Suivre La Chronique

Sécurité en entreprise: les consignes trop rarement expliquées

Sécurité en entreprise: les consignes trop rarement expliquées

Stress et fatigue, sous-estimation des risques, comportement à risque et manque de connaissances et d'expérience sont les principales causes des accidents sur le lieu de travail.

Les intérimaires, les jeunes et les travailleurs parlant une autre langue sont les plus à risque. C’est en tout cas ce qui ressort d’une enquête menée par Manutan auprès de 836 collaborateurs impliqués dans la sécurité de l’environnement de travail dans les bureaux, les usines et les ateliers en Belgique.  

Beaucoup d’accidents pourraient être évités

Premier constat – et non des moindres – il semble que beaucoup d'accidents pourraient être évités si on prenait la peine d’expliquer correctement les consignes de sécurité aux travailleurs. Or, à peine 60% des personnes interrogées ont laissé entendre que les consignes étaient bien expliquées. «C'est beaucoup trop peu», affirme Jan Piet van Dijk, Operations Director Benelux chez Manutan, «cela signifie que plus d'un tiers des collaborateurs travaillent sans informations adéquates. » 

Où le risque est-il plus élevé?

Environ 50% des sondés ont déjà été impliquées dans un accident sur le lieu de travail (en usine, atelier ou à l’extérieur). C'est surtout le groupe à risque des personnes parlant une autre langue qui y est confronté. Chez les collaborateurs qui ne maîtrisent pas bien la langue, les consignes ne sont expliquées dans leur langue maternelle que dans 33% des cas. Les intérimaires ont également plus de probabilités d'être impliqués dans un accident de travail par manque d'expérience et d'explications. Chez les jeunes, c’est plutôt la mauvaise estimation des risques qui est responsable de nombreux accidents. Sans surprise, l’étude de Manutan relève que les employés de bureau éprouvent une plus grande sensation de sécurité (81%) que ceux qui travaillent sur le terrain (64%).

Nous vous recommandons

Un nouveau droit des biens ? Une nouvelle dimension pour la structuration des projets immobiliers (publics) partie 2

Un nouveau droit des biens ? Une nouvelle dimension pour la structuration des projets immobiliers (publics) partie 2

Une étude de cas : la superposition d’un immeuble de bureaux existant avec un bâtiment supplémentaire de quatre étages composé d’un parking public. Dans notre contribution précédente,[…]

28/01/2022 |
Un nouveau droit des biens? Une nouvelle dimension pour la structuration des projets immobiliers (publics) partie 1

Un nouveau droit des biens? Une nouvelle dimension pour la structuration des projets immobiliers (publics) partie 1

Le nouveau droit des biens et son impact sur les projets immobiliers à composante publique: un progrès mais pas une révolution copernicienne ?

Le nouveau droit des biens et son impact sur les projets immobiliers à composante publique: un progrès mais pas une révolution copernicienne ?

Le coronavirus fait grimper le nombre de litiges dans la construction

Le coronavirus fait grimper le nombre de litiges dans la construction

Plus d'articles