Suivre La Chronique

Urban Winery à Tour & Taxis

Urban Winery à Tour & Taxis

L’ancienne gare de tri sur le site de Tour & Taxis va être restaurée et agrandie pour y établir la première Urban Winery bruxelloise sur environ 1.000 m2. (© BMA)

Après restauration, l’ancienne gare de tri de Tour & Taxis va devenir la première Urban Winery bruxelloise. Elle est un des derniers bâtiments patrimoniaux encore non restauré du site. Ce sera très bientôt chose faite.

En effet, le producteur de vin Gudule souhaite investir le bâtiment et l’agrandir afin d’y établir la première Urban Winery bruxelloise sur environ 1.000 m2. L’idée est d’acheter le raisin dans différents vignobles pour ensuite l’acheminer en ville afin de produire le vin au plus près du consommateur, inversant ainsi le modèle habituel qui consiste à produire le vin à proximité de la source de la matière première. Parallèlement à la production du vin, Gudule Winery proposera également toute une série d’activités annexes telles que des cours d’œnologie, des visites du chai avec dégustation, la mise à disposition d’espaces événementiels, un bar à vin, un restaurant éphémère, etc.

Le comité d’avis piloté par le bouwmeester bruxellois s’est réuni début juillet pour désigner le projet lauréat. Il s’agit de «Cityvini», imaginé par l’association momentanée Synopsis/Archicaz/Ariadea. Cette équipe a opté pour un système original concernant la production de vin.

Tour & Taxis, nouveau haut lieu bruxellois de la production de vin

En effet, toutes les fonctions liées à la production seront installées dans une nouvelle aile, établie perpendiculairement à l’ancienne gare de triage. La production sera répartie sur deux étages assortis d’un pont roulant, assurant ainsi de pouvoir monter et descendre les barriques, les cuves et les autres appareils, mais permettant aussi une circulation gravitaire du jus chaque fois que le vigneron l’estimera nécessaire pour assurer la qualité de son vin. Cette nouvelle aile abritera également un espace de réception avec vue sur la zone de production, une cuisine et un atelier de dégustation. La construction de l’aile productive permet de dégager une cour entre la gare, le chai et la terrasse de la Brasserie de la Senne voisine. L’espace de réception peut ainsi s’ouvrir pleinement vers cette cour, la terrasse de la brasserie bénéficiant de ce fait d’un espace dégagé et arboré, et la gare restant bien visible depuis le futur parc situé au nord. La relation entre la drève et le parc situé de l’autre côté de la gare est améliorée grâce à la création d’un passage plus large que prévu dans le Masterplan.

La gare, quant à elle, ne sera pas complètement rénovée. Les budgets ne permettant pas une intervention lourde sur le bâtiment, seul le rez-de-chaussée sera réinvesti pour y placer un magasin, un bar et un hall d’entrée qui relie la drève et la cour. A l’étage, les toitures ne seront pas reconstruites, laissant ainsi de l’espace pour une terrasse plantée. Les pignons en maçonnerie seront conservés et renforcés. Pour leur faire écho, la toiture de la nouvelle aile adoptera une forme comparable, avec quatre toitures à pente juxtaposées faisant face à la nouvelle cour.

Nous vous recommandons

Ecole Klavertje Vier, projet pilote d’un nouveau programme de rénovation urbaine

Ecole Klavertje Vier, projet pilote d’un nouveau programme de rénovation urbaine

Le long de l'avenue Héliport à Bruxelles, en face des logements sociaux du Foyer Laekenois, se trouve l'école fondamentale néerlandophone Klavertje Vier ainsi qu’une crèche communale. Étant[…]

La Cité de l’Amitié veut renouer avec l’esprit des seventies

La Cité de l’Amitié veut renouer avec l’esprit des seventies

Slrb cherche équipe pluridisciplinaire pour opération de requalification urbaine

Slrb cherche équipe pluridisciplinaire pour opération de requalification urbaine

Etat de maturité de l’industrie de la construction: ça bouge… lentement

Etat de maturité de l’industrie de la construction: ça bouge… lentement

Plus d'articles