Suivre La Chronique

White is the new black

Sujets relatifs :

White is the new black

Valider la teinte du béton blanc dès le début du projet afin d’anticiper la fabrication des pièces. (© Legendre Construction)

Le «Carré Jules Verne» est un ensemble de 4 immeubles résidentiels de 152 appartements à Levallois-Perret dans les Hauts-de-Seine. Il affiche une dominante blanche lumineuse en contraste avec la ferronnerie des garde-corps.

Ce projet a aussi la particularité de compter plus d’un kilomètre de balustres et corniches préfabriquées en béton blanc, ainsi qu’une centaine de pièces en rive de balcon et modénatures. L’alternance de balcons et de loggias, de pierres et d’enduits, de corniches et de moulures rythme la façade avec élégance côté rue et côté jardin.

Plus précisément, le bureau d’architectes DGM & Associés a habillé les façades des immeubles de 835 m de balustres, 1.545 m de corniches, 700 m de nez de balcons et 225 m de modénatures préfabriquées en béton blanc. Pour réaliser l’ensemble de ces éléments de façade, les architectes et l’entreprise «Legendre Construction» ont fait appel à Cibetec, spécialiste français du béton préfabriqué sur mesure.

26 coffrages différents pour les modénatures. (© Cibetec T. Ruster)

 

La première étape a été de valider la teinte du béton blanc dès le début du projet afin d’anticiper la fabrication des pièces pour une disponibilité immédiate le moment venu. En effet, les pièces de rives de balcons, corniches et autres étaient les premiers éléments d’habillage à être posés sur le gros œuvre.

Avant de commencer leur préfabrication, Cibetec et le bureau d’études de «Legendre Construction» ont défini les systèmes de fixation des pièces (accroche porte-manteau/stabox/brochage) et établi tous les plans de ferraillage et de coffrage pour chacune d’elles. Leur réalisation a nécessité pas moins de 26 coffrages différents.

Vu qu’il s’agissait d’un chantier urbain, l’espace de stockage a été limité à un semi-remorque (environ 30 pièces) de sorte que les livraisons des pièces nécessaires étaient programmées chaque semaine. Le travail des poseurs est également à souligner car ils ont allié précision de pose, rapidité d’exécution pour tenir les délais tout en manipulant prudemment les pièces vu que la moindre reprise d’épaufrure se remarque sur ce type de béton. Le coût des travaux s’est élevé à 19,3 millions d’euros. Deux bâtiments ont été livrés en avril, les deux autres le seront à la fin de ce mois.

Nous vous recommandons

E. Victor-Meyer, des activités diversifiées mais un seul mot d’ordre: l’excellence

E. Victor-Meyer, des activités diversifiées mais un seul mot d’ordre: l’excellence

L’entreprise E. Victor-Meyer, spécialisée dans la transformation et la production de minéraux, a fêté en février 2020 son 40ème anniversaire. Et pour commencer cette nouvelle décennie[…]

Une nouvelle application d’appel en ligne pour Stradus

Une nouvelle application d’appel en ligne pour Stradus

Planchers : oui à l’isolation mais sans trop d’épaisseur !

Planchers : oui à l’isolation mais sans trop d’épaisseur !

Une Charte pour le béton prêt à l’emploi: une série de recommandations pour le matériau le plus utilisé dans la construction

Une Charte pour le béton prêt à l’emploi: une série de recommandations pour le matériau le plus utilisé dans la construction

Plus d'articles