Suivre La Chronique

Stabiliser plutôt que remplacer

Sujets relatifs :

Stabiliser plutôt que remplacer

Une portance élevée pour la bretelle d’accès à l’Interstate 69: le Wirtgen WR 250 mis en œuvre pour la stabilisation des sols.

Lorsqu’il faut modifier les caractéristiques des sols en vue d’un traitement ultérieur, la méthode de la stabilisation s’avère souvent la plus appropriée. Wirtgen en a fourni la preuve sur un chantier autoroutier à Bloomington dans l’Indiana, aux Etats-Unis, où un Wirtgen WR 250 a servi à réaliser une fondation portante lors de la construction d’une nouvelle bretelle d’accès à l’Interstate 69.

La stabilisation de sol est un excellent procédé pour obtenir des sols portants de qualité et pour les préparer pour les chantiers de construction routière. L’incorporation ciblée de liants permet par exemple d’abaisser la teneur en humidité d’un sol, ce qui est indispensable pour un traitement ultérieur. Par rapport au remplacement complet du sol, la stabilisation permet en outre de faire des économies, notamment en raison d’une logistique de chantier plus simple, le nombre d’allers-retours des camions étant réduit, tout comme la durée des travaux. Les ressources sont elles aussi épargnées puisque la stabilisation utilise la totalité du sol présent sur place auquel on ne fait qu’ajouter un liant tel que la chaux ou le ciment, voire les deux sous la forme d’un mélange chaux-ciment.

Le puissant rotor de fraisage et de malaxage du WR 250 incorpore le liant épandu au préalable pour obtenir un mélange homogène sol-liant.

Applications multiples

Pour effectuer ce type de mission, le stabilisateur de sol Wirtgen, doté d’un puissant rotor de fraisage et de malaxage, incorpore des liants épandus au préalable au sol peu portant, le transformant directement sur place en un matériau de qualité. Le mélange sol-liant homogène ainsi obtenu présente de façon durable à la fois une portance élevée, une résistance à l’eau et au gel, et une bonne stabilité dimensionnelle. Les applications typiques sont légion: réalisation de chemins, de routes, d’autoroutes, de tracés, de parkings, de terrains de sport, de zonings industriels et commerciaux, d’aéroports, de digues, de remblais ou encore de décharges.

Amélioration et consolidation

Dans la stabilisation de sol, il faut cependant faire la distinction entre l’amélioration et la consolidation. La chaux améliore l’aptitude à la pose et au compactage des sols humides et argileux. Dans ce cas, on parle d’une amélioration des sols. Lorsque le but est de consolider les sols, on utilise du ciment, car ce liant augmente durablement la portance, la stabilité dimensionnelle ainsi que la résistance à l’eau et au gel. Il est néanmoins possible de stabiliser ou d’homogénéiser des sols même sans adjonction de liant.

Dans le cadre du projet de l’Interstate 69, au sud d’Indianapolis, il était nécessaire de stabiliser les nouvelles masses de terre déversées afin d’obtenir la portance requise pour la pose d’enrobé sur une nouvelle bretelle d’accès. L’entrepreneur a misé sur la chaux comme liant et sur le stabilisateur de sol Wirtgen WR 250. La chaux réduit immédiatement la teneur en eau dans le mélange sol-liant, ce qui résulte en une meilleure aptitude au compactage et une portance améliorée du sol ainsi préparé.

Le WR 250, également mis en œuvre dans le recyclage à froid, notamment pour la pulvérisation de l’enrobé, est la machine la plus puissante de la génération WR (571 kW), en particulier pour la stabilisation des sols lourds et bourbeux. En effet, cet engin peut facilement atteindre des rendements journaliers de 15.000 m². Une fois la chaux épandue, le WR 250 a pu avancer facilement dans le sol lourd et, par endroits, profond grâce à son puissant moteur et à sa traction optimale. Le WR mélangeait le sol et le liant, de manière homogène et avec précision, sur toute la largeur de travail de 2,40 m et sur une profondeur de 30 cm.

Un jeu d’enfant pour l’opérateur

L’opérateur a, lui, relevé la facilité d’utilisation du stabilisateur. Grâce à la manette multifonctions intégrée dans l’accoudoir droit, il est par exemple possible de commander facilement toutes les principales fonctions de base. La difficulté ici résidait dans les différentes propriétés des masses de terre, allant de très dures à lâches. Grâce au réglage de la vitesse de rotation du rotor de fraisage et de malaxage depuis la cabine, l’opérateur a pu réagir directement aux changements de propriétés du sol et garantir en permanence un malaxage de qualité. Cinq jours ont suffi pour terminer les travaux de stabilisation et poser une base portante pour la nouvelle bretelle d’accès à l’autoroute.

Nous vous recommandons

Découvrez le «camion-labo» Optifuel Lab 3

Découvrez le «camion-labo» Optifuel Lab 3

Renault Trucks poursuit ses recherches visant à améliorer l’efficacité énergétique des véhicules diesel. Avec l’Optifuel Lab 3, un «véhicule laboratoire», le constructeur[…]

21/11/2018 | TransportLogistique
Débuts mondiaux pour le nouveau L200

Débuts mondiaux pour le nouveau L200

Partage d’expériences chez Hyundai

Partage d’expériences chez Hyundai

40.000e bull de grande taille chez Cat

40.000e bull de grande taille chez Cat

Plus d'articles