Suivre La Chronique

Verre: monographie sectorielle

Verre: monographie sectorielle

null

La Wallonie est une terre de verriers. On y dénombre 6 sites dotés de fours de production et une douzaine de sites de transformation du verre. Les produits sont généralement classés en 3 grandes catégories: verre plat, verre creux et verres spéciaux. Les principales applications du verre plat sont le bâtiment, l'automobile, l'énergie solaire et les Tic. Le verre creux belge ' entièrement wallon ' regroupe les fabricants de bouteilles, flacons et gobeleterie tandis que les verres spéciaux englobent diverses applications dont les fibres de verre textiles, la laine de verre, le verre cellulaire, la pharmacie,'

En Wallonie, historiquement et jusqu'il y a peu, la production de verre plat était largement majoritaire, contrairement au reste de l'Europe fabriquant essentiellement du verre creux. Depuis quelques années, on assiste cependant à une modification en profondeur de l'industrie suite à la crise économique qui a débuté à la fin des années 2000. La répartition relative des volumes produits par sous-secteurs wallons a ainsi vu la quote-part du verre plat passer de 73% à 63% de 2012 à 2014. Cette chute s'explique en grande partie par un ajustement de l'offre à la suite d'une importante surcapacité en Europe (fermeture de plusieurs sites wallons d'Agc Glass Europe et Saint-Gobain) et par la faiblesse du secteur de la construction. La rénovation des bâtiments existants est en très net recul avec, toutefois, quelques nuances, note la Fédération de l'Industrie du Verre. En effet, si le remplacement des vitrages et l'isolation des toits souffrent particulièrement, les nouveaux marchés comme la post-isolation des murs et des sols continuent à croître.

Exportations en souffrance

Quant aux exportations, vitales pour le secteur verrier, elles souffrent toujours de la crise. Après avoir connu une croissance linéaire de 1980 à 2007 (plus de 5% par an), la tendance est à la baisse depuis 2008 malgré un léger rebond en 2010 et 2011. L'an dernier par contre, les exportations se sont contractées de 8% par rapport à 2013. A l'inverse, les importations sont revenues à leur niveau d'avant la crise avec une hausse de 4% entre 2013 et 2014. Bien qu'en régression, le solde de la balance commerciale du secteur reste cependant positif.

Ceci dit, toutes les branches du secteur gardent des marchés potentiels importants, localement et internationalement. Parmi les tendances de consommation actuelles, la durabilité reste l'hyper-tendance derrière laquelle on retrouve l'efficacité énergétique des vitrages, les performances d'isolation des laines de verre et du verre cellulaire, le verre creux comme matériau d'emballage, l'accès à un maximum de lumière naturelle dans l'architecture contemporaine. Ou encore l'évolution des performances de pare-brise et les matériaux composites renforcés en fibres de verre.

Les innovations technologiques sont légion: verre extrêmement fin pour écrans plats, le photovoltaïque intégré dans l'architecture, l'amélioration des performances des verres de couche, sans oublier l'évolution constante du design des produits en verre comme en témoignent les miroirs, vitrages décoratifs, flacons,'

Enjeux et protections

Parmi les enjeux actuels permettant de protéger et développer l'industrie verrière wallonne, d'améliorer sa compétitivité et de doper la demande, on peut citer 4 grands axes. Le premier réside dans des actions concrètes et rapides de l'UE visant à protéger son industrie face à la concurrence internationale et à la concurrence déloyale intra-européenne, soit une politique industrielle digne de ce nom. Le deuxième axe porte sur la restauration rapide de la compétitivité de nos entreprises, notamment en diminuant le coût salarial et en augmentant la flexibilité. Troisième axe: l'assurance d'un prix correct de l'énergie et d'une sécurité d'approvisionnement via des politiques énergétiques régionales, nationales et européennes. Enfin, 4e axe, la traduction des objectifs à long terme d'efficacité énergétique du parc immobilier wallon en plans de rénovation ambitieux, cohérents, détaillés et contraignants.

Les concurrents des verriers belges sont principalement européens avec 83% des importations en valeur en 2014, suivis de l'Asie (8,9%) et de l'Amérique (6,9%). Le trio de tête se compose de l'Allemagne (18,6%), les Pays-Bas (17,3%) et la France (17,1%).

Clients

Au vu des exportations belges de verre en 2014, nos principaux clients sont ces mêmes 3 pays qui représentent à eux seuls 58,5% de nos ventes à l'étranger. L'ensemble des pays européens totalisent 89,7%, le continent américain 4,7%, l'Asie 4,3% et l'Afrique 1,4%.

Le premier marché du verre creux wallon est sans conteste la France, loin devant les Pays-Bas et l'Allemagne. Les exportations vers l'Espagne ont été divisées par trois depuis 2007 et ce pays a perdu sa 4e place au profit du Royaume-Uni.

'En Wallonie, historiquement et jusqu'il y a peu, la production de verre plat était largement majoritaire. '

Les clients principaux du secteur du verre plat sont la France et l'Allemagne avec 360 millions d'euros également répartis entre ces deux pays. Les Pays-Bas suivent avec 100 millions d'euros, mais le marché batave s'est fortement contracté et reste englué dans la crise. Les vitrages isolants s'exportent principalement vers les France et les Pays-Bas, l'Allemagne étant un marché quasiment fermé pour ce type de produits. Par contre, elle est le premier client des exportations de laines et fibres de verre devant les deux autres. Comme pour le verre creux, les exportations de laine et fibres de verre vers l'Espagne se sont effondrées ces dernières années.

R&D

L'industrie verrière belge exporte donc principalement vers l'Europe, mais il s'agit d'un marché à faible croissance qui nous désavantage. Gagner des parts de marché en Europe et sur les autres continents plus dynamiques nécessite de compenser en qualité et en innovation le déficit de compétitivité actuel, note la Fédération de l'Industrie du Verre. A ce titre, les pôles de compétitivité sont essentiels et le secteur verrier y est particulièrement actif au sein des pôles GreenWin et MecaTech. De plus, la Wallonie accueille aussi des unités de R&D. C’est le cas du site de Knauf Insulation à Visé, la plus grande implantation de production de laine de verre en Europe où de nombreux chercheurs s'emploient à développer de nouveaux produits. On peut également citer l'Agc Technovation Centre d'Agc Glass Europe à Gosselies qui rassemble quelque 250 chercheurs, techniciens et ingénieurs qui planchent sur les produits verriers pour les secteurs de la construction et de l'automobile. Sans oublier le Science & Technology Center de 3B-The Fibreglass Cy à Battice. Il s'agit d'un centre de R&D unique disposant d’une gamme complète de tests et de capacités de pointe pour l'industrie mondiale des fibres de verre de renforcement des composites.

Enfin, un réseau logistique multimodal est également fondamental. C'est ainsi que des sites industriels verriers sont localisés le long du canal Nimy-Blaton-Péronne qui nécessite des travaux conséquents pour améliorer le passage des gros tonnages. De même, le secteur verrier attend beaucoup du futur Trilogiport à Liège qui facilitera la liaison avec le port d'Anvers afin d'approvisionner les marchés mondiaux, comme l'Afrique du Nord par exemple.

Nous vous recommandons

Une stratégie de recyclage qui a permis d’économiser 12.800 tonnes de CO2

Une stratégie de recyclage qui a permis d’économiser 12.800 tonnes de CO2

«Recyclage» et «économie circulaire» sont des concepts industriels désormais bien ancrés dans la stratégie des entreprises. Certaines ont toutefois pris le train avec un peu d’avance et[…]

16/11/2018 | Matériaux
La rugosité esthétique

La rugosité esthétique

Comme les plantes, les humains ont besoin de lumière pour (bien) vivre

Comme les plantes, les humains ont besoin de lumière pour (bien) vivre

Polyvalence totale avec Tradiva…

Polyvalence totale avec Tradiva…

Plus d'articles