Suivre La Chronique

Une ferme urbaine dans les airs

Sujets relatifs :

,
Une ferme urbaine dans les airs

Le toit du Foodmet a été rentabilisé à 100%: 4.000 m² pour la ferme urbaine, un jardin et une serre, tous deux de 2.000 m², soit la plus grande ferme urbaine d’Europe!

© WWW.MELVINKOBE.COM

Avec l’installation d’une ferme urbaine sur la toiture du Foodmet, sur le site de l’abattoir à Anderlecht, la société BIGH a réalisé une première mondiale dans le domaine de l’urban farming avec aquaponie.

Les membranes d’étanchéité de Derbigum étaient de la partie.

La construction en 2013 d’une nouvelle halle alimentaire sur le site de l’abattoir à Anderlecht était le début d’un grand projet de développement: le Masterplan Abattoir 2030. Cet ambitieux projet de rénovation urbaine prévoyait la revalorisation totale du site de l’abattoir dans le quartier de Cureghem.

Première phase du programme: la construction d’une nouvelle halle alimentaire baptisée le Foodmet. Ouverte en 2015, cette halle compte environ 45 magasins, tous situés au rez-de-chaussée et uniquement destinés à la vente de produits alimentaires essentiellement locaux: légumes, fruits, poissons et naturellement viande fraîche, un bel exemple de circuit court.

Les parties de la toiture encore visibles après construction de la serre ont été revêtues avec la membrane d’étanchéité végétale Derbipure®, un roofing blanc réfléchissant certifié Cradle-to-Cradle. (© Derbigum)

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Abattoir SA, le propriétaire du site de l’abattoir a eu l’occasion de donner une autre dimension au projet grâce à un subside Feder (Fonds européen de développement régional) et a décidé de se servir de la toiture du Foodmet pour y installer une ferme urbaine; le subside européen a été utilisé pour le renforcement de la toiture.

Pour mener à bien ce projet d’agriculture urbaine, Abattoir SA a fait appel à la société BIGH, laquelle depuis sa création en 2016, développe des fermes urbaines avec aquaponie intégrée selon les principes de l’économie circulaire.

La toiture rentabilisée à 100%

Une grande partie de la toiture du Foodmet, environ 4.000 m², a été réservée à la ferme urbaine avec un jardin et une serre, tous deux de 2.000 m², pour élever des poissons et cultiver des légumes et des herbes aromatiques, soit la plus grande ferme urbaine d’Europe!

Chaque parcelle de la toiture du Foodmet est ainsi rentabilisée. La serre de 2.000 m² –  qui abritera l’élevage de poissons (du bar rayé) et la culture de tomates, des herbes aromatiques et des micro-pousses – récupérera la chaleur résiduelle du bâtiment ainsi que les émissions de CO2 des systèmes techniques de la ferme. En outre, un recyclage complet de l’eau de pluie a été prévu. Ainsi, l’efficacité énergétique et l’empreinte écologique du bâtiment sont optimisées selon le principe de l’économie circulaire dont Bruxelles s’est fait le chantre.

Tout ce qui est produit sur la toiture est destiné à la consommation locale, soit via le futur restaurant sur la toiture, soit via des comptoirs de produits locaux triés sur le volet.

Défis relevés et remportés

La réalisation d’un tel projet impliquait de relever quelques défis, notamment techniques. Le premier grand challenge était, bien sûr, la construction de la ferme sur la toiture d’un bâtiment existant. D’autant que ce dernier abritait une activité très sensible puisque sous la toiture se trouvent non seulement les frigos du marché de la viande où ont lieu le découpage et le stockage, mais aussi une multitude d’installations techniques.

Dans ces conditions, le prestataire devait à tout prix éviter la moindre fuite pendant les travaux, faute de quoi, la viande stockée dans le local sous-jacent aurait pu être déclassée et déclarée impropre pour la consommation humaine.

«Une méthode de travail très spécifique a dès lors été développée avec les services techniques de Derbigum. Ainsi, sur la toiture existante, une nouvelle couche en Derbicoat® HP et une nouvelle étanchéité finale en Derbigum® GC 4 mm ont été installées. Sur celles-ci, on a coulé une nouvelle couche de béton pour y construire la serre. Une technique rendue possible grâce aux membranes Derbigum GC, spécialement conçues à cette fin et offrant une plus grande résistance que les membranes d’étanchéité classiques.

La serre de 2.000 m² qui abrite l’élevage de poissons et la culture de tomates, des herbes aromatiques et des micro-pousses récupère la chaleur résiduelle du bâtiment ainsi que les émissions de CO2 des systèmes techniques de la ferme.

Les parties de la toiture encore visibles après la construction de la serre ont été revêtues avec la membrane d’étanchéité végétale Derbipure®. Ce roofing blanc réfléchissant a en effet obtenu la certification Cradle-to-Cradle, ce qui cadrait parfaitement avec la philosophie de BIGH.

 «Cela a été un chantier exceptionnel, mais également très compliqué à mettre en œuvre en raison de la présence de tous les corps de métier qui devaient réaliser leur part du projet. Heureusement, la communication entre notre responsable de projet, Mohamed Dada, l’entreprise de construction générale Goes et BIGH s’est déroulée à merveille», s’enthousiasme Willy Coenen, CEO de Derbigum Services Belgium. «Et n’oublions pas que tout ceci a été réalisé en 7 mois. Un véritable exploit vu la complexité du chantier», surenchérit Steven Beckers, fondateur et administrateur de BIGH (et ancien architecte associé du prestigieux bureau d’architecture Art & Build).

Nous vous recommandons

L’Asbl ImmaTerra mandatée pour sensibiliser les entreprises wallonnes à l’économie de la fonctionnalité

L’Asbl ImmaTerra mandatée pour sensibiliser les entreprises wallonnes à l’économie de la fonctionnalité

Le Gouvernement wallon a décidé l’octroi d’un subside de 410.000 euros à l’Asbl ImmaTerra pour financer 40% de leur nouveau modèle de trois années visant à continuer à[…]

Daikin Industries reprend le groupe AHT et étoffe ses activités de réfrigération

Daikin Industries reprend le groupe AHT et étoffe ses activités de réfrigération

Sustainable Cities Index 2018 d’Arcadis: Bruxelles et Anvers peuvent mieux faire

Sustainable Cities Index 2018 d’Arcadis: Bruxelles et Anvers peuvent mieux faire

500.000 euros pour tester des robots désherbeurs en Wallonie

500.000 euros pour tester des robots désherbeurs en Wallonie

Plus d'articles