Suivre La Chronique

Un million de logements wallons à rénover d’ici 2050!

Un million de logements wallons à rénover d’ici 2050!

L’UE estime à 27% la consommation totale d'énergie en Europe en provenance du bâtiment résidentiel. Pourtant rien n’est prévu pour rénover le parc immobilier existant.

En Belgique – et singulièrement en Wallonie – la situation énergétique est d'autant plus précaire que le parc immobilier est vieillissant: plus de la moitié des logements datent de la Seconde Guerre mondiale, voire avant, et la consommation d'énergie moyenne dépasse largement la moyenne européenne.

Alors que les réglementations relatives à l’efficacité énergétique des bâtiments se succèdent à un rythme soutenu, toujours plus contraignantes, elles concernent essentiellement la construction neuve. Rien de prévu pour le parc existant.

Pour un Plan Marshall de la rénovation énergétique

A l’heure actuelle, seule la Flandre a pris quelques mesures afin de rénover son parc immobilier. A Bruxelles, selon les dernières informations, aucun plan de rénovation à grande échelle n’est à l’étude. Quant à la Wallonie, il est question que le Gouvernement présente courant janvier une «Stratégie wallonne pour la rénovation énergétique 2050 des bâtiments».

Le secteur a été, sinon associé à l’élaboration de ce plan, du moins consulté, ce qui lui a permis d’évoquer les mesures prioritaires à mettre en œuvre. Dans ce contexte, la Confédération Construction wallonne (Ccw), Agoria Wallonie et l’Union wallonne des Architectes (Uwa) en appellent à une politique ambitieuse en la matière.

Des objectifs ambitieux mais qui doivent être accessibles

L’enjeu est énorme: rénover les bâtiments énergétiquement peu performants afin de s’affranchir de notre dépendance aux combustibles fossiles et d’atteindre les objectifs climatiques européens. A l’horizon 2050, c’est ainsi plus d’un million de logements wallons qui devront être rénovés, ce qui implique au moins un doublement du rythme actuel de rénovation du bâti! Et les défis pour y parvenir sont nombreux: financement des travaux, planification et coordination des projets, formation des professionnels, qualité d’exécution des travaux, etc.

Il faut également pouvoir définir un niveau d’efficacité énergétique qui soit de nature à concilier économies d’énergie et accessibilité financière, d’autant que les ménages qui habitent les bâtiments les plus énergivores sont généralement des familles précarisées ou des personnes âgées.

Un levier pour l’emploi

Outre le secteur de la construction, c’est l'économie dans son ensemble (industrie, services,…) qui bénéficierait de telles mesures. Le segment de la rénovation offre en effet des opportunités d'emplois durables. Climat.be estime ainsi à 88.000 le nombre d'emplois qui pourraient être générés d'ici 2030 en Belgique, dont 27.000 dans la seule filière construction.

La rénovation nécessaire du parc immobilier wallon doit donc être vue comme une formidable opportunité de créer de l’activité économique, surtout si elle s’inscrit dans une nouvelle stratégie de filières régionales et d’économie circulaire. L’amélioration du confort et la santé des habitants, de même que la réduction de la facture énergétique, sont autant des points très positifs pour lutter contre la précarité énergétique des ménages wallons.

Nous vous recommandons

L’école d’Administration publique proposera l’e-learning dès septembre 2018

L’école d’Administration publique proposera l’e-learning dès septembre 2018

Sur proposition de la ministre de la Fonction publique, Alda Greoli, le Gouvernement wallon met en place des modules de formation en e-learning. N’ayant pas pour vocation de remplacer les formations en présentiel, l’e-learning[…]

Soutien aux écoles qui économisent l'énergie

Soutien aux écoles qui économisent l'énergie

Les communes rurales peuvent aussi être «smart & sustainable»

Les communes rurales peuvent aussi être «smart & sustainable»

La Ville de Bruxelles et le Patrimoine Mondial de l’Unesco

La Ville de Bruxelles et le Patrimoine Mondial de l’Unesco

Plus d'articles