Suivre La Chronique

Sécurité et santé au travail: les petites entreprises beaucoup plus exposées

Sécurité et santé au travail: les petites entreprises beaucoup plus exposées

Plus de 80% des blessures survenues dans le cadre des activités professionnelles au sein de l’UE sont enregistrées dans les micro, petites ou moyennes entreprises; plus l’entreprise est petite, plus le risque est élevé!

L’Agence européenne pour la sécurité et la santé (SST) au travail (EU-Osha) ont accueilli, le 25 janvier 2018, la commissaire Marianne Thyssen et d’autres parties prenantes dans le cadre d’un séminaire consacré aux moyens d’assurer la sécurité et la santé dans les micro et petites entreprises.

Ce séminaire qui avait lieu à Bilbao, coïncide avec la publication de deux nouveaux rapports explorant les derniers constats effectués dans le cadre des projets de l’EU-Osha relatifs aux micro et petites entreprises. Tant les rapports que le séminaire mettent l’accent sur les exemples de bonnes pratiques à travers l’UE en identifiant les principaux facteurs de réussite et les défis, ainsi que le rôle important des intermédiaires pour l’amélioration de la santé et de la sécurité au travail dans ces entreprises.

Premier constat: il apparaît que de nombreuses petites (et très petites) entreprises éprouvent des difficultés à gérer la SST avec pour conséquence que les travailleurs sont plus susceptibles d’être exposés à des risques dans ces entreprises que dans des entreprises plus importantes. Plus de 80% des blessures survenues dans le cadre des activités professionnelles au sein de l’UE sont enregistrées dans les micro, petites ou moyennes entreprises et plus l’entreprise est petite, plus le risque est élevé!

Exemples de bonnes pratiques

Le projet du parc olympique de Londres illustre particulièrement bien l’intérêt de la coopération entre les différentes parties prenantes et de l’intégration de la SST dans la chaîne d’approvisionnement. Lors de la construction du parc olympique, toutes les parties prenantes concernées – y compris l’autorité réglementaire en matière de SST, les contractants et les syndicats – ont été consultées avant le début du projet et pendant toutes ses étapes. La santé et la sécurité ont compté parmi les principales priorités et – à travers la gestion de la chaîne d’approvisionnement – toutes les petites entreprises intervenant en sous-traitance ont dû adhérer à des normes rigoureuses en matière de SST dont l’application a eu pour résultat un taux d’accidents remarquablement faible pendant la durée des travaux.

Premier constat: l’amélioration de la SST passe donc par l’incitation des Tpe à prendre des mesures et par la communication concernant des outils et textes législatifs pertinents.

Au Danemark, dans le cadre d’une initiative nationale en matière d’inspection du travail, les inspecteurs effectuent des visites systématiques dans les petites entreprises et fournissent des conseils et des ressources en matière de SST, le but visant clairement à établir un dialogue.

Mais bien que tous les exemples démontrent l'efficacité apportée par des outils et des interventions bien conçues, un grand nombre de ces initiatives sont volontaires et n’atteindront donc pas les micro-entreprises qui ont une approche réactive plutôt que préventive en matière de SST et ne s’engagent pas activement auprès des institutions du domaine de la SST.

Dès lors, comment les politiques et les programmes peuvent-ils être élaborés de façon à répondre aux besoins de ces entreprises? Pour le savoir, il faudra encore patienter puisque le rapport d’analyse final du projet sera publié plus tard dans l’année. On peut raisonnablement espérer qu’il abordera cette question de manière approfondie, en mettant l’accent sur le transfert des bonnes pratiques et en explorant le rôle des politiques et des programmes dans un contexte réglementaire et socio-économique.

Et en Belgique?

Dans son analyse annuelle relative au marché du travail, le SPF Emploi consacre un (petit) point à la santé et la sécurité au travail, mais en ne se focalisant pas sur les Tpe et Pme.

Chez nous, il apparaît que, au cours des 5 dernières années, le nombre d'accidents du travail a systématiquement diminué, pour atteindre 116.447 en 2015. De même, le nombre de personnes qui ont subi une incapacité de travail permanente suite à une maladie professionnelle a diminué entre 2015 et 2016 de 1.407 à 1.117. À cet égard, l'écart entre hommes et femmes est énorme. En 2015, 68 hommes ont eu un accident du travail avec issue fatale, contre 3 femmes. Rien d’anormal pour autant, sachant que davantage d'hommes sont occupés dans des secteurs où le risque d'accident du travail mortel est le plus élevé. Ainsi, 12,5 % des hommes travaillent dans le secteur de la construction contre à peine 1,3% de femmes.

Malheureusement, si le nombre d’accidents du travail ne cesse de diminuer, en revanche, dans le même temps, le nombre de salariés de plus de 50 ans qui sollicitent une allocation de maladie ou d'invalidité progresse aussi (de 207.670 à 220.412), et la santé des plus de 55 ans s'est également détériorée. Le burnout y serait pour beaucoup. Selon une enquête initiée par le Secrétariat social Securex et dont les résultats ont été relayés par Le Soir, le 29 janvier 2018, 28.000 travailleurs belges en souffriraient et un travailleur sur six serait menacé par ce fléau des temps modernes! Lesquels s’ajoutent aux 60.000 travailleurs indemnisés pour cause de dépression… Le coût de ces pathologies directement liées au stress culminerait à 7,1 milliards d’euros selon l’Inami, mais elles ne sont toujours par reconnues comme maladie du travail…

Nous vous recommandons

La demande de crédits hypothécaires a flambé au 3e trimestre 2018

La demande de crédits hypothécaires a flambé au 3e trimestre 2018

Au troisième trimestre 2018, environ 62.500 contrats de crédit hypothécaire ont été conclus pour un montant total d’un peu plus de 8,5 milliards d’euros (hors refinancements), soit une hausse de 13%[…]

14/11/2018 | Socio-Economie
Le Groupe Velux rachète Jet-Group à Egeria

Le Groupe Velux rachète Jet-Group à Egeria

 Le Groupe Velux rachète Jet-Group à Egeria

Le Groupe Velux rachète Jet-Group à Egeria

Ronveaux rejoint Wanty: naissance d’un groupe wallon d’envergure internationale

Ronveaux rejoint Wanty: naissance d’un groupe wallon d’envergure internationale

Plus d'articles