Suivre La Chronique

Une prime de compensation pour les PME flamandes de la construction

Sujets relatifs :

, ,
Une prime de compensation pour les PME flamandes de la construction

© Peter Cade

Sur proposition de la ministre flamande de l'Économie Hilde Crevits, le gouvernement flamand a décidé le 2 avril que les entreprises connaissant une perte de chiffre d'affaires importante en raison du coronavirus pourraient bénéficier d'une prime de soutien. 
C’est un signal encourageant pour les nombreuses petites entreprises de construction flamandes qui, bien que n'étant pas explicitement obligées de fermer, ne peuvent de facto exercer que peu, voire aucune activité. 
La Confédération flamande de la construction (VCB) a accueilli très favorablement la prime de compensation octroyée par le gouvernement régional. La mesure bénéficiera principalement aux nombreux entrepreneurs indépendants et aux petites entreprises de construction. Pour les grandes entreprises, la VCB est favorable à l'extension de la capacité de garantie des montants de crédit au PMV (Participatiemaatschappij Vlaanderen), que le gouvernement flamand a également décidé le 2 avril.
 
Même satisfecit du côté de la Bouwunie.  « Les mesures de distanciation sociale ont contraint de nombreuses entreprises, comme les peintres et menuisiers, qui travaillent principalement pour des clients privés, à stopper leurs activités », a déclaré Jean-Pierre Waeytens, président de Bouwunie. «Les employeurs et les indépendants qui n'ont pas de magasin physique mais sont obligés de fermer partiellement ou complètement leur entreprise ou de cesser leurs activités et subissent de ce fait une perte de chiffre d'affaires importante ont désormais également droit à une compensation financière. Ce soutien est nécessaire pour que les entreprises de construction puissent surmonter cette période financièrement difficile. »

Pas obligées d’arrêter mais souvent contraintes d’arrêter…

Il faut dire que, jusqu’à présent, les entreprises du bâtiment avaient toutes les raisons de se sentir lésées. Elles ne sont en effet pas expressément tenues de fermer leurs portes en raison des mesures de sécurité fédérales. Cependant, une récente enquête de la Confédération Construction a montré que 38% des entreprises du secteur ne sont que partiellement actives et 44% sont même complètement à l’arrêt en raison des règles de distanciation sociale qu'elles doivent respecter lors de l'exécution des travaux. Parallèlement, l'offre de matériel et d'équipement faiblit. Enfin, il y a eu la récente décision interdisant aux entrepreneurs d'effectuer des travaux à l'intérieur des bâtiments occupés.
 
Dans le même temps, les entrepreneurs flamands de la construction n’ont jusqu'à présent que très rarement pu bénéficier de la « prime de nuisances corona » puisque celle-ci est uniquement destinée aux commerces qui doivent fermer en raison des mesures de sécurité. La VLAIO (Agence flamande pour l'innovation et l'entrepreneuriat) a ainsi déclaré que comme les entreprises de construction n'étaient pas explicitement obligées de fermer sur la base des décisions du centre national de crise, elles n'étaient de ce fait pas éligibles à la « prime de nuisances corona ». Comme celle-ci ne s'applique qu’aux entreprises disposant d'un emplacement physique et que la plupart des entreprises de construction n'ont pas de magasin, elles ne pouvaient donc pas en profiter. 
 

Nous vous recommandons

Le secteur de l’immobilier commercial demande des mesures de soutien supplémentaires

Le secteur de l’immobilier commercial demande des mesures de soutien supplémentaires

Les propriétaires et locataires de locaux commerciaux demandent des mesures supplémentaires pour assumer certaines charges telles que le précompte immobilier, les taxes locales ou encore les services d’entretien. Tout[…]

04/11/2020 | Socio-EconomieCommercial
Les entreprises de construction peuvent poursuivre leurs activités normalement

Les entreprises de construction peuvent poursuivre leurs activités normalement

Distances sociales sur chantier: comment les respecter?

Distances sociales sur chantier: comment les respecter?

Quarantaine prolongée : plus de 4.600 travailleurs de la construction concernés

Quarantaine prolongée : plus de 4.600 travailleurs de la construction concernés

Plus d'articles