tous les bâtiments ont été isolées et les châssis remplacés par du double vitrage. Ces investissements nous ont déjà permis de ramener notre consommation annuelle à 140.000 litres de mazout.» Ce n’était qu’une première étape.

Course contre la montre

Au printemps dernier, deux des trois chaudières sont tombées en panne. Par chance, la mésaventure est intervenue en fin de période de chauffe. «Mais nous ne disposions que de deux mois avant l’arrivée de la période de chauffe, un délai extrêmement serré étant donné l’ampleur du chantier pour l’installateur… en pleine période de congé du bâtiment.» Un prestataire a toutefois pu être trouvé assez rapidement: «La Chaleur & L’Eau», une entreprise de Braine l’Alleud spécialisée dans les installations de chauffage de grande puissance. «Devoir procéder à une telle rénovation en urgence est loin d’être une sinécure, mais nous avons eu la chance d’avoir affaire à des interlocuteurs compétents qui maîtrisaient le sujet», explique Rudi Vogel, responsable de La Chaleur & L’Eau. «Par ailleurs, ce client était très bien documenté et avait minutieusement préparé le cahier des charges.»

Le chantier à proprement parler a commencé début août avec le démontage et l’évacuation des anciennes chaudières. Situé en sous-sol, le local technique était accessible depuis le parking via une trappe et un vide d’une hauteur de cinq mètres. Les chaudières ont été livrées en une pièce (près d’une tonne) et ont été descendues à l’aide de palans. L’ensemble de l’installation hydraulique a également été revue. Ce chantier a mobilisé une équipe de quatre personnes durant un mois complet. Sans une coordination minutieuse des équipes et du matériel, il n’aurait jamais été possible de livrer l’installation dans le délai fixé au 1er septembre.

L’ancienne installation comptait trois chaudières de 750 kW. Elle a finalement été remplacée par deux chaudières mazout à condensation de 407 kW. (© Informazout)

Outre la contrainte des délais, l’un des principaux défis était de définir le dimensionnement idéal de la chaudière. L’ancienne installation comptait trois chaudières de 750 kW. Elle a finalement été remplacée par deux chaudières mazout à condensation de 407 kW installées en cascade. «Une telle diminution de la puissance peut sembler extrême ou risquée, mais auparavant les installations étaient systématiquement surdimensionnées. Par ailleurs, depuis l’ouverture du site dans les années 1960, les bâtiments ont été isolés. La puissance de la nouvelle installation est donc suffisante pour répondre aux besoins de l’établissement», souligne Xavier Gendebien, co-administrateur de l’entreprise et responsable du calcul du dimensionnement et du suivi du chantier. Les chaudières ont été configurées pour fonctionner entre 1.700 et 1.800 heures par an. Il s’agit d’un travail préparatoire précis et délicat car il conditionne, en grande partie, la réussite d’un tel projet.»

Savoir se poser les bonnes questions… et y apporter les réponses adéquates

Le responsable technique de l’établissement explique que la solution de chauffage retenue résulte des réponses à trois questions majeures: comment produire la chaleur? Comment la distribuer efficacement partout (sur un circuit long de 600 mètres)? Et comment la diffuser au mieux? «Nous comptons quatre modes de diffusion de la chaleur: radiateurs en fonte, radiateurs en tôle d’acier, chauffage plancher et chauffage par air pulsé dans le hall de sport», énumère Baudouin Malache. «Cela signifie qu’au départ d’une même source de production, nous devons distribuer de l’eau de chauffage à trois températures différentes.» Un détail parmi tant d’autres.

C’est entre autres le découplage hydraulique proposé par l’installateur de Braine l’Alleud qui a fait pencher la balance en sa faveur. «Pour protéger la chaudière, il nous semblait en effet essentiel d’isoler le circuit primaire du circuit secondaire», déclare Rudi Vogel. Afin de faciliter le travail des techniciens, tant pour le montage que lors des interventions futures, les collecteurs ont été placés en hauteur; cela réduit aussi le risque d’endommager l’isolation des circuits.

Effet placebo

La configuration des lieux a également un impact sur la régulation. Dans un même couloir, des écarts de 4 à 5°C sont possibles entre des classes exposées différemment. «Si vous voulez optimiser la consommation d’énergie dans une école, la démocratie est un bien mauvais concept», se marre Baudouin Malache. Ainsi, pour éviter que chaque enseignant ou élève ne puisse modifier à sa guise la température dans les classes, le technicien a adopté ce qu’il appelle des «vannes thermostatiques administratives», c’est-à-dire des vannes qui tournent fou pour donner l’impression aux gens qu’ils peuvent augmenter la température, alors qu’en réalité ces vannes sont bloquées et réglées par l’équipe technique à l’aide d’un tournevis spécial…

Sur les trois premiers mois de chauffe, la consommation a déjà diminué de 10%. En améliorant encore la régulation (étape actuellement en cours), le responsable du service technique de l’école est convaincu que le gain avoisinera les 30%!
 

Nous vous recommandons

Quand les batteries de voitures électriques deviennent «durables»

Quand les batteries de voitures électriques deviennent «durables»

Stocker l’électricité grâce aux batteries usagées de voitures électriques. C’est sur cette base que la start-up belge ReVolta a élaboré un business model vertueux. «On[…]

Total lance la construction de sa 3e centrale solaire au Japon

Total lance la construction de sa 3e centrale solaire au Japon

Engie et Umicore inaugurent le premier système de batteries industrielles de «deuxième vie»

Engie et Umicore inaugurent le premier système de batteries industrielles de «deuxième vie»

Inauguration d’un nouveau parc éolien à Fernelmont

Inauguration d’un nouveau parc éolien à Fernelmont

Plus d'articles