Suivre La Chronique

Sigma: résilience et optimisme modéré

Sigma: résilience et optimisme modéré

Le président de la Sigma (distributeurs de matériel pour le Btp et la manutention), Dries Van Haut, s’est livré récemment à son exercice traditionnel qui consiste à examiner l’année écoulée et à se risquer à un pronostic pour l’année à venir.

Premier constat: 2016 fut un très bon cru, tant pour le génie civil que pour la manutention. Et de citer les tendances suivantes: dans le génie civil, le petit matériel – pilonneuses et plaques vibrantes – ainsi que les pinces et les cribles affichent un statu quo alors que les grands engins de plus de 8 tonnes augmentent d’environ 10%.  Certaines sous-catégories se distinguent comme les pelles sur chenilles et sur pneus qui s’alignent sur cette croissance de 10% là où les mini-pelles font un bond de 32%.

Rattrapage pour les machines routières

Quant aux chargeurs élévateurs télescopiques, ils réalisent aussi  une belle performance avec une progression des ventes de 23% par rapport à l’an passé. Ce sont cependant les machines pour travaux routiers – principalement composées de rouleaux – qui affichent la hausse la plus spectaculaire de 67%. Un essor à nuancer cependant vu que ces machines avaient connu une année 2015 anémique. Il s’agit sans nul doute d’une manœuvre de rattrapage.

Marges et casse-tête chinois

Compte tenu de ces éléments, la Sigma reste optimiste pour 2017, du moins si la pression sur les marges n’augmente pas car c’est bien là que le bât blesse ces dernières années. Non seulement, il faut accroître sa part de marché et donc booster les ventes, ce qui se fait au détriment de la marge, mais il y a aussi de plus en plus d’acteurs sur le marché, en tout cas en engins de génie civil. Dries Van Haut pense évidemment aux Chinois, mais note aussi la montée en puissance des fabricants turcs.

Clichés chinois

Les produits chinois ne sont plus forcément synonymes de pacotille tant cette économie évolue vite. De plus, ces dernières années, la Chine a créé une grande capacité de production pour pouvoir faire face à l’énorme demande intérieure, soutenue par ses 1,3 milliard d’habitants sur les 7 milliards que compte la planète à ce jour. Néanmoins, cette demande commence à diminuer de sorte que les Chinois lorgnent au-delà de leurs frontières en quête de nouveaux débouchés. En quelques années, le marché chinois des pelles est d’ailleurs passé de près de… 170.000 unités à son niveau actuel de 45.000 pelles.

Faculté d’adaptation

A cela s’ajoute le fait que le nouveau président américain se pose en chantre du protectionnisme à tout crin. Ce qui ne peut qu’inciter les producteurs chinois à orienter leur viseur vers l’Europe. Bref, sous-estimer les produits chinois pourrait être une funeste erreur.

Ce constat confirme la conviction de M. Van Haut que le marché des engins de Btp verra encore arriver davantage d’acteurs dans un futur proche et que le paysage changera encore en profondeur.

Pour les importateurs belges, il s’agira surtout d’adapter leur modèle économique à la réalité changeante. Un certain darwinisme risque bien d’être la règle.

Nous vous recommandons

Van den Berg acquiert Agidens Infra Automation

Van den Berg acquiert Agidens Infra Automation

Van den Berg, filiale de Besix Group, a fait l’acquisition d’Agidens Infra Automation (AIA), division d’Agidens devenue une entreprise majeure du marché de l’automatisation, du contrôle à distance, de[…]

30/07/2021 | Besix Van den Berg
Recherche équipe pour une nouvelle maison de police à Woluwe-Saint-Lambert

Recherche équipe pour une nouvelle maison de police à Woluwe-Saint-Lambert

La construction du bâtiment-vitrine de mediapark.brussels a débuté

La construction du bâtiment-vitrine de mediapark.brussels a débuté

La construction face à une pénurie de main d’œuvre

La construction face à une pénurie de main d’œuvre

Plus d'articles