Suivre La Chronique

Une stratégie de recyclage qui a permis d’économiser 12.800 tonnes de CO2

Sujets relatifs :

,
Une stratégie de recyclage qui a permis d’économiser 12.800 tonnes de CO2

Le système Macalusor aujourd’hui. (© Derbigum)

«Recyclage» et «économie circulaire» sont des concepts industriels désormais bien ancrés dans la stratégie des entreprises. Certaines ont toutefois pris le train avec un peu d’avance et en récolte aujourd’hui les dividendes. C’est notamment le cas de Derbigum, acteur majeur dans le domaine des membranes d’étanchéité, qui a initié une politique de recyclage systématique dès 1999.

«Ça a commencé avec le recyclage de nos propres déchets de production avant de s’étendre, à partir de 2010, vers un système de recyclage à part entière avec des matériaux collectés en externe. Depuis ce jour, nous avons commencé à quantifier les volumes recyclés et il s’avère que, depuis 2010, nous avons recyclé quelque 25.600 tonnes de bitume, ce qui correspond à une économie de 12.800 tonnes de CO2», rappelle Koen Sneiders, en charge du recyclage chez Derbigum. «Ça peut sembler abstrait, énoncé de cette manière, mais ça représente environ 35.700 semi-remorque, soit une file d’environ 643 km!»

Lorsque Derbigum a installé la première version du Macalusor en 1999 sur son site de production de Perwez, le but était de proposer une solution responsable des déchets de production d’un point de vue économique. «Jusque-là, nous étions en effet contraints d’acheminer à la décharge tous les déchets de production issus des membranes d’étanchéité, car il n’y avait pas d’autre solution. Le Macalusor a permis de recycler les déchets de production en nouvelles membranes d’étanchéité, sans perdre en qualité.» Cette vision n’a fait que s’étendre au fil des années et a rapidement mené à l’obtention du certificat ISO 14001 et de la norme EMAS.

Une politique de longue haleine

Etendre ce système de recyclage aux matériaux rassemblés à l’extérieur a toutefois exigé de sérieuses et fastidieuses recherches. Réutiliser l’ancienne étanchéité bitumeuse des rénovations de toits en tant que matière secondaire constitue une excellente solution en théorie, mais qui s’est avéré beaucoup plus complexe une fois transposée dans la réalité. «Malgré de nombreux efforts, les matériaux étaient trop pollués pour pouvoir être recyclés correctement, le matériau devant être directement intégré dans la production d’un produit conçu spécifiquement à cet effet, ce qui implique un haut degré de pureté. Il y a deux ans, nous avons donc investi un montant considérable dans un système de recyclage global et aujourd’hui, nous travaillons exclusivement par le biais de deux canaux: d’une part, la collecte des déchets de coupe (déchets de chantier) via des points de collecte dans la distribution et, d’autre part, des entreprises de démolition spécialisées, qui veillent à un bon tri sur le chantier. Ces deux systèmes de collecte, ainsi que les déchets de production, représentent un volume de bitume recyclé pour la production d’environ un million de m² de membranes d’étanchéité.»

Le bitume recyclé est réutilisé dans une sous-couche (le Derbicoat NT) et une membrane d’étanchéité (le Derbigum NT), qui contiennent respectivement 30 et 25% de bitume recyclé. Ces produits émettent pendant leur cycle de vie considérablement moins de CO2 et sont donc plus écologiques. Une donnée certifiée par PriceWaterHouseCoopers qui a réalisé une analyse du cycle de vie (LCA) pour les deux membranes.

Nous vous recommandons

Daikin Industries reprend le groupe AHT et étoffe ses activités de réfrigération

Daikin Industries reprend le groupe AHT et étoffe ses activités de réfrigération

Daikin Industries a conclu un accord pour acquérir le groupe AHT, un fabricant autrichien de vitrines de réfrigération et de congélation. La valeur de la transaction s’élève à[…]

14/12/2018 | HVAC & ElectroDaikin
Sustainable Cities Index 2018 d’Arcadis: Bruxelles et Anvers peuvent mieux faire

Sustainable Cities Index 2018 d’Arcadis: Bruxelles et Anvers peuvent mieux faire

500.000 euros pour tester des robots désherbeurs en Wallonie

500.000 euros pour tester des robots désherbeurs en Wallonie

Les villes et le réchauffement climatique: prévenir plutôt que guérir

Les villes et le réchauffement climatique: prévenir plutôt que guérir

Plus d'articles