Suivre La Chronique

Vers des recyparcs wallons 4.0

Sujets relatifs :

,
Vers des recyparcs wallons 4.0

 

Dans la droite ligne du futur Plan wallon des Déchets-Ressources visant l'objectif de 65% de recyclage des déchets ménagers, le ministre wallon de l'Environnement, Carlo Di Antonio, a octroyé trois promesses fermes de subvention respectivement au Bep (Bureau économique de la Province de Namur) Environnement pour la modernisation du recyparc de Walcourt, à l'Aive (Association intercommunale pour la Protection et la Valorisation de l'Environnement) pour la création d'un recyparc à Meix-Devant-Virton ainsi qu'à l'Hygea (l'intercommunale de gestion environnementale de 24 communes réparties sur le territoire de la région de Mons-Borinage-Centre) pour l'extension du recyparc de Frameries. 

Deux mises à niveau et un nouveau recyparc donc, sans compter la récente promesse ferme pour l'extension du recyparc de Pont-à-Celles. Des décisions qui reflètent la stratégie du ministre, à savoir «finaliser le réseau là où c'est nécessaire, mais surtout moderniser les recyparcs existants». 

Détails.

Nouveau recyparc à Meix-Devant-Virton

Selon l'Aive, les populations de Meix-Devant-Virton et des villages ruraux excentrés tel que Lahage, Limes et Villers-Devant-Orval étaient insuffisamment desservies au niveau des parcs à conteneurs tandis que celui de Rouvroy arrivait à saturation. Le ministre a dès lors donné son feu vert pour le lancement des travaux d'aménagement d'une parcelle de  71 ares, acquise par l'intercommunale de gestion des déchets luxembourgeoise en 2014. La part subventionnable par la Wallonie pour l'ensemble du projet est estimée à 437.000 euros.

A Walcourt, l'un des plus anciens recyparcs va faire peau neuve

Au recyparc de Walcourt, ouvert en 1993, la configuration, l'équipement et  l'aménagement du parc d'origine s'avéraient de plus en plus problématiques. Ne disposant pas de quais de déchargement surélevés par rapport aux conteneurs, les usagers du parc éprouvaient des difficultés à déverser leurs déchets.

Confort et sécurité des utilisateurs, fluidification de la circulation à l'intérieur et aux abords du recyparc, espace de stockage supplémentaire,… seront donc autant de retombées positives associées à la construction d'une plateforme modulaire en béton de 300 m munie de deux rampes d'accès.

La part subventionnée par la Wallonie pour l'ensemble du projet est estimée à 406.000 euros.

Le recyparc de Frameries se sent à l'étroit

En 1997, année d'ouverture du recyparc de frameries, 10 fractions différentes étaient collectées contre 27 à ce jour. Il s'avérait dès lors nécessaire d'augmenter la surface du parc en vue d'accueillir le nombre de conteneurs adéquat et de désengorger les parcs voisins de Quévy et de Mons.

Montant estimé de cette extension: 811.000 euros.

 

 

Nous vous recommandons

Jan De Nul livre le centre de tri pour PMC Val’Up à Mons

Jan De Nul livre le centre de tri pour PMC Val’Up à Mons

Le centre Val’Up, construit par Jan De Nul et son partenaire français Vauché, est un centre de tri ultramoderne répondant au changement des règles de tri des PMC introduites en Belgique en janvier 2019. Celui-ci[…]

12/05/2022 | RecyclageMons
«Le Jules», un projet circulaire exemplaire

«Le Jules», un projet circulaire exemplaire

Un projet de recyclage unique en Europe vise à favoriser le transport fluvial

Un projet de recyclage unique en Europe vise à favoriser le transport fluvial

Jan De Nul construit la première installation de lavage physico-chimique des sols en Wallonie

Jan De Nul construit la première installation de lavage physico-chimique des sols en Wallonie

Plus d'articles