Suivre La Chronique

Un nouvel espace à vivre sur l’ancien site de l’ECAM

Sujets relatifs :

Un nouvel espace à vivre sur l’ancien site de l’ECAM

La rue Théodore Verhaegen dans le bas de Saint-Gilles, un des quartiers les plus denses de Bruxelles. (© Visual Brussels)

La requalification complète du site de l’ancienne Ecole Centrale des Arts et Métiers (Ecam), à Saint-Gilles, se veut exemplaire à tous points de vue: environnemental (avec des bâtiments basse énergie et un renforcement de la biodiversité); social (en offrant aux habitants des espaces verts, une structure d’accueil de la petite enfance et des équipements sportifs et scolaires pour les jeunes) et économique (le projet résultant d’une coopération financière entre la Commune de Saint-Gilles, la Région bruxelloise et la Commission communautaire française). En clair, un modèle de développement urbain durable.

En mai 2017 a commencé l’imposant chantier de l’ancienne Ecam. Après une phase nécessaire d’installation du chantier et de démolition, une première pierre a été posée en grande pompe, le 3 mai 2018, par les autorités communales, la Région bruxelloise et la Cocof en présence du bourgmestre de Saint-Gilles, Charles Picqué, de l’échevine en charge des Contrats de quartier, Cathy Marcus et de la ministre-présidente du Gouvernement francophone bruxellois, Fadila Laanan.

Ce projet phare du Contrat de quartier durable «Bosnie» est remarquable, tant par sa dimension que par ses ambitions. Sur les 5.200m² sont prévus un parc en intérieur d’îlot comprenant une plaine de jeux, une crèche communale de 149 places – ce qui en fera la plus grande de Bruxelles – des équipements sportifs, une cuisine centrale pour l'ensemble des crèches de la commune ainsi que des équipements destinés aux services à la jeunesse.

La requalification complète du site de l’ancienne Ecole Centrale des Arts et Métiers (Ecam), à Saint-Gilles, se veut exemplaire à tous points de vue: environnemental (avec des bâtiments basse énergie et un renforcement de la biodiversité); social (en offrant aux habitants des espaces verts, une structure d’accueil de la petite enfance et des équipements sportifs et scolaires pour les jeunes) et économique (le projet résultant d’une coopération financière entre la Commune de Saint-Gilles, la Région bruxelloise et la Commission communautaire française). En clair, un modèle de développement urbain durable.

Il s'agit d'un investissement conséquent (plus de 16 millions d'euros) pour un projet qui permettra de désenclaver un des quartiers les plus denses de Bruxelles.

Un bel exemple de coopération entre niveaux de pouvoir communaux, régionaux et communautaires.

Un petit poumon vert dans un océan de béton

«Avec ce projet, le Collège souhaite désenclaver et dédensifier le site» souligne Charles Picqué, «notamment par l’aménagement d’un nouveau parc urbain de près de 2.000 m². Nous avons également souhaité y implanter des équipements répondant à la demande locale». La conception architecturale a été confiée au bureau d’architecture AgwA, en association avec JZH & Partners (techniques spéciales et stabilité), Enesta (PEB) et Denis Dujardin (aménagement paysager).

Le projet prévoit l’implantation d’un parc en intérieur d'îlot, accessible depuis la rue du Tir et la rue Théodore Verhaegen. «Le parc doit répondre au manque d’espaces verts et récréatifs dans ce quartier, un des plus denses de la Région» précise Cathy Marcus, échevine chargée des Contrats de quartier. «Il doit également permettre de distribuer efficacement les bâtiments de l’îlot et assurer la circulation des usagers», renchérit Willem Stevens, échevin des Propriétés communales et des Affaires néerlandophones.

La jeunesse au cœur du projet

Le projet fait également la part belle à la jeunesse. En effet, le site accueillera une maison de jeunes, une scholathèque, à savoir un lieu destiné aux élèves, principalement de l'enseignement secondaire, afin de leur offrir un cadre adapté pour leurs devoirs et les préparations d'examens), ainsi qu’un IBO (Initiatief Buitenschoolse Opvang), un lieu d’activités extra-scolaires en néerlandais pour les 3-12 ans.

Le projet prévoit l’implantation d’un nouveau parc urbain de 2.000 m2 en intérieur d'îlot pour répondre au manque d’espaces verts et récréatifs. (© AgwA)

En outre, le projet inclut la création d’équipements sportifs, avec un terrain de sport couvert et deux nouvelles salles multisports gérés par la commune à destination des clubs, associations et habitants du quartier.

Commune, Région et Communauté main dans la main

Par son envergure et les affectations prévues, le projet permettra à la commune de désenclaver le site, de l’ouvrir à nouveau sur le quartier et d’améliorer le quotidien des habitants grâce à l’implantation de nouveaux équipements et de nouveaux services.

Il s’agit du plus gros investissement consentis ces dernières années à Saint-Gilles. Le projet est estimé à plus de 16 millions, dont plus de 11 millions en subsides majoritairement de la Région Bruxelles-Capitale dans le cadre des Contrats de Quartier Durable et du Plan pluriannuel d’investissements en matière d’infrastructures sportives. Mais également par un apport de l’Accord de Coopération Beliris via ses allocations budgétaires spécifiques à la revitalisation des quartiers. La Cocof complète ces apports et intervient quant à elle en matière de milieu d’accueil de la petite enfance.

Marchés publics
Tous les appels d’offres

1800

Scoop

3010

Huis 11

Nous vous recommandons

What's Up Dox?

What's Up Dox?

Une fois sorti de terre, le projet City Dox, un développement conçu par le bureau architectesassoc. pour le compte du promoteur Atenor, permettra de transformer une ancienne zone industrielle en déclin en un quartier mixte[…]

23/05/2019 | ImmoUrbanisme
La police fédérale de la Route de Namur prend ses quartiers dans un bâtiment quasiment passif

La police fédérale de la Route de Namur prend ses quartiers dans un bâtiment quasiment passif

Schuman, de rond-point sinistre à agora urbaine ouverte sur la ville

Schuman, de rond-point sinistre à agora urbaine ouverte sur la ville

A Liège, deux fleurons du patrimoine wallon vont faire peau neuve

A Liège, deux fleurons du patrimoine wallon vont faire peau neuve

Plus d'articles