Suivre La Chronique

Schuman, de rond-point sinistre à agora urbaine ouverte sur la ville

Sujets relatifs :

,
Schuman, de rond-point sinistre à agora urbaine ouverte sur la ville

Les éléments phares sont: le concept de centralité avec le dessin des cercles concentriques au sol, l’installation d’un majestueux auvent miroir au centre de l’espace et la création d’une vaste agora centrale et piétonnisée. (© COBE)

En décembre 2017, c’est le projet d’agora urbaine ouverte sur la ville, esquissé par les bureaux d’architecture danois Cobe et bruxellois Brut, qui a remporté le concours d’architecture pour donner un nouveau visage au rond-point Schuman. Après plus d’un an de travail pour peaufiner le projet, la Région bruxelloise passe aujourd’hui une nouvelle étape importante en déposant la demande de permis d’urbanisme.

«Ne dites plus rond-point, mais place Schuman. Une place est un lieu de rencontre, c’est un lieu emblématique pour Bruxelles. La nouvelle place Schuman sera désormais tout cela. Bruxelles et l’Europe en ont besoin. En ses temps troublés, l’Union européenne a besoin d’un cœur symbolique, d’un lieu de rencontre pour ses citoyens. Nous dotons ainsi Bruxelles, capitale de l’Europe, d’un nouvel espace central où la vie renaîtra. Ce projet incarne l’ambition de notre ville tant d’un point de vue architectural qu’en termes de vision moderne et durable de la mobilité. Avec l’introduction de la demande de permis, nous franchissons aujourd’hui une étape importante. De vulgaire rond-point destiné au trafic automobile, le rond-point Schuman va être rendu, dans les mois à venir, aux Bruxellois et Européens pour devenir demain une agora urbaine, un espace de vie apaisée au cœur du quartier européen», a déclaré plein d’emphase Pascal Smet, ministre bruxellois de la Mobilité.

Même son de cloche tout en trémolos de la part de Rudi Vervoort, ministre-président bruxellois, pour qui il était important de «valoriser la présence des institutions européennes en les intégrant davantage dans le tissu urbain régional, de sorte que ce quartier devienne un réel levier de développement urbain et de cohésion pour Bruxelles.»

Concours international d’architecture

Mais de quoi parle-t-on?
Pour rappel, afin d’offrir à cette place un réaménagement de haute qualité architecturale et urbanistique, un concours international d’architecture a été lancé fin décembre 2015. Au terme de l’appel plus de 20 bureaux d’études avaient remis un projet dont 5 furent, dans un premier temps, désignés à peaufiner leurs esquisses. Le jury d’experts, dirigé par le Bouwmeester bruxellois, a finalement délibéré et le Gouvernement bruxellois a approuvé l’avis du comité en décembre 2017, consacrant les projets remis par les bureaux d’architectes Cobe et Brut dont les éléments phares sont maintenus: le concept de centralité avec le dessin des cercles concentriques au sol, l’installation d’un majestueux auvent miroir au centre de l’espace et la création d’une vaste agora centrale et piétonnisée. Sur l’ensemble du périmètre, un vaste domaine piétonnier est créé allant du parc du Cinquantenaire jusqu’au pont Loi. La circulation entre l’avenue de Cortenbergh vers la rue de la Loi est maintenue. L’ensemble de l’espace sera dès lors traité de manière cohérente et homogène et verdurisé au maximum.

Sécurisation, verdurisation et accessibilité

Afin de maintenir l’esthétique du projet et de ne pas le dénaturer par la pose de toutes une série d’infrastructures lourdes (potelets, blocs, barrières,…) destinée à assurer la sécurité de ce secteur sensible, le bureau d’étude à opté pour un choix simple et cohérent: intégrer les aspects sécuritaires dans le mobilier urbain et libérer un maximum d’espace public pour la promenade et la rencontre. Ainsi, pour protéger l’espace au nord du projet, un long muret longe le pourtour de l’agora urbaine. Végétalisé et utilisé comme large banc, celui-ci s’intègre parfaitement à l’ensemble. Au niveau de l’esplanade Loi, entre la Commission et le Conseil, une série de larges bacs/bancs plantés d’arbres permettra de protéger cet espace de toute éventuelle intrusion dans la zone apaisée.
Les mois à venir laisseront place à l’enquête publique. Une fois le permis obtenu, les travaux pourraient débuter au second semestre 2020. L’enveloppe budgétaire consacrée à ce projet est de 7,78 millions d’euros, Htva. Pour rappel, la Région est en charge du volet étude et élaboration du projet, Beliris, de la réalisation des travaux.
 

Nous vous recommandons

MixCity Today: les 8 projets mixtes les plus emblématiques de citydev.brussels

MixCity Today: les 8 projets mixtes les plus emblématiques de citydev.brussels

Pour fêter ses 45 ans d’existence, citydev.brussels a choisi 8 projets mixtes qui reflètent au mieux son travail de rénovation de l’urbanisme bruxellois. citydev.brussels est devenu, avec le temps, un acteur[…]

18/11/2019 | ImmoUrbanisme
Gand attribue le marché d’un bureau communal

Gand attribue le marché d’un bureau communal

Appel à projets pour l’aménagement de Josaphat, le nouveau quartier vert de Bruxelles

Appel à projets pour l’aménagement de Josaphat, le nouveau quartier vert de Bruxelles

Appel à projets be.exemplary: le secteur privé s’invite à la fête

Appel à projets be.exemplary: le secteur privé s’invite à la fête

Plus d'articles